Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: chienne

Insolite Mes Z'histoires

Une bonne nourrice

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Petit tigreau deviendra gros

Les histoires d’adoption inter-espèce ne manquent pas. A commencer par Remus et Romulus, les fondateurs de Rome, élevés par une louve.

Cette fois ci, cela se passe en Chine et c’est une chienne qui s’est retrouvée mère de substitution pour de (très) gros chatons : des bébés tigres !

Elle les allaite avec son propre chiot sans faire aucune différence. Tous frères et sœurs de mamelles !

On ne sait pas encore si les tigreaux (et non les tigrons, qui sont les petit d’un tigre et d’une lionne) hériteront de quelques-uns des comportements de leur famille chien. A suivre donc…

Mes Z'infos Santé

Le Pyomètre

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Le pyomètre est une infection de l’utérus, sur une chienne ou une chatte non stérilisée, et dont les conséquences peuvent être dramatiques.

Une infection qui survient dans les semaines qui suivent la fin des chaleurs.

L’utérus de la chienne ou de la chatte est un organe en forme de Y, avec 2 ovaires, suivis de 2 cornes qui se rejoignent au niveau du col de l’utérus. Lors des chaleurs, l’imprégnation hormonale provoque une modification des parois et de l’utérus. Une infection peut alors s’installer progressivement. Si le col se referme, l’état de la chienne se dégrade rapidement mais on n’observe aucun écoulement vulvaire. Au contraire, si le col reste ouvert, la chienne ou la chatte présente un écoulement du pus au niveau de la vulve. Dans tous les cas, le pyomètre apparaît dans les 2 mois suivant la fin des saignements.

Comme toute infection, le pyomètre peut se généraliser. L’infection initialement localisée au niveau des cornes utérines peut s’étendre et provoquer une septicémie. D’autre part, les complications rénales de la maladie sont fréquentes. L’infection rénale occasionne une insuffisance rénale aiguë dont la gravité affecte le pronostic.

Diagnostic et traitement

Lorsque l’animal présente des pertes vulvaires purulentes, le diagnostic est aisé. S’il s’agit d’un pyomètre à col fermé, la chienne est abattue, anorexique, et présente souvent une hyperthermie. Elle peut également boire et uriner d’avantage et présenter des vomissements. La numération formule sanguine montre une augmentation des globules blancs, signe caractéristique d’une infection, mais pas spécialement du pyomètre. C’est la réalisation d’un cliché radiographique, et mieux encore d’une échographie qui permet le diagnostic.

Le traitement de choix est chirurgical. Il est nécessaire d’intervenir rapidement, dès que l’état général de la chienne est stabilisé. Une perfusion permet de réhydrater la chienne et l’administration d’antibiotiques est nécessaire, d’abord par injection puis par voie orale même après le retour à la maison. Le vétérinaire retire l’utérus et les ovaires de la femelle et propose souvent un traitement antalgique.

En conclusion, la prise en charge d’un animal présentant un pyomètre doit être rapide, et la récupération dépend de l’atteinte secondaire en particulier des reins. La stérilisation de convenance est un bon moyen de prévention, comme d’ailleurs pour les tumeurs mammaires.

Dr Céline Lacourt