Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: chats

Mes Z'infos Zoom sur

Le Toyger

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Le toyger est un chat mini-tigre qui conjugue la grâce du grand félin avec l’attachement du chat domestique.

Le nom de ce chat américain est composé du mot toy qui signifie jouet et de tiger qui signifie tigre. C’est donc un tigre de poche que Judy Sugden, la fille de Joan Mill, le « créateur » du Bengal, a cherché à créer dans les années 1980.

Elle commence donc à croiser le bengal avec un chat domestique à poil court mais ayant des marques proches de celles du tigre. Si l’objectif était d’obtenir un chat portant la robe du tigre, Judy Sogden voulait aussi un chat doux, adapté aux familles. Contrairement au bengal ou au savannah, le toyger n’a donc pas de « sang sauvage ». C’est en 1990 que la race est enregistrée aux USA avant de participer aux championnats en 2007.

Une robe caractéristique

Le toyger ressemble à un tigre miniature. Sa robe est donc orange avec de belles rayures noires verticales. On l’appelle Brown Mackerel Tabby. Plusieurs nuances de fond orangé sont acceptées. Le poil est court et brillant, très soyeux. Le corps est allongé, athlétique. Les muscles se dessinent sous la peau, lors des déplacements du chat. Les épaules et le cou sont également musclés.La queue est longue, striée d’anneaux noirs. Le toyger la porte plutôt basse.

Parmi les efforts de travail, Judy Sogden a également sélectionnédes reproducteurs présentant un faciès particulier, rappelant celui du tigre.La tête de ce chat est donc large avec un long nez. Le cuir du nez est large, en forme de V inversé jusqu’aux yeux. Les oreilles sont petites et arrondies.Les yeux ronds sont assez rapprochés et d’une couleur sombre. Le menton est large et la mâchoire inférieure puissante.

Un chat tendre et affectueux

Contrairement au savannah et au bengal, le toyger a été sélectionné pour partager la vie de famille. Si son physique rappelle celui du félin sauvage, il présente un caractère très affectueux. Attaché à ses maîtres, il est aussi intelligent que docile. Il s’entend avec ses congénères et les autres animaux. Très actif, il appréciera de pouvoir sortir mais saura aussi profiter d’arbres à chat et autres jeux mis à sa disposition. Il est joueur et facétieux et apprécie la compagnie de ses maîtres.

Race encore très rare en Europe, elle a été reconnue par le LOOF en 2016. Mais l’alliance de la gentillesse avec l’élégance sauvage est le gage d’un prochain succès.

Dr Céline Lacourt

Arts et cultures Mes Z'histoires

Les chats dans la pub

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

°°°

Entre coup de pub et coup de griffe

Après les chiens, rois des cabots, voici le tour des chats de jouer les bêtes de pub.

Souvent choisis pour leur coté mystérieux et noctambule, ils illustrent des boissons alcoolisées, des cigarettes ou des cabarets.

Leur sens inné de la propreté est également à l’origine de leur place dans l’univers des savons.

Enfin, leur gourmandise et leur friponnerie leur a valu de figurer sur des boites de fromages.

Un portrait finalement assez juste de nos petits félins adorés.

Mes Z'infos Zoom sur

Le Ragdoll

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Ce grand minet attachant est d’une grande douceur.
C’est d’ailleurs le seul chat qui tire son nom de son comportement !

Le Ragdoll provient d’un croisement, dans les années 1960, entre le chat persan dont l’Américaine Ann Backer faisait l’élevage, avec la chatte de ses voisins, une chatte angora aux yeux bleus et à la fourrure blanche.
En France, c’est en 1986 que naissent les premiers ragdoll.

Une jolie peluche…

C’est un animal de grande taille. Le mâle peut ainsi peser 9 kg !
Sa tête est large et plutôt triangulaire avec un front plat. Les oreilles sont de taille moyenne, arrondies au sommet et plus larges à la base. Les yeux du ragdoll sont de formes ovales, assez grands et surtout caractérisés par leur extraordinaire couleur bleue intense.
Le corps de ce chat est fort, le poitrail large. C’est un animal très musclé. Sa queue est longue, s’affinant vers la pointe, toujours portée en panache.
Le poil est long, surtout au niveau de la queue.
Les robes du ragdoll s’apparentent à celles du siamois une base blanche ou crème avec des marques sur le museau, la queue et les pattes. On retrouve donc le seal point, bluepoint, lilac point, chocolate point… Les pieds peuvent être blancs (on dit qu’ils sont gantés) ou bicolores.

D’une tendresse infaillible

Lorsqu’on prend un chat ragdoll dans les bras, il s’y abandonne avec une telle confiance qu’on ne peut que comprendre le choix de son nom.
Il est affectueux, très attaché à son maître qu’il a tendance à suivre partout, et d’une grande gentillesse.
Son caractère est doux et tranquille. On peut aussi le caractériser de « force calme ». Il s’adapte bien à la vie en appartement mais peut également profiter du jardin pour faire de l’exercice, tout en restant à portée de vue car ce casanier n’ira jamais très loin.
Il apprécie la compagnie d’autres animaux et préfère la soumission ou un bon abri à tout conflit.

Une race solide

Le ragdoll ne présente pas de problème de santé particulier.
Certains souffrent d’insuffisance cardiaque mais la rigueur des éleveurs limite la transmission de cette maladie.
Comme le persan et le sacré de Birmanie, il peut aussi présenter une fragilité rénale, qui reste heureusement peu fréquente.
Sa fourrure longue et soyeuse demande un entretien régulier.
Une alimentation adaptée limitera la prise de poids de notre gourmand !

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Pratique Santé

Faire reproduire sa minette

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

La magie d’une naissance

Il n’y a rien de plus extraordinaire que d’observer une chatte prendre soin de ses petits. Des gestes tendres, de la discipline, des apprentissages, un vrai spectacle dont on ne se lasse pas, et qui passionne aussi les enfants.

Si Dame Nature offre la possibilité aux minettes des rues de se reproduire dès l’âge de 6 mois, il est conseillé d’attendre l’âge de 18 mois pour tenter l’aventure avec votre petite compagne. Les plus jeunes s’occupent parfois moins bien de leurs petits et les plus âgées se fatiguent davantage.

 

Quand et comment ?

Si vous êtes l’heureux propriétaire d’une chatte de race au pedigree impressionnant, vous pouvez vous tourner vers l’élevage qui vous l’a vendue afin de demander si un mâle est disponible pour la saillie. Les contacts peuvent aussi se faire à l’occasion de salons et d’expositions.
Des sites internet mettent enfin en relation les propriétaires pour organiser les mariages de poilus.
Enfin, si votre chatte a accès à l’extérieur, nul doute que des prétendants sauront la trouver et se bousculer pour obtenir ses faveurs.

En pratique

Chez les chattes, les chaleurs durent plusieurs semaines avec des phases plus marquées. La chatte « appelle » le mâle par des miaulements rauques bien particuliers. Elle peut uriner en dehors de la litière. Elle se montre très câline, présentant sa croupe en levant la queue sur le côté. C’est à ce moment qu’il faut présenter les futurs amoureux.

En général, il est recommandé de laisser la femelle chez le mâle pendant quelques jours. Sur son territoire, le mâle sera plus à l’aise et la femelle l’acceptera plus facilement. Il reste néanmoins possible que l’étincelle ne soit pas au rendez-vous et que les tourtereaux s’ignorent, mais c’est assez rare.

La parade amoureuse n’a rien de tendre chez nos minous et la fougue du mâle qui croque la nuque de sa belle est impressionnante. La saillie est très rapide et les jeunes mariés s’accouplent plusieurs fois. C’est d’ailleurs cette saillie qui déclenche l’ovulation, permettant la fécondation dans la majorité des cas.

 

Précautions et surveillance

Certaines maladies sont transmises par la saillie, notamment les virus immunodéficients FiV et FelV. Il est donc fortement recommandé d’exiger un test de dépistage récent de chacun des chats et des vaccinations à jour (évidemment, ceci n’est pas possible pour la belle qui choisit son mâle toute seule).
L’administration d’un vermifuge à la minette est également conseillée juste avant la saillie, afin de limiter la transmission de vers aux chatons.

Les premiers signes d’une bonne nouvelle chez votre minette sont un bel appétit et des siestes prolongées. La gestation dure 2 mois mais les confirmations par radio ou écho ne sont possibles que tardivement, à 45 jours. Il faut proposer une alimentation pour chatons à la future maman qui doit aussi avoir à disposition une grande gamelle d’eau. Et maintenant, il n’y a plus qu’à attendre !

Dr Céline Lacourt

Arts et cultures Mes Z'histoires

Les chats dans la peinture

Gallery Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

 

De chat-toyants tableaux !

En parcourant l’histoire de la peinture, on constate que les chats, en plus d’être d’adorables compagnons, furent pour beaucoup de peintre une source d’inspiration.

Voici une galerie de tableaux ayant comme point commun d’avoir un matou pour personnage secondaire ou principal. De quoi ronronner de bonheur…

Salon de barbier - Abraham Teniers (1629-1670)

Salon de Barbier – Abraham Teniers (1629-1670)

 

Portrait de Don Manuel Osorio Manrique de Zuniga - Francisco José de Goya (1746-1828)

Portrait de Don Manuel Osorio Manrique de Zuniga – Francisco José de Goya (1746-1828)

 

Portrait de Louise Vernet enfant - Théodore Géricault (1791-1824)

Portrait de Louise Vernet enfant – Théodore Géricault (1791-1824)

 

Femme au chat - Edouard Manet (1832-1883)

Femme au chat – Edouard Manet (1832-1883)

 

Fille au chat - Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)

Fille au chat – Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)

 

Mimi et son chat - Paul Gauguin (1848-1903)

Mimi et son chat – Paul Gauguin (1848-1903)

 

Le chat blanc - Pierre Bonnard (1867-1947)

Le chat blanc – Pierre Bonnard (1867-1947)

 

Matisse-Pussy

Le Chat aux poissons rouges – Henri Matisse (1869-1954)

 

Chat et oiseau - Paul Klee (1879-1940)

Chat et oiseau – Paul Klee (1879-1940)

 

pablo-picasso-chat-saisissant-un-oiseau

Chat saisissant un oiseau – Pablo Picasso (1881-1973)

 

CHATcocteau

Fresque de la chapelle Saint Blaise – Jean Cocteau (1889-1963)

 

 

Insolite Mes Z'histoires

les chats globe-trotter

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Le goût des grands espaces

Les chats, comme chacun sait, sont des animaux extrêmement casaniers. Mais il peut y avoir quelques exceptions…

Je vous avais déjà parlé de Vladimir, le chat voyageur, voici maintenant Daikichi et Fuku-Chan.

Ces deux là sont de vrais globe-trotter. Grace à leur maître, le photographe Daisuke Nagasawa, ils parcourent les plus beaux paysages, à quatre pattes, en poussette ou en sac à dos. De vrais petits chiens ! Mais chut, il ne faut leur dire !

Arts et cultures Mes Z'histoires

Il ne pensait qu’à chat

Gallery Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Sempé, sans peur et sans reproche

Dessinateur humoristique, Siné s’est fait connaître à l’âge de 25 ans avec ses Chats. Il a ensuite collaboré à L’Express, au magazine Lui, à l’émission de télévision « Droit de Réponse » et à Charlie Hebdo. Il a été aussi le créateur de divers journaux satiriques. Il a tiré sa révérence le 5 mai 2016 à l’age de 87 ans. Ultime pied de nez à la mort, il a fait écrire sur sa tombe « Mourir ? Plutôt crever ! »

Dessine moi un chat

Des chats il disait :  « J’adore les chats. J’ai beaucoup de points communs avec eux : ils sont beaux, intelligents et racés… comme moi. Paresseux, ils passent plus de la moitié de leur temps à dormir. Moi aussi. (…)
Et puis, surtout, ils sont foncièrement anarchistes : alors qu’il existe des chiens policiers, jamais aucun chat au monde n’accepterait d’exercer ce foutu métier. Moi non plus. Vive les chats ! »

Voici quelques uns de ses dessins de chats calembouresques, qui n’ont pas pris une ride.

sine1  sine3 sine4 sine5 sine6 sine7 sine8 sine9 sine10

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires

Kung Fu Chachat !

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

 

On connaissait Kung Fu Panda, voici maintenant Kung Fu Chachat !

Pour quiconque partage sa vie avec un matou, ces clichés de positions dignes de Tigre et Dragon ne seront pas une surprise. Nos petits félins nous ont habitué à toute sorte de pitrerie et d’acrobatie variées.

Le talent du photographe Hisakata Hiroyuki, a été d’immortaliser, sans aucun trucage, les attitudes les plus martiales de nos tigres miniatures. Je pense même que parmi eux se cache le Bruce Lee félin. Miaouuuu !!!

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Pratique Santé

Les chats et nous

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Catmania

La passion des Français pour ces boules de poils est connue. Les résultats de plusieurs enquêtes sur les Français possesseurs ou non de chats, auprès de vétérinaires, nous dressent le portrait de cette « cat mania » qui a envahi l’hexagone.

Le chat est le premier animal de compagnie dans le cœur des Français. Plusieurs milliers de chatons sont adoptés chaque année. Une famille sur trois possède un ou plusieurs chats, la moyenne étant de 1,61 chat par foyer. Les propriétaires de chats sont plutôt citadins mais habitent majoritairement en maison et avec des enfants. 68 % des familles laissent leur chat profiter du jardin.

Pourquoi adoptons-nous ces minous ?

Les propriétaires de chats sont souvent des personnes qui ont eu des animaux dans leur enfance et pour 40 % d’entre eux, c’est la recherche d’un véritable compagnon qui motive leur choix d’adoption.

Nos chats viennent assez peu d’élevages (2,2 %). C’est plutôt le chaton donné par un ami ou un voisin qui rejoint le foyer (54,3 %), lorsque ce n’est pas l’arrivée d’un chat perdu ou abandonné qui vient demander un peu d’amour (et de croquettes) et à qui on ouvre la porte.

Certains Français hésitent encore à franchir le cap même si la présence d’un chat à la maison les tente. C’est souvent la contrainte de trouver une solution de garde pendant les vacances et le manque de disponibilité qui sont évoqués.

Des chats qui vivent plus longtemps

L’espérance de vie des chats a augmenté et s’élève à une quinzaine d’années.

58 % des propriétaires amènent leur chat en consultation au moins une fois par an. Ce chiffre reste largement inférieur à celui des chiens et les chats restent moins médicalisés.
Si 68 % des motifs de consultations regroupent la première visite du chaton et les consultations vaccinales annuelles, seulement 25 % des consultations ont pour motif un chat malade. En effet, le chat est résistant et masque fort bien ses symptômes. Le propriétaire peut passer à côté d’une maladie évoluant depuis déjà un moment. De plus, la visite chez le véto est souvent vécue comme un stress, pour le chat comme pour son propriétaire, n’incitant pas ce dernier à consulter rapidement.

Les troubles les plus fréquents rencontrés chez le chat sont les problèmes rénaux et urinaires pour environ 60 % des cas.
Si 90 % des vétérinaires soulignent l’importance d’une alimentation adaptée dans la prévention de ces problèmes de santé, tout comme celle de l’obésité, plus de 64 % des propriétaires ne suivent pas de recommandation particulière, alors que l’aspect santé/nutrition leur paraît important.

Au vu de ces enquêtes, il en résulte que la sensibilisation sur l’importance de la qualité de l’alimentation du chat doit être développée.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Santé

Les soins quotidiens

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Les petits gestes à ne pas oublier

Adopter un animal de compagnie, c’est s’engager à veiller sur lui tout au long de sa vie, à s’occuper de son bien-être.

Une gamelle bien remplie, des visites régulières chez son vétérinaire préféré, des sorties nombreuses pour les chiens, une litière propre pour les chats, une cage changée régulièrement pour certains, et des câlins à profusion pour tout le monde !

Il ne faut pas non plus oublier les petits gestes du quotidien. Ces soins ne sont pas compliqués à mettre en place. En revanche, il vaut mieux y habituer votre compagnon dès son plus jeune âge, en commençant progressivement par des séances plus courtes.

Un brossage régulier

Si une visite chez le toiletteur ne s’impose pas nécessairement, le brossage régulier est indispensable à votre animal. Il permet de retirer les poils morts. La fréquence de ce brossage va dépendre de la longueur des poils et de la saison (plus souvent en période de mue). Les poils s’agglutinent et peuvent former des bourres indémêlables, surtout lorsque le pelage est laineux. Pour les chats qui portent un soin particulier à leur toilette, l’ingestion de ces poils provoque des vomissements, voir des constipations. Enfin, un pelage non entretenu favorise l’apparition de maladies cutanées.

Le choix de la brosse dépend à la fois de la densité et de la longueur du poil. Pour un chinchilla, une petite brosse souple suffit, mais chez le berger des Pyrénées, il vaut mieux utiliser une brosse dure avec des crans plus longs. Attention à certaines brosses blessantes, aux crochets recourbés. La brosse à rangée de dents uniques, courtes, fines et serrées, en métal, est la plus polyvalente. Elle ne blesse pas la peau, n’arrache pas le poil mais retire efficacement une grande quantité de poils morts alliant l’action mécanique à l’action électrostatique. Le brossage est aussi l’occasion d’inspecter la peau de votre animal, à la recherche de parasites.

Épilation et nettoyage des oreilles

La présence de poils gêne l’aération naturelle du conduit et peut entraîner l’apparition d’otites. Il convient de les épiler régulièrement. On peut procéder par petites tractions avec les doigts, ou bien utiliser une pince à épiler. Il peut être difficile d’épiler les deux conduits dans la foulée car le geste n’est somme toute pas des plus agréable et parfois, il est plus facile de le faire accepter au chien en deux temps. Une fois le conduit épilé, il doit être nettoyé, surtout sur les animaux plus sensibles aux otites (races prédisposées ou sensibilité individuelle). Pour cela, on remplit le conduit auditif avec un produit adapté et conseillé par votre vétérinaire. On masse de façon à bien faire remonter les sérosités accumulées dans le fond de l’oreille. Ensuite, on essuie ce qui ressort à l’aide d’un coton, ou d’une compresse enroulée autour du doigt. L’usage des cotons-tiges est à proscrire absolument. On peut former un bouchon difficile à dégager.

Nettoyage des yeux

Ce soin concerne les animaux aux nez courts (chat persan, bouledogue…), les animaux dont les canaux lacrymaux sont bouchés, et les plus sensibles (les chats roux ou blancs, les animaux aux yeux clairs).

Il faut éviter la persistance d’une région humide liée à l’écoulement des larmes au coin des yeux. Ce soin limite le risque de conjonctivite secondaire. On peut utiliser une lotion, des lingettes ou bien un gel, sur les conseils de votre vétérinaire. La lotion est directement versée sur l’œil que l’on nettoie ensuite, de l’intérieur vers l’extérieur avec un petit morceau de papier toilette. Le coton laisse des fibres, certaines compresses peuvent être irritantes. Lorsque l’on utilise du gel, il peut être versé sur le papier avant de nettoyer l’œil.

Nettoyage des plis

Certaines races, de chiens en particulier, présentent de nombreux plis sur la tête notamment. Ces plis demeurent humides et peu aérés, terrain propice au développement de certaines bactéries et lieu d’apparition des dermites. Il ne faut pas oublier les sharpei, dont les plis ne se limitent pas à la tête, les espaces interdigités (entre les coussinets), ou, chez les lapins par exemple, les replis de part et d’autre des bourses ou de la vulve. Chaque animal a sa morphologie, à vous de repérer ces zones sensibles. Il faut les nettoyer régulièrement et surtout les sécher en douceur, en veiller à ne jamais irriter la peau. Chasse aux épillets aussi dans ces plis, surtout entre les coussinets !

Coupe des griffes

Ce soin n’est pas forcément nécessaire pour tous les animaux. En effet, le chien sportif usera naturellement ses griffes, tout comme le chat qui adore les  faire sur le tronc d’arbre du jardin. Mais le lapin qui ne sort que dans votre salon, le chat d’appartement qui boude son griffoir ou encore le vieux toutou qui se déplace de moins en moins, peuvent avoir besoin d’une séance manucure.

Les griffes sont formées d’une partie irriguée et sensible à la base du doigt. Il ne faut couper que la partie extrême, qui ne comporte ni vaisseau, ni terminaison nerveuse. Sur une griffe blanche, c’est simple. On voit par transparence la partie rosée, à laquelle il ne faut pas toucher, et la partie transparente, au bout. C’est celle-ci que l’on peut couper. L’utilisation d’un coupe griffe en forme d’une paire de ciseaux est la plus facile, rapide et efficace. Il faut bien sûr le choisir adapté à votre compagnon. Les griffes du berger allemand sont plus dures que celles du lapin ! Sur une griffe noire, il est parfois plus prudent de faire un tour chez le vétérinaire ou le toiletteur. En général, en coupant ¼ tous les mois, on ne risque pas de couper trop court. Si tel est le cas, pas de panique, une petite compression et la pose d’un petit pansement temporaire suffit à régler le problème.

Dr Céline Lacourt

Enregistrer