Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: chien

Insolite Mes Z'histoires Mes Z'infos

Le lac des cygnes, version caniche

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Après Black Swan, voici Black Poodle !

Tout est possible, avec de la passion et de la patience. Même de rejouer le lac des cygnes avec dans le rôle principale : un caniche royal !

Voici ce que nous prouve cette jeune ballerine russe avec son compagnon à quatre pattes.

Des images étonnantes témoignages d’une complicité sans faille entre le chien et sa jeune maîtresse.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Education Insolite Mes Z'histoires

chien intelligent

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Lucy première de la classe

Où se trouve la pomme ? Un petit génie canin prouve qu’il sait à quoi ressemble une pomme dans un jeu de carte.

Zelah Brandt, une professeure californienne de 45 ans, a entrainé sa jeune chienne à identifier les images et les couleurs en utilisant des cartes illustrées.

Zelah a appris ces tours à Lucy, sa croisée amstaff, par le renforcement positif. Et le résultat est tout simplement bluffant.

A quand des écoles pour élèves chiens ?

Mes Z'infos Zoom sur

Le Loulou de Poméranie

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Un petit spitz

Longue fourrure et tête de nounours, ce chien, appelé également Spitz nain, en fait craquer plus d’un.

Le Loulou est originaire du nord de la Russie, de Sibérie. C’est une des races les plus anciennes. Il descendrait de chiens de type Loup-Spitz ayant migré en Poméranie (entre l’Allemagne et la Pologne).

Un chien des plaines froides

Les premiers chiens étaient utilisés comme chiens de traîneau ou de garde. Par la suite, les chiens les plus petits ont été gardés comme compagnons et croisés afin de conserver ce caractère de petite taille.

Les chiens d’origine pesaient en effet 14 kg alors qu’aujourd’hui, les Loulous adultes pèsent moins de 3 kg pour 25 cm environ. Ce n’est qu’à la fin du XVIII siècle que la race apparaît en Angleterre. Après avoir séduit la monarchie anglaise et notamment la reine Victoria, elle se développe et voit sa popularité grimper.

Une peluche affectueuse

Le Loulou porte une fourrure longue et abondante, avec une belle collerette et une queue bien touffue, portée rabattue et roulée sur le dos. Le sous-poil est très dense, permettant à ses ancêtres de vivre dans des climats rudes.
Sa tête et ses oreilles pointues rappellent celle du renard. Il a le regard espiègle et la démarche élégante. Sa robe peut être orange, noire, brune, blanche ou grise.

Si ce chien est plutôt robuste (il peut vivre une bonne dizaine d’années), il nécessite un toilettage régulier, surtout en période de mue, sous peine de voir sa belle fourrure emmêlée inextricablement. Il faut l’habituer dès son jeune âge à ce moment de brossage qui peut devenir un beau moment de complicité plutôt que la corvée pour maître et chien.

Il a également tendance à prendre du poids et il faut rester attentif à son alimentation d’autant que ses petites pattes ne sont pas faites pour supporter un poids excessif.

Un chien dynamique et intelligent

Ses yeux brillants ne mentent pas, le loulou est un chien loyal, très intelligent et qui excelle dans les épreuves d’obéissance. Il est fidèle et attaché à sa famille et déborde d’énergie, compensant sa petite taille par un dynamisme contagieux.

Il peut tout à fait habiter en appartement mais il faut veiller à lui proposer suffisamment d’exercice. Sans être naturellement craintif ni agressif, le Loulou reste méfiant envers les inconnus et aboie énormément. Il peut ainsi faire office de chien d’alerte et a de fait été ironiquement surnommé le « chien de concierge ».

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur le cane corso

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Un molosse romain

Le cane corso est un chien de grande taille, à la musculature puissante. Contrairement aux idées reçues, le cane corso n’est pas un chien corse.
Cette race très ancienne est d’origine italienne, plus particulièrement de la région des Pouilles. Il est le descendant, en version un peu moins costaude, des chiens présents sur les gravures des vestiges romains.

Il était présent dans toute l’Italie, utilisé comme guerrier aux côtés des légions romaines, pour chasser le gros gibier, comme l’ours ou le sanglier et même, malheureusement, pour combattre les lions aux jeux.
Par la suite, il devint également chien de garde et de troupeaux.

Un colosse au cœur tendre

Le cane corso est aujourd’hui encore très largement répandu dans le sud de l’Italie.
C’est un excellent chien de garde, discret mais vigilant. Il est d’un caractère calme et équilibré, d’une grande fidélité et très dévoué à son maître.
Il a évidemment besoin d’espace ou de longues balades pour se défouler et jouer. Mais si vous consacrez suffisamment de temps à ses promenades (au moins 2h par jour), il pourra s’adapter à la vie en appartement.

C’est aussi un chien qui apprécie beaucoup les enfants. Bien sûr, son poids et sa taille rendent indispensable de rappeler aux enfants qu’il ne s’agit pas d’une peluche !
Les mâles se montrent parfois agressifs entre eux.
Une éducation rigoureuse en fait un parfait compagnon. Il peut se montrer têtu et il vaut mieux qu’il ait envie, lorsqu’il atteint ses 50 kg, de faire ce que vous attendez de lui !

Côté activités, c’est un chien polyvalent. Il peut pratiquer agility, obéissance rythmée, ring ou canicross. Et le soir, il fera sa séance câlin/pot de colle avec grand plaisir !

Un véritable athlète

Le cane corso est solide et fort. Sa musculature puissante se dessine sous une robe à poils courts. Il peut être noir, gris, fauve ou bringé.
La truffe est toujours sombre et les oreilles sont triangulaires et tombantes. Le stop est marqué et le crâne assez large. Une tache blanche peut être observée sur le poitrail.
En moyenne, le mâle pèse une cinquantaine de kilos pour une taille au garrot de 66 cm.

Robuste et costaud, il ne présente pas de problème de santé particulier. Cependant, comme tout chien de grande taille, il peut présenter une dysplasie du bassin, affection à surveiller à la fin de la croissance.
Son entretien est facile. Un nettoyage régulier des yeux suffit, ainsi un brossage de temps en temps. Et point non négligeable par rapport à d’autres molossoïdes, le cane corso perd moins ses poils et ne bave peu !

Alors, conquis par ce géant ?

Insolite Mes Z'histoires Portraits Santé

Pearl le chien obèse

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Bonjour, je m’appelle Pearl,

ça veut dire perle en anglais. Et c’est vrai que je suis une perle,

mais surtout, j’étais devenue une très grosse perle…

Comment en étais-je arrivée là ? Je ne sais pas. Trop de friandises, pas assez d’exercices, c’est un cercle vicieux.

Il faut dire que je suis très gourmande. Et ma maitresse me laissait manger, manger et manger encore…

Un jour le verdict tomba : il fallait absolument que je perde du poids, ma vie en dépendait.

Je me mis donc au sport, mais c’était difficile car je ne pouvais plus bouger depuis si longtemps…

Je m’essayais à l’aquagym, à l’hydrothérapie, …

Et je m’inscrit même à un programme pour perdre du poids

Croyez moi, ce fut laborieux et parfois j’étais tentée de jeter l’éponge. Pourtant les résultats commençaient à se faire sentir.

Alors je me reprenais bien vite et continuais mes exercices et mon régime.

Maintenant j’ai repris goût à la vie, je reprends soin de moi : manucure, pédicure, j’adore !

Ma maitresse est tellement fière de moi !

Et surtout j’ai retrouvé le plaisir des promenades dans la nature, la vie quoi !

Alors un conseil à ceux qui me lisent: ne perdez pas espoir, une autre vie est possible !
Signé Pearl, la bien nommée

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires

Quand les chiens se jettent à l’eau

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Hé hop, on plonge !

Il fait beau, il fait chaud, quoi de plus agréable qu’un plongeon dans la mer ou dans la piscine ?

Hé bien sachez qu’il existe des compétitions de plongeon pour chiens ! Si, si, c’est très sérieux. Il y a même des juges pour noter les performances, des coachs pour entrainer les concurrents et des spectateurs pour encourager leurs toutous plongeurs.

Alors, vous vous y mettez quand ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Santé

Paroles de docteur : l’épilepsie

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Crises épileptiformes

Une crise convulsive chez le chien fait rapidement penser à l’épilepsie. Ce n’est pourtant pas la seule cause possible et d’autres maladies peuvent se révéler ainsi.

On parle déjà de symptômes convulsifs lorsqu’un chien (les cavalier king charles y sont particulièrement prédisposés) cherche à « gober des mouches ». Si cette habitude qui prête souvent à sourire n’inquiète pas vraiment les propriétaires, c’est pourtant déjà un signe d’alerte. La crise convulsive peut bien sûr être plus forte allant du simple raidissement des membres à des tremblements plus ou moins marqués. Elle peut s’accompagner de perte d’équilibre voire de chutes et parfois de pertes de conscience. Elle peut durer de quelques secondes à quelques minutes et le chien peut uriner et saliver en abondance même si ce n’est pas systématique. Souvent, elle est précédée par un changement de comportement de l’animal. Il peut s’agiter, tourner en rond et sembler inquiet. Après la crise, l’animal est fatigué, parfois désorienté.

Il convient de consulter votre vétérinaire dès la première crise observée, dès que le chien cherche à « gober des mouches » si vous le surprenez croquant dans le vide.

Plusieurs origines possibles

L’épilepsie primaire existe chez le chien. Elle apparaît en général à partir de 2 ans, sur des animaux par ailleurs en parfaite santé. C’est la réalisation d’examens secondaires (prise de sang, scanner, ponction de liquide céphalo-rachidien) qui permet d’éliminer les autres causes et de poser le diagnostic d’épilepsie primaire. Certaines races sont prédisposées comme le labrador, le golden retriever, le berger allemand ou encore le boxer.

D’autres maladies se manifestent par des crises convulsives que l’on appelle crises épileptiformes. Il s’agit de traumatismes crâniens, de tumeurs cérébrales, de problèmes hépatiques ou rénaux, d’intoxications, parfois d’infections ou encore d’hypoglycémie. Ces nombreuses hypothèses expliquent la nécessité pour le vétérinaire de pratiquer plusieurs examens avant de proposer un traitement en fonction du diagnostic.

Que faire face à une crise ?

Lorsque la crise se produit, il est important de mettre le chien en sécurité, c’est-à-dire d’éviter qu’il ne se blesse. Il faut donc retirer les objets contre lesquels il pourrait se cogner, l’éloigner des escaliers… Le chien ne risque pas d’avaler sa langue. Donc, contrairement à ce que l’on a l’habitude de faire chez l’homme, inutile de la lui maintenir, il risquerait de vous mordre involontairement.

Les crises sont aggravées par les stimulations sensorielles. Il faut donc les limiter : coupez radio ou téléviseurs, éteignez les lumières, ne parlez pas près de l’animal et évitez de le toucher. La crise est souvent impressionnante, il peut être préférable d’éloigner les enfants ou les personnes sensibles. Si votre vétérinaire vous a prescrit un anticonvulsif (comme le Valium), vous pouvez lui administrer directement dans l’anus. L’effet est très rapide. Il est utile de chronométrer la durée de la crise et de la filmer, surtout si c’est la première. Votre vétérinaire sera intéressé par ces renseignements.

Dr Céline Lacourt

 

Insolite Mes Z'histoires Portraits

Spookie, le berger allemand voyageur

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Touriste à 4 pattes

Laissez moi vous présenter Spookie, le berger allemand voyageur.

Avec plus de 30 villes visitées à travers une douzaine de pays, il peut s’enorgueillir d’avoir plus baroudé que bon nombre d’humains.

Son destin de touriste canin était pourtant loin d’être évident. Il a été trouvé, errant dans les rues de San Francisco, alors qu’il n’était encore qu’un petit chiot de 2 mois. Par le biais de l’association qui l’avait secouru, il fut adopté par un jeune couple, Karina et Travis. Ces deux là adorent voyager, particulièrement en Europe.  Mais pas question de partir sans Spookie.

C’est ainsi que ce rescapé chanceux s’est mis à parcourir le monde. Il prend même un plaisir évident à poser sur les photos comme un touriste, à Amsterdam, Dubrovnik, Florence, etc…

Un trio sympathique à qui on souhaite longue vie et bon vent ! Envoyez nous des cartes postales !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur Le Labrador

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Le labrador

Le labrador retriever est une race de chien originaire du Royaume Uni. Cette espèce est aujourd’hui très populaire en France où l’on croise de nombreux labradors sable, noir ou chocolat.

Adulte, ce chien mesure environ 57 cm au garrot pour les mâles, un peu moins pour la gent féminine, et pèse une bonne trentaine de kilos (souvent plus, malheureusement).

C’est un chien endurant, d’allure ronde et robuste. Les épaules sont musclées et les fesses comme les postérieurs sont puissants. La queue est de longueur moyenne, plus épaisse à la base. La tête est ronde également avec de belles mâchoires. Les yeux sont brillants, souvent de couleur noisette. Les oreilles sont de taille moyenne et tombent sur les côtés.

La robe est uniforme, mais une petite tâche sous le poitrail est admise. La robe peut être sable, noire ou chocolat. Le poil du Labrador est court et épais, avec un sous-poil dense, imperméable, qui peut vraiment se faire détester en période de mue !

Ce chien a également les pattes palmées, en réalité, la membrane située entre les coussinets est particulièrement développée. Ce bon nageur adore les baignades, y compris dans les mares de boue !

La légende de la loutre

On raconte que le labrador serait issu du croisement d’un Terre Neuve avec une loutre. La légende reste imaginaire mais l’attirance du labrador pour l’eau est bien réelle.

Ce chien est certainement originaire de la ville de Saint-Jean de Terre-Neuve. Il aidait alors les pêcheurs, ramenant des poissons en sautant par dessus bord. Importé en Angleterre au XVIIIe siècle, il est alors apprécié pour ses qualités de rapporteur à la chasse.

Par la suite, des croisements avec d’autres chiens de chasse sont réalisés et la race est fixée au cours du XXe siècle. En France, le club est fondé en 1911 et la race remporte depuis un succès indémodable.

Un bon compagnon

Le labrador est un chien de chasse à l’origine mais il est devenu un compagnon au sein des familles. Son caractère enjoué et joueur fait la joie des enfants. Il aime les promenades et a besoin de se dépenser.

Patient, il sait se montrer attentif et doux, une fois ses jeunes années un peu excessives passées. L’éducation doit se faire tôt et en douceur mais il est nécessaire de canaliser l’énergie débordante de ce jeune chien.

Fidèle, il se montre très attaché à ses maîtres et fait preuve d’une grande intelligence.

De santé robuste en général, le labrador peut souffrir de dysplasie et une radiographie réalisée à l’âge d’un an est souvent recommandée avant d’envisager la reproduction, de manière à ne pas transmettre cette dysplasie aux futures générations.

Le labrador perd ses poils mais ne nécessite pas d’entretien particulier. Même après les bains de boue qu’il affectionne, la boue sèche et glisse le long de ses poils et un bon coup de brosse fait oublier ses facéties.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Pratique Santé

15 aliments dangereux pour votre chien

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Ni nonos, ni susucre !

Depuis sa domestication par l’homme, le chien n’est plus un carnivore strict. Il a apprit a digérer d’autres types d’aliments, devenant ainsi un carnivore à tendance omnivore.

C’est ainsi qu’il peut manger occasionnellement quelques restes de table ou des petits suppléments à sa ration quotidienne.

Mais attention, d’une part votre chien n’est pas une poubelle et d’autre part certains aliments, bons pour nous, ne le sont pas pour lui. Quelques uns sont même très dangereux.

Voici donc un petit mémo des 15 aliments à éviter absolument.