Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: Jack Russel Terrier

Mes Z'infos Zoom sur

10 questions à se poser avant d’adopter un Jack Russel

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Vous prévoyez d’adopter un Jack Russel ? Voici 10 questions à se poser…avant !

1/ Combien de temps pourrais-je lui consacrer chaque jour ?

Cette question n’a pas de réponse fixe. Le mieux est évidement de pouvoir partager plusieurs heures avec votre chien. Que ce soit pour des jeux, des promenades et des câlins, car il a vraiment besoin des trois.

2/ Est ce que je me sens capable d’être ferme ?

Le Jack a du tempérament et ce dés le plus jeune age. Il cherchera toujours à vous tester, il s’agit alors de mettre en place des limites. Un non dit d’une voix ferme suffit généralement. Comme toujours en éducation canine, toute violence est proscrite. La main de fer dans le gant de velours…

3/ Aurais je la patience de l’éduquer avec douceur ?

Suite du point précédent. Le Jack, surtout quand il est chiot, peut se montrer assez énergique, voir trop, et quelque peu destructeur. Il s’agit de ne pas perdre patience mais de lui montrer calmement ce que vous attendez de lui. Lorsqu’il fait une bêtise, juste ignorez le, c’est  une punition suffisante. Et n’hésitez pas à le récompenser lorsqu’il se comporte tel que vous le souhaitez.

4/ Suis je quelqu’un de sportif ?

Le Jack est un terrier à l’énergie débordante et très endurant. Si vous êtes sportif, vous pourrez courir des heures avec lui en forêt, créant ainsi entre vous une grande complicité. Mais si vous ne l’êtes pas, ce n’est pas grave, lui le sera pour vous!  L’important c’est de lui donner la possibilité de se dépenser. Et rien ne vous empêche de rester assis sur un banc pendant qu’il fait son jogging matinal.

5/ Mon Jack devra il cohabiter avec d’autres animaux ?

Le Jack étant souvent une race dominante, la cohabitation entre 2 mâles entiers peut poser problème. Cela arrive aussi, mais plus rarement, entre 2 femelles. Avec les chats, en revanche, tout se passe généralement très bien. Il les considérera comme ses chats (à ne pas confondre avec les autres chats).
Il est plutôt déconseillé de vouloir faire cohabiter un Jack et un lapin nain ou autre petit rongeur. L’instinct de chasse peut vite reprendre dessus et, même si ce n’est pour lui qu’un jeu, un coup de dent peut être fatal au petit Bunny.

6/ Suis obligé d’avoir un jardin ?

Le Jack n’est vraiment pas un chien d’appartement qu’on pose sur un canapé et qu’on retrouve le soir avant d’enfiler ses chaussons. Un jardin peut être pour lui l’occasion de se dépenser. Mais cela ne doit pas remplacer les sorties quotidiennes. Comme tous les chiens, le Jack a besoin de sortir de sa maison pour se sociabiliser et rencontrer d’autres congénères. Donc si vous n’avez pas de jardin mais que vous emmenez votre jack courir tous les jours, il sera parfaitement équilibré.

7/ Que vais je faire de lui pendant les vacances ?

Comme pour n’importe quel animal, ce point doit être envisagé avant l’adoption. Il n’est pas question de venir gonfler les horribles statistiques de l’abandon en France…
Deux solution s’offrent à vous:
– Soit vous le faites garder par des proches ou dans une pension canine. Pensez alors à bien réserver les dates à l’avance, certaines périodes étant très demandées.
– Soit vous l’emmener avec vous. En voiture, prévoyez de l’attacher avec une ceinture spéciale ou de le mettre dans une caisse de transport. En train, vous pouvez aisément le mettre dans un sac de transport grâce à son petit format. En avion, cela peut ne pas être si évident, car les compagnies sont très strictes sur le poids de l’animal, en général 6kg en comptant le sac. Sinon c’est le voyage en soute, pas très folichon…

8/ Est ce que j’ai les moyens financiers de m’en occuper ?

Idem que pour le point précédent: cette question est a se poser avant l’acquisition de n’importe quel animal.
Le Jack est un chien rustique et ne souffre d’aucune pathologie particulière. Mais il convient tout de même de lui fournir une alimentation de qualité et de l’emmener au moins une fois par an chez le vétérinaire pour ses vaccins obligatoires.

9/ Est-ce que je veux le faire reproduire ?

La question doit se poser assez rapidement après l’adoption, la stérilisation étant conseillée plutôt jeune.
Même si cela n’est en rien recommandé, beaucoup souhaitent faire faire une portée à leur chienne avant la stérilisation.
Si vous souhaitez faire reproduire votre animal, assurez vous avant cela de pouvoir placer tous les chiots.
Si c’est un pur race inscrit au Lof, un contrat de saillie devra être fait, puis la portée déclarée à la SCC, avant la cession des chiots à l’âge de 8 semaines minimum. Une seule portée par an est autorisée pour les particuliers. De toute façon, il serait dangereux pour la chienne d’en faire plus. De même, il vaut mieux attendre que la chienne ait au moins 18 mois pour sa première portée.
Pour les mâles, une castration précoce supprimera les problèmes de rivalité inter-mâles. Si elle est pratiquée plus tardivement, les effets seront peut-être amoindris.
Quelle que soit votre décision, gardez à l’esprit que les chiens n’ont pas nécessairement besoin de se reproduire. En revanche chaque chiot a besoin d’un bon foyer.

10/ Ai je un cœur assez grand pour ce petit chien ?

Peut-être la plus importante de toutes les questions, car lui oui, il aura un cœur suffisamment grand pour vous mettre tout entier à l’intérieur !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

Les Terriers du révérend

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

L’histoire du révérend Russell

Parson-John-Russel

Le révérend John Russell, surnommé Jack, vivait en Angleterre au 19ème siècle.
Parallèlement à son métier de pasteur, il se passionnait pour la chasse au renard et l’élevage de chiens. C’est ainsi qu’il sélectionna des fox terriers (fox signifiant renard) de petite taille, très endurants, parfaitement adaptés à la traque du renard dans les galeries. Il procéda à de nombreux croisements avec d’autres races de terriers et en quelques décennies donna naissance à sa propre lignée, qui prit logiquement son nom. Le Parson Jack Russel Terrier était né !

 

Le Jack Russel Terrier et le Parson Russel Terrier

Deux variétés ont évolué avec des standards fondamentalement similaires à part des différences de taille et de proportions. En 2000, la race se scinde officiellement en deux  : le plus court sur pattes, légèrement plus long dans ses proportions (taille au garrot de 25 à 30 cm) prend le nom de Jack Russell Terrier, tandis que le plus grand et construit plus au carré (taille au garrot de 31 à 38 cm) devient le Parson Russell Terrier.

Le Jack et le Parson peuvent être à poil lisse ou à poil dur. La robe est majoritairement blanche, avec des taches noir ou fauve, limitées de préférence à la tête ou la naissance de la queue.

parson

un Parson Russel Terrier à poil dur

Du tempérament !

Question caractère ce sont les mêmes petits terriers vifs, vigoureux, malins, courageux, débordant d’énergie. Ils ont été sélectionnés pour la chasse et en gardent toutes les aptitudes. Il n’est pas conseillé de vouloir les faire cohabiter avec un lapin par exemple. Dans tous les cas, le Jack et le Parson ont besoin de beaucoup se dépenser. Sans leur dose d’activité quotidienne, ils risquent de se montrer destructeurs.

Pour résumer, ce sont des chiens très intelligents, avec un grand caractère, joueurs, affectueux, des concentrés d’amour et d’énergie.

Jack_Russell_Terriers

Héros Mes Z'histoires

Uggie l’artiste

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une vie de chien

C’est une histoire comme Hollywood les aimes tant, l’histoire d’un chien abandonné devenue une véritable star, brillant au firmament de Hollywood Boulevard.

Comme souvent, tout débute par une rencontre. Pour Uggie, celle avec le dresseur Omar von Muller sera décisive.
Uggie est un petit Parson Russel Terrier (et non un Jack Russel Terrier comme il est souvent dit), né en 2002. Il est abandonné tout jeune par ses maitres et recueilli par Omar Von Muller, ce qui lui évite la fourrière.
Omar possède déjà plusieurs chiens et chats qu’il entraine pour le cinéma. Il commence à faire l’éducation du petit Uggie, qui se révèle vite être un excellent élève, vif, intelligent, et particulièrement expressif. Ainsi commence la vraie vie d’artiste pour Uggie.

uggie-dujardin

Chapeau l’artiste !

Uggie débute sa carrière cinématographique en 2005 dans un film de Larry Clarck (Wassup Rockers), enchaine avec Mr Fix it en 2006, avant de jouer aux côtés de Reese Witherspoon et de Robert Pattinson dans De l’eau pour les éléphants en 2011.
Mais c’est en 2012 qu’Uggie atteint la consécration avec The Artist, un film de Michael Hazanavicius, hommage au cinéma muet des années 1920. Il y partage l’affiche avec Jean Dujardin et Bérénice Béjo, auxquels il vole pratiquement la vedette.

Jean Dujardin a dit de lui : « Uggie est un chic type ! C’est un super acteur, travailler avec lui était vraiment facile… Le seul problème était qu’il me prenait certains jours pour une grosse saucisse !  »

Uggie-Bérénice

Ce rôle lui vaudra une renommée internationale et la Palme Dog au festival de Cannes. Il aura même le privilège de laisser ses empreintes sur le Walk of Fame, le fameux trottoir des célébrités à Hollywood où il a désormais son étoile.

Ce petit chien hors du commun tire sa dernière révérence le 7 aout 2015, à l’âge de 12 ans, rejoignant, au côté de Lassie et Rintintin, les plus grandes stars au firmament.

uggie-star