Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: chiot

Arts et cultures Insolite

Cartes postales

Gallery Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Bons baisers d’ici !

Tout le monde aime recevoir une carte postale. Jamais de mauvaises nouvelles sur une carte postale. Juste de la joie, de la beauté, de l’humour.

Dans les années 50 et 60, la mode des animaux de compagnie habillés donna lieu a de bien jolies cartes, pleines de fantaisie et de bonne humeur. Même si maintenant elles nous semblent un peu kitch. Mais ne sont ils pas irrésistibles ces chiots et chatons ?

carte-postale-1 carte-postale-2 carte-postale-4 carte-postale-5 carte-postale-6 carte-postale-7 carte-postale-8 carte-postale-9

 

Education Mes Z'infos

La socialisation du chiot

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Pourquoi socialiser son chiot ?

Socialiser correctement un chien c’est lui permettre de vivre en harmonie avec son environnement et son entourage. Un chien non socialisé ou mal socialisé devient en général peureux ou agressif. Dans le premier cas, le chien développera du stress, se montrera anxieux ou angoissé lorsqu’il se retrouvera face à un événement ou une situation inconnue. Dans le second cas,  l’animal réagira aux situations inconnues par de l’agressivité. Ainsi, un animal non socialisé peut développer des troubles du comportements difficile à gérer.

La socialisation du chiot est une étape importante de son développement. Elle commence très tôt, au sein de sa fratrie. C’est sa mère qui lui enseigne les codes canins, d’où l’importance de ne pas séparer trop tôt le chiot de sa portée. Parallèlement à cet apprentissage, l’éleveur commence la socialisation proprement dite en multipliant les caresses, les rencontres avec d’autres animaux ou humains et les stimuli divers.

CHIEN-HEUREUX

Comment socialiser son chiot ?

Entre 2 et 3 mois, lorsque le chiot devient en âge d’être adopté, c’est au nouveau maitre de prendre la relève et de continuer le processus. Il s’agira alors de progressivement habituer le chiot à des situations variées telles que la promenade en ville, la rencontre avec d’autres chiens, avec d’autres animaux aussi, multiplier les interactions avec tout types d’humains, etc…

Si le chiot se montre craintif par rapport à une situation, ne pas insister de peur de le braquer et d’installer durablement la crainte, mais plutôt essayer de l’habituer progressivement. Par exemple, si le chiot a peur de l’eau, il ne sert à rien de le forcer, au contraire. En revanche, lors d’un jeu avec un autre chien, il se pourra que de lui même il tente de le suivre dans l’eau. Quelque soit la peur du chien,  le brusquer sera contre productif. Il faut plutôt essayer d’associer l’objet de la crainte à quelque chose d’agréable. Si le petit chiot se montre craintif envers les inconnus, on peut par exemple demander à ce que la personne lui donne une friandise à chaque rencontre. Si le chiot a peur en ville, emmenez le dans une rue très calme,  puis avec de plus en plus d’animation.

Pour résumer, il faut varier le plus possible les situations, ne pas insister en cas de peur, procéder de façon douce et progressive, utiliser les associations positives. Ainsi, vous avez toutes les chances d’avoir un toutou bien dans ses pattes et agréable à vivre.

 

Mes Z'infos Santé

L’alimentation du chiot

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Un élément primordial pour sa croissance

Longtemps sous-estimée, l’importance de la nutrition du chiot en croissance est maintenant avérée. Elle conditionne en effet son état de santé à l’âge adulte.
Comment proposer à notre chiot, un régime adapté, régulier et équilibré ?

chiot-alimentation2

Des besoins énergétiques importants

En quelques mois, au cours de sa croissance, le chiot va multiplier son poids par 20 pour les plus petites races et jusqu’à 100 pour les races géantes ! Les besoins énergétiques sont de ce fait beaucoup plus élevés que chez le chien adulte. Par ailleurs, la composition même de ces besoins nutritifs est différente. En effet, le chiot en croissance aura besoin d’un apport de protéines, de vitamines et de minéraux, en adéquation avec la construction de son squelette et de sa masse musculaire.
La plupart des aliments industriels couvrent ses besoins et permettent une alimentation équilibrée. En cas de ration ménagère, il convient de compléter le régime. Il est important de demander conseils au vétérinaire afin de choisir le complément adapté au chiot, à sa race et à son âge. Il existe malheureusement des cas de supplémentation à l’aveugle, excessive, pouvant également engendrer des pathologies.

chiot-alimentation

Un tube digestif en croissance lui aussi

Si le chiot commence à ingérer des aliments solides vers l’âge de 4 semaines, c’est vers 8 semaines que commence réellement la période post-sevrage au cours de laquelle l’alimentation doit être particulièrement surveillée. À côté de ses besoins liés à une croissance rapide, le chiot présente également la particularité d’avoir une capacité digestive moindre, tant en qualité qu’en quantité. Il est donc important que la qualité de l’alimentation qui lui est proposée, tout comme la taille de ses rations, permettent l’absorption des nutriments qui la composent. On fractionne ainsi en 3 à 4 repas la ration journalière du chiot au moment du sevrage. Progressivement et en général à partir de 4/5 mois, le chiot peut recevoir 2 repas par jour.

Un suivi et une adaptation régulière

La ration proposée dépend bien évidemment de l’âge du chiot, de sa race et de son poids adulte. La pesée régulière de l’animal est indispensable pour pouvoir ajuster le régime en cas de stagnation, de gain de poids trop important, de troubles digestifs. En moyenne, il est nécessaire de proposer un régime « croissance » jusqu’à ce que le chien ait atteint 90 % de son poids adulte. Bien sûr, cette décision est à adapter en fonction du risque de surpoids bien connu chez certaines races, du statut reproducteur de l’animal (les stérilisations précoces doivent absolument s’accompagner d’une modification de régime). Il est également indispensable de proposer au chiot de l’eau à volonté afin de prévenir tout risque de déshydratation et veiller au bon fonctionnement de ses jeunes reins.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Santé

Les premiers pas à la maison

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

L’arrivée

Il est judicieux de profiter d’une période de congés, où nous sommes plus disponibles et présents pour adopter un animal. Voici quelques conseils pour partir du bon pied…

Votre compagnon découvre son nouvel environnement. Il a quitté sa fratrie et peut-être sa maman ; et si en plus, la route a été longue, il est fatigué de toutes ses émotions. Les premiers jours, il a besoin d’être rassuré et câliné. Néanmoins, ne tombons pas dans l’excès ! Si vous avez décidé que la chambre lui serait interdite, il dormira dans son panier dès le premier jour, avec éventuellement la lumière allumée. Il faut lui montrer ses jouets, l’emplacement de ses gamelles, celle de la litière pour un chaton. Placé dedans dès son arrivée, le chaton, naturellement propre, aura vite fait d’y déposer sa première commission. Il faudra hélas un peu plus de patience et de persévérance avec nos amis canins !

Souvent, les éleveurs proposent l’achat d’un sac de croquettes lors de l’adoption. Il est en effet recommandé de ne pas changer brutalement de régime alimentaire, sous risque de désordres digestifs passagers. Si vous aviez déjà prévu un sac de croquettes junior, prenez un petit sac de celles de l’éleveur et faites une transition sur 4/5 jours.

vegasbebe

La visite médicale

Les animaux aujourd’hui sont vendus identifiés et vaccinés. Une visite vétérinaire a donc déjà été effectuée par le praticien qui suit l’élevage. Néanmoins, c’est le moment de présenter le nouveau venu à votre vétérinaire. Ce sera l’occasion de vérifier que tout va bien, de répondre à vos questions et de programmer les prochaines vaccinations à effectuer.
Lorsque l’on adopte un chaton chez un particulier non professionnel, il est souhaitable également de consulter le vétérinaire. Il vous proposera l’identification de votre compagnon, la primo-vaccination, et le test de dépistage des maladies immunodépressives du chat (FelV et FIV).
C’est aussi l’occasion, heureusement très rarement, de déceler des maladies du jeune animal, au pronostic sombre, et qui peuvent donner lieu à l’annulation de la vente si leur suspicion est signalée dans un délai réglementaire par le vétérinaire.

Les jeunes animaux doivent être vermifugés tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. En effet, lors de la gestation, les larves migrent via le placenta et contaminent systématiquement la portée. C’est un protocole simple et dénué d’effets secondaires, à ne pas négliger.

aikopetitpanier

A vous de jouer !

On ne le répète jamais assez, les jeunes ont besoin de compagnie afin de poursuivre leur développement. Stimulations diverses, jeux, sorties… la qualité de tous les moments passés avec votre compagnon en ces premières semaines de vie commune conditionne celle de votre chemin ensemble. Profitez bien et prenez beaucoup de photos!

Dr Céline Lacourt