Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur la grenouille arlequin

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Étrange créature

Notre héroïne du jour est certes étrange, mais plutôt jolie. Cette petite grenouille sud-américaine arbore une robe colorée hors du commun.

La grenouille arlequin vit en Amérique du Sud, principalement au Pérou, dans la cordillère des Andes. On la retrouve dans les prairies de haute altitude (2000 à 3000m) bordant les cours d’eau ou dans les forêts humides.

Petite bête

L’atelopus varius est une espèce d’amphibiens de la famille des Bufonidae. Elle possède un corps coloré parsemé de taches. Le ventre et les paumes sont uniformes. C’est une grenouille de petite taille. Le mâle fait entre 38 et 44 mm et la femelle, plus grande, peut atteindre 58mm. Cette grenouille ne possède pas de tympans, a, comme souvent chez les grenouilles, le corps recouvert de verrues et ses doigts ne sont pas tous de la même longueur. De plus, seules ses pattes arrière sont palmées.

Comme beaucoup d’amphibiens, la grenouille arlequin se reproduit dans l’eau. Elle pond environ 300 œufs de quelques millimètres, dont beaucoup hélas, seront mangés avant de donner des têtards. La mère revient ensuite pondre de nouveaux œufs non fécondés dont se nourriront les têtards avant de devenir adultes.

De toutes les couleurs

Contrairement à certaines espèces, notre jolie grenouille ne joue pas sur le camouflage pour se protéger. Il est vrai que sa robe colorée est facilement repérable, et pour cause, la belle avertit ainsi ses prédateurs potentiels du danger qu’il y aurait à la toucher. En effet, son corps est recouvert d’un mucus toxique.

Espèce en danger

La grenouille arlequin est une espèce gravement menacée. La pollution est la raison principale de ce danger d’extinction. Rejets des eaux usées, exploitations minières, contaminent les cours d’eau auprès desquels vivent les grenouilles arlequin. De plus, les changements climatiques favorisent la croissance d’un redoutable champignon qui, s’incrustant dans la peau de cette jolie grenouille va causer sa mort par asphyxie.

Dr Céline Lacourt