Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: Japon

Insolite Mes Z'histoires Portraits

un amour de chèvre

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

 

Bonjour, je m’appelle Shiropen, je suis une chèvre blanche, plutôt canon et bien sapée !

Et elle c’est Aya Shinozuka, ma maitresse adorée.
Je crois qu’elle a un faible pour les chèvres blanches si j’en juge à sa collection de peluches…

On vit toutes les deux à Tokyo, au Pays du Soleil Levant

Entre nous c’est le grand amour !

Depuis qu’elle m’a adoptée à l’age d’un mois, nous partageons tout

Je fais vraiment parti de sa famille et de son quotidien

Elle me confectionne des vêtements super cool. Je suis toujours à la pointe de la mode

Parfois elle se déguise en chèvre pour me faire rire

Au printemps, nous allons admirer ensemble les cerisiers en fleurs

L’été nous faisons trempette dans la mer

A Noël, elle m’emmène faire quelque chose de spécial. Cette année c’était une croisière.

Bref, j’échangerais ma vie pour rien au monde. Et je souhaite à toutes les chèvres de rencontrer une fée comme Aya !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Arts et cultures Mes Z'histoires

chat porte-bonheur

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Le maneki neko

Connaissez vous le maneki neko ? Si vous avez déjà passé la porte d’un restaurant japonais, j’imagine que ce petit chat qui lève la patte n’a pas pu vous échapper.

La tradition

Le maneki neko, ou chat porte-bonheur, est issue d’une vieille tradition japonaise. Son nom signifie « chat qui invite » et il est censé attirer la chance et la fortune. Le plus souvent cette statuette se place à l’entrée d’un commerce, mais on peut aussi la mettre dans sa maison.

Les légendes

De nombreuses légendes existent concernant l’origine de ce petit chat porte-bonheur.

L’une d’elle raconte qu’un seigneur féodal fût surpris par un orage et se réfugia sous un arbre face à l’entrée d’un petit temple délabré. Sur le parvis se tenait un chat assis avec la patte levée. Intrigué, le seigneur quitta son refuge pour s’approcher du chat qui semblait l’inviter. Il n’était pas plutôt arrivé que la foudre frappa l’arbre où il se trouvait naguère. Le chat lui avait sauvé la vie !
En remerciement, le seigneur devint le bienfaiteur du temple, qui finit par prospérer et fut renommé le Temple de Gotokuji. Quand au chat, le jour de sa mort il fut fut enterré avec tous les honneurs dans le cimetière du Temple.

Les positions

Plusieurs types de maneki neko existent. Outre les matériaux dans lesquels il est créé (le plus souvent c’est en céramique) la position du chat a également son importance.

Selon qu’il lève la patte droite ou gauche, la signification change : s’il lève la patte droite, il fera venir l’argent, si c’est la gauche cela signifie qu’il attirera de nouveaux clients pour un commerce ou de nouveaux invités si vous le placez dans votre maison.

Les couleurs

Traditionnellement, à l’image du chat bobtail japonais, la couleur du maneki neko est le blanc, avec quelques taches tricolores.
Mais on peut le trouver dans d’autres couleurs, dans ce cas la signification sera différente : le rouge protégera des maladies, le vert favorisera la réussite dans les études, le noir éloignera les personnes malveillantes…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires

Bien chat-pottés

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Kawaii !

Au Japon, les amoureux des chats sont légion. Mais le pays du soleil levant est également connu pour être la patrie du « kawaii », qui signifie « mignon ».

Narttiya Buhm Tanabe, une jeune Tokyoïte éprise de chat, de chapeaux et de kawaii donc, a décidé d’allier ses trois passions en développant une ligne de couvre-chats en crochet, du plus bel effet.

Ce sont ses deux chats, Momotary et Megumi, qui jouent les mannequins. Les chapeaux sont vendus en ligne à d’autres amoureux des chats-pottés du monde entier. Trop mignon !

Mes Z'infos Zoom sur

L’Akita Inu

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Je vous ai raconté l’histoire de  Hachiko, l’akita le plus connu dont la statue trône désormais à Tokyo devant la gare de Shibuya. Voici maintenant un portrait de cette race magnifique.

Histoire

L’akita inu, qui doit son nom à la province d’Akita située au nord de l’archipel nippon, est une race de chien japonaise dont l’origine remonte à plus de 3000 ans. Initialement élevé pour la chasse à l’ours et au sanglier, l’akita fut ensuite utilisé comme chien de défense et de combat. La race fut alors croisée avec des tosa et des mastiffs afin d’en augmenter la taille et la puissance.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’akita failli bien disparaître. L’ordre fut donné d’attraper et de tuer tous les chiens afin de confectionner des vêtements avec leur peau, à l’exception des bergers allemands réservés aux tâches militaires. Certains propriétaires essayèrent de contourner la loi en croisant leurs akitas avec des bergers allemands ainsi qu’en les cachant dans les montagnes, où la robustesse ainsi que leur instinct de chasse les a aidés à survivre.

À la fin de la seconde guerre mondiale, la race est très affaiblie. Des éleveurs japonais se concentrent sur la reconstruction à partir du type originel de l’akita inu tandis que des akitas, dont la morphologie plus massive révéle l’apport de sang de bergers allemands et de mastiffs, sont importés aux États-Unis, conduisant à la scission en deux races différentes : l’akita américain et l’akita inu.

L’akita inu est considéré comme un « trésor naturel national » au Japon depuis 1931.

akita1

Physique

L’Akita Inu a l’aspect d’un Spitz asiatique de grande taille, de forte constitution, bien proportionné, avec une ossature robuste. La tête a un front large et un stop prononcé. Les yeux sont relativement petits, de forme presque triangulaire, tout comme les oreilles, épaisses, légèrement arrondies en pointe et inclinées vers l’avant, alignées sur l’inclinaison du cou. La queue est portée enroulée sur le dos.

Poil : court et fourni, avec un poil et un sous poil.
Couleur : le fauve, le sésame (mélange de poils noirs et roux), le bringé et le blanc sont admis. Toutes les couleurs, sauf le blanc, doivent présenter de « l’urajiro », c’est-à-dire un poil blanchâtre sur les côtés du museau et des joues, sous la mâchoire, sur la gorge, sur le poitrail et sur le ventre ainsi que sur la partie inférieure de la queue et à l’intérieur des membres
Taille : 64 à 70 cm pour le mâle et 58 à 64 cm pour la femelle
Poids : 30 à 50 kg

akita3

Caractère

Voici la description qu’en donne l’éleveuse Sarah Brodart de l’Empire des Samourais :

« L’Akita Inu est un chien majestueux, élégant, fier, ZEN, il est sûr de lui, protecteur envers sa famille et son environnement, très fidèle, ce qui en fait un bon gardien.

Peu aboyeur sauf à bon escient, il sait s’adapter à tout mode de vie à partir du moment où on lui consacre du temps.

Comme tous les chiens, l’Akita Inu a besoin de trouver sa place au sein de « sa meute » (la famille) et de comprendre le plus tôt possible la hiérarchie à respecter. Afin de vivre en parfaite harmonie, il a besoin d’une bonne éducation, mais la brutalité est à proscrire car l’Akita est un chien sensible et une éducation trop brutale le bloquera complètement et le rendra hermétique. En deux mots, il faut : « Une main de fer dans un gant de velours ».

Il est vrai que tout petit, ils ressemblent à des petites boules de poil craquantes et qu’il est parfois difficile de ne pas céder à ses caprices, vous devez lui faire comprendre que lorsque vous dite « NON » cela ne veut pas dire « BON D’ACCORD », car c’est un chien qui apprend vite et si les règles ne sont pas bien définies dès le départ, cela pourrait engendrer des soucis de hiérarchie.

L’Akita Inu est un chien ayant énormément de qualité, mais il a quand même un défaut : la dominance envers ses congénères du même sexe, d’où la nécessité de le sociabiliser au maximum tout au long de sa vie.

Malgré sa stature imposante, il sait se montrer discret, joyeux, joueur, affectueux et câlin envers les enfants à condition que ceux ci le respectent. L’Akita Inu étant un chien pausé, lorsqu’il fait « sa sieste », il déteste être dérangé. »

akita4

Héros Mes Z'histoires

Hachiko

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Les jours heureux

En 1924, le professeur Hidesaburo Ueno de l’université de Tokyo reçoit en cadeau un chiot de race Akita Inu qu’il nomme « Hachiko ».

Tous les matins Hachiko accompagne son maître qui part prendre son train à la gare de Shibuya pour se rendre à l’université. Et chaque soir, Hachiko revient à nouveau à la gare pour l’attendre.

hatchi

Fidèle par delà la mort

Mais le 21 mai 1925, Hidesaburo Ueno meurt brusquement d’une hémorragie cérébrale sur son lieu de travail.

Hachiko vient le chercher comme d’habitude. Et ainsi, chaque jour, il continue de se rendre à la gare de Shibuya pour attendre son retour. Jour après jour, pendant près de 10 ans, il retourne précisément à l’heure à laquelle le train de son maître était supposé arriver, et il attend.

En 1932, un journaliste relate l’émouvante histoire de ce vieux chien qui attend son maitre décédé depuis plus de 7 ans. Hachiko devient une célébrité nationale, symbole de la loyauté et de la fidélité. On le surnomme Chuken qui signifie chien fidèle.

Le 8 mars 1935, Hachiko meurt, à l’age de 11 ans. Il est alors empaillé et conservé au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo tandis qu’une partie de ses restes est enterrée au cimetière Aoyama à côté de la tombe de son maître.

hachiko-chien

La postérité

En avril 1934, une première statue de bronze est érigée en l’honneur de Hachikō de son vivant, devant la gare de Shibuya. Hachiko lui-même est présent lors de l’inauguration. Cette statue fut fondue lors de la pénurie de métaux durant la Seconde Guerre mondiale.

Une nouvelle statue est inaugurée en août 1948, toujours à  la gare de Shibuya. C’est aujourd’hui un lieu de rendez-vous où les amoureux viennent se prêter serment de fidélité. Une cérémonie en hommage à Hachiko y est organisée tous les ans au mois d’avril.

hachiko-shibuya-statue

L’histoire d’Hachiko a  été adaptée au cinéma, une première fois au Japon en 1987, puis dans un remake américain intitulé Hatchi avec Richard Gere sorti en 2009.

affiche-hatchi

Enfin réunis

Le 8 mars 2015, une nouvelle statue est inaugurée en grande pompe à l’université d’agriculture de Tokyo, représentant Hachiko sautant joyeusement vers son maitre. Ainsi ils sont enfin à nouveau réunis.

hachiko-shibuya-statue-2015-5

Enregistrer