Mes Z'infos Zoom sur

Une drôle de chèvre

La chèvre du Toggenbourg

Son pelage rappelle celui du baudet du Poitou. Cette jolie chèvre bouclée est une chèvre rare en France.

Si la toggenbourg est rare chez nous, on en trouve davantage en Suisse où elle représente environ 14 % du cheptel. Connue depuis le XIXe siècle, et originaire du canton de Saint-Gall, elle doit son nom au district de Toggenburg. C’est la race répertoriée depuis le plus longtemps.

Une chèvre montagnarde

La chèvre toggenbourg, également appelée Poitevine suisse, est une bonne laitière, rustique et adaptée à la vie montagnarde. En stabulation l’hiver, elle rejoint les alpages l’été où elle peut gambader en toute liberté, à l’aise sur les terrains accidentés et supportant sans mal les variations d’altitude et les conditions météorologiques extrêmes.

Une bonne laitière

Excellente laitière, sa production de lait peut s’élever jusqu’à 800kg par an, sur 260 jours. La période d’alpage où elle raffole des graminées et vivaces qu’elle va grignoter entre les rochers apporte les éléments nutritifs permettant son rendement laitier et les qualités de ce lait (3.5 % de matière grasse), idéal pour l’élaboration des tomes.
Par ailleurs, sa mamelle est bien conformée et résistante. Par rapport à d’autres congénères, elle se blesse rarement en pâturage.

Une jolie chèvre au caractère doux

La toggenbourg porte une jolie toison longue et ondulée sur le dos et les cuisses. Sa robe est le plus souvent marron clair mais peut être grise avec des marques blanches sur la tête, l’arrière des cuisses et l’extrémité des pattes. Ses yeux sont brillants et malicieux.
Elle mesure environ 70 cm pour un poids de 45 kg (pour les femelles, les mâles sont toujours un peu plus forts).
La densité et la longueur du poil permettent à la chèvre de bien résister à la pluie, au froid et à la neige. Sa fourrure la protège aussi contre les piqûres de taons.
Le plus souvent, la toggenbourg est non cornue. Cela limite les blessures entre les chèvres lorsqu’elles sont en stabulation l’hiver. Lorsqu’elles sont présentes, les cornes de notre biquette sont torsadées.

Dr Céline Lacourt