Z le Chien et ses amis » Blog Archives

Tag Archives: chat

Arts et cultures Insolite Portraits Tendresse

Chat d’amour

Published by:

Cette jeune femme japonaise adore son chat. Jusque là rien de bien original…

Mais regardez comme son chat le lui rend bien : il a un cœur dessiné sur sa fourrure !

Cette particularité est tellement craquante, que sa maîtresse lui a confectionné une peluche identique

Et comme si cela ne suffisait pas, elle en a ajouté une plus petite

Telles des poupées russes, ils trônent sur l’arbre à chat. Adorable non ?

Mes Z'infos Zoom sur

Mon tonkiki, mon tonkinois !

Published by:

Le chat tonkinois

Issu du croisement entre le siamois et le burmese, le chat tonkinois se présente comme une race à part entière qui réunit harmonieusement les qualités de ses 2 ancêtres.

Avant d’être ainsi nommée, la race a vu le jour en Thaïlande où les croisements de chats siamois et burmese se faisaient souvent. Il semblerait que la première minette portant ainsi les caractères morphologiques de ses 2 parents soit arrivée aux États-Unis vers 1930.

Un croisement réussi

La race a été officiellement reconnue au Canada en 1965, on l’appelait alors le siamois doré.

À l’origine, les chats siamois ayant servi au croisement avec les chats burmese étaient plus ronds que les standards actuels attendus. Leur ossature était plus forte et leurs yeux d’un bleu clair. Inversement, les burmese étaient moins robustes qu’aujourd’hui, finalement ces 2 races étaient alors très semblables.
Dans une portée de tonkinois obtenue par mariage de deux tonkinois, ¼ des petits portent les caractéristiques des anciens siamois, ¼ celles des anciens burmese et ½ sont de véritables tonkinois.
Les nostalgiques des premiers chats siamois ou burmese se tournent aujourd’hui vers ces chatons. En France le croisement siamois-burmese n’est plus autorisé depuis quelques années. Les tonkinois sont reproduits entre eux ou mariés avec un burmese anglais ou un asian longhair.

Le chat « parfait »

Le tonkinois est un chat de taille moyenne, élégant et athlétique.
Sa musculature est dense et ses pattes plutôt fines. La tête a une forme arrondie, le nez est légèrement bombé et les oreilles sont un peu arrondies. Les yeux sont en forme d’amande de couleur bleu ou ambre.
Le poil du tonkinois est court le plus souvent, parfois mi-long. La fourrure est d’une grande douceur, brillante et soyeuse. Elle rappelle celle du vison d’où le nom donné à la robe la plus recherchée du tonkinois, le mink. Les robes obtenues par croisement entre le colour point du siamois et le sepia du burmese sont en effet le colorpoint, avec des yeux bleus, le sepia, avec des yeux verts à dorés, ou encore le mink, robe typique du tonkinois aux yeux aigue-marine.

Un chat très sociable

Comme pour ses caractères morphologiques, le tonkinois est vraiment le compromis entre le caractère parfois excessif du siamois et la placidité du burmese.
Il est actif et attaché à ses maîtres mais moins bavard et pot de colle que le siamois. Il est très affectueux et câlin.
Ce chat s’entend avec les autres animaux et adore jouer avec les enfants. C’est un sportif qui a besoin de se dépenser et ne manque pas d’intelligence.
Il sait se faire comprendre et obtenir ce qu’il veut et fait preuve d’une grande curiosité. Ainsi il ne serait pas surprenant qu’il apprenne rapidement à ouvrir la porte de la pièce que vous lui interdirez…

Attachant et d’une grande beauté, le tonkinois est un chat exceptionnel encore trop rare en France.

Dr Céline Lacourt

 

 

Mes Z'infos Pratique Santé

Les chats et nous

Published by:

Catmania

La passion des Français pour ces boules de poils est connue. Les résultats de plusieurs enquêtes sur les Français possesseurs ou non de chats, auprès de vétérinaires, nous dressent le portrait de cette « cat mania » qui a envahi l’hexagone.

Le chat est le premier animal de compagnie dans le cœur des Français. Plusieurs milliers de chatons sont adoptés chaque année. Une famille sur trois possède un ou plusieurs chats, la moyenne étant de 1,61 chat par foyer. Les propriétaires de chats sont plutôt citadins mais habitent majoritairement en maison et avec des enfants. 68 % des familles laissent leur chat profiter du jardin.

Pourquoi adoptons-nous ces minous ?

Les propriétaires de chats sont souvent des personnes qui ont eu des animaux dans leur enfance et pour 40 % d’entre eux, c’est la recherche d’un véritable compagnon qui motive leur choix d’adoption.

Nos chats viennent assez peu d’élevages (2,2 %). C’est plutôt le chaton donné par un ami ou un voisin qui rejoint le foyer (54,3 %), lorsque ce n’est pas l’arrivée d’un chat perdu ou abandonné qui vient demander un peu d’amour (et de croquettes) et à qui on ouvre la porte.

Certains Français hésitent encore à franchir le cap même si la présence d’un chat à la maison les tente. C’est souvent la contrainte de trouver une solution de garde pendant les vacances et le manque de disponibilité qui sont évoqués.

Des chats qui vivent plus longtemps

L’espérance de vie des chats a augmenté et s’élève à une quinzaine d’années.

58 % des propriétaires amènent leur chat en consultation au moins une fois par an. Ce chiffre reste largement inférieur à celui des chiens et les chats restent moins médicalisés.
Si 68 % des motifs de consultations regroupent la première visite du chaton et les consultations vaccinales annuelles, seulement 25 % des consultations ont pour motif un chat malade. En effet, le chat est résistant et masque fort bien ses symptômes. Le propriétaire peut passer à côté d’une maladie évoluant depuis déjà un moment. De plus, la visite chez le véto est souvent vécue comme un stress, pour le chat comme pour son propriétaire, n’incitant pas ce dernier à consulter rapidement.

Les troubles les plus fréquents rencontrés chez le chat sont les problèmes rénaux et urinaires pour environ 60 % des cas.
Si 90 % des vétérinaires soulignent l’importance d’une alimentation adaptée dans la prévention de ces problèmes de santé, tout comme celle de l’obésité, plus de 64 % des propriétaires ne suivent pas de recommandation particulière, alors que l’aspect santé/nutrition leur paraît important.

Au vu de ces enquêtes, il en résulte que la sensibilisation sur l’importance de la qualité de l’alimentation du chat doit être développée.

Dr Céline Lacourt

Arts et cultures Mes Z'histoires

chat porte-bonheur

Published by:

Le maneki neko

Connaissez vous le maneki neko ? Si vous avez déjà passé la porte d’un restaurant japonais, j’imagine que ce petit chat qui lève la patte n’a pas pu vous échapper.

La tradition

Le maneki neko, ou chat porte-bonheur, est issue d’une vieille tradition japonaise. Son nom signifie « chat qui invite » et il est censé attirer la chance et la fortune. Le plus souvent cette statuette se place à l’entrée d’un commerce, mais on peut aussi la mettre dans sa maison.

Les légendes

De nombreuses légendes existent concernant l’origine de ce petit chat porte-bonheur.

L’une d’elle raconte qu’un seigneur féodal fût surpris par un orage et se réfugia sous un arbre face à l’entrée d’un petit temple délabré. Sur le parvis se tenait un chat assis avec la patte levée. Intrigué, le seigneur quitta son refuge pour s’approcher du chat qui semblait l’inviter. Il n’était pas plutôt arrivé que la foudre frappa l’arbre où il se trouvait naguère. Le chat lui avait sauvé la vie !
En remerciement, le seigneur devint le bienfaiteur du temple, qui finit par prospérer et fut renommé le Temple de Gotokuji. Quand au chat, le jour de sa mort il fut fut enterré avec tous les honneurs dans le cimetière du Temple.

Les positions

Plusieurs types de maneki neko existent. Outre les matériaux dans lesquels il est créé (le plus souvent c’est en céramique) la position du chat a également son importance.

Selon qu’il lève la patte droite ou gauche, la signification change : s’il lève la patte droite, il fera venir l’argent, si c’est la gauche cela signifie qu’il attirera de nouveaux clients pour un commerce ou de nouveaux invités si vous le placez dans votre maison.

Les couleurs

Traditionnellement, à l’image du chat bobtail japonais, la couleur du maneki neko est le blanc, avec quelques taches tricolores.
Mais on peut le trouver dans d’autres couleurs, dans ce cas la signification sera différente : le rouge protégera des maladies, le vert favorisera la réussite dans les études, le noir éloignera les personnes malveillantes…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires Portraits

Vladimir le chat voyageur

Published by:

Une vie d’aventure

Vladimir est un petit chanceux. Pensez donc, ce beau chat blanc aux yeux d’or a visité la quasi totalité des parcs nationaux américains. 52 sur les 59 existants pour être exact, dont Yosemite et le Grand Canyon.

Le félin aventurier a ainsi parcouru des forêts, des déserts, des plages et même des volcans. Tout cela dans un vieux camping car, avec ses maitres Cees et Madison, avec qui il partage une merveilleuse complicité.

De quoi donner des envies d’escapades…

 

 

Enregistrer

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires

Bien chat-pottés

Published by:

Kawaii !

Au Japon, les amoureux des chats sont légion. Mais le pays du soleil levant est également connu pour être la patrie du « kawaii », qui signifie « mignon ».

Narttiya Buhm Tanabe, une jeune Tokyoïte éprise de chat, de chapeaux et de kawaii donc, a décidé d’allier ses trois passions en développant une ligne de couvre-chats en crochet, du plus bel effet.

Ce sont ses deux chats, Momotary et Megumi, qui jouent les mannequins. Les chapeaux sont vendus en ligne à d’autres amoureux des chats-pottés du monde entier. Trop mignon !

Mes Z'infos Pratique Santé

10 conseils pour emmener votre chat chez le véto

Published by:

La visite du chat chez le véto

Entre le stress du chat et celui de son propriétaire, l’arrivée à la clinique vétérinaire est rarement sereine…

Voici dix conseils simples pour transporter votre animal, sans que la visite annuelle ne vire au cauchemar !

1/ Votre compagnon ne doit pas voyager en liberté dans la voiture.

2/ Il faut choisir un panier de transport adapté et solide. L’idéal est un modèle qui s’ouvre par le dessus et dont la partie supérieure peut même être complètement démontée. Il est préférable aussi que le système d’ouverture ne soit pas trop bruyant ni trop brusque car le chat est très sensible aux bruits, surtout lorsqu’il n’est pas dans son environnement habituel.

3/ A la maison, placez la cage dans une pièce de vie, en laissant la porte ouverte. Il faut que votre animal soit habitué à la voir dans son quotidien. Les propriétaires les plus chanceux verront même leur chat s’y installer pour une petite sieste, et là, c’est presque gagné !

4/ Pour rendre la boîte de transport attractive et confortable, ajoutez sa couverture préférée. On peut aussi frotter délicatement la tête du chat avec un linge, l’imprégnant ainsi de ses odeurs avant de le glisser dans la cage. Enfin, les sprays de phéromones ou d’huiles essentielles apaisantes conseillées par votre vétérinaire contribuent à rendre la cage familière.

5/ Si Félix refuse, inutile de forcer votre minou en le poussant par les fesses. Utilisez l’ouverture supérieure de la boîte et posez-le doucement à l’intérieur. Enrouler les plus récalcitrants dans une serviette réduit les risques de griffures et les tranquillise.

6/ Dans la voiture, la cage doit être posée au sol, entre la banquette arrière et le fauteuil passager. C’est la place la plus stable et celle à laquelle le chat est le mieux protégé en cas d’accident. Il est recommandé d’adopter une conduite calme, d’éviter d’écouter de la musique forte et, au contraire, de rassurer Félix en lui parlant tranquillement.

7/ Lorsqu’on porte le panier, celui-ci est plus stable porté contre vous, à deux bras. Les secousses de la boîte contre les jambes ou le mouvement de la cage qui suit celui du bras pendant la marche ne sont pas très confortables pour le chat. Il est aussi très utile de prévoir une couverture pour recouvrir la cage et éviter que le regard du minou ne se pose sur la truffe intéressée d’un chien.

8/ Dans la salle d’attente, évitez de laisser la cage au sol. Votre vétérinaire a peut-être prévu des emplacements en hauteur. Dans le cas contraire, gardez-la sur vos genoux, toujours sous la couverture et en plaçant la grille à l’opposé des autres patients.

9/ Dans la salle de consultation, retirez la couverture et ouvrez la grille du panier. Si au bout de quelques minutes Félix ne veut pas sortir, démontez sans geste brusque la partie supérieure de la cage. Certains chats sont rassurés de pouvoir se cacher sous la couverture pendant que leur véto les examine calmement. Parler au chat d’une voix douce et sereine est également très apaisant.

10/ Le retour d’un minou à la maison après une période d’hospitalisation peut être source de tension avec ses éventuels congénères. Soyez attentif aux réactions de chacun et au besoin, isolez votre compagnon convalescent pendant quelques heures, le temps de réduire l’impact des odeurs extérieures qu’il transporte et qui perturbent ses copains.

Dr Céline Lacourt

Insolite Mes Z'histoires

Amitiés improbables

Published by:

Je crois que j’ai vu un gros minet !

Tout le monde se souvient de Titi et Grosminet, le dessin animé qui a bercé l’enfance de plusieurs générations.

La nouvelle version que nous en donne la photographe bulgare Ekaterina Staromanova est quelque peu différente, mais au combien adorable.

En effet, entre son chat persan nommé Srebrina et son canari Pino, c’est le grand amour. Ces deux là ne se quittent pas, même aux heures des repas. Et, lorsque le chat couve des yeux le canari, ce n’est pas en vue d’en faire son casse-croute, mais simplement pour lui dire « je t’aime »…

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos

Zoom sur le chat Sokoké

Published by:

Le Chat sokoké

Le chat sokoké est un chat kenyan, sauvage, difficilement approchable et mettant en échec les « chasseurs » scientifiques désirant l’étudier.
Au Kenya, cet animal vit dans les arbres de la forêt de « Sokoké ». Contrairement aux autres félins de sa taille, rongeurs et petits oiseaux n’ont pas à le craindre. Il se nourrit en effet de papillons, grillons et autres insectes. Et pour accompagner ses mets de choix, une petite salade d’herbes propice à la digestion.

Une découverte rarissime

C’est dans les années 1970 que Mme Slater trouva une minette qui venait de mettre bas entre les racines d’un arbre proche de sa maison. Sauvage, la mère s’enfuit dès son approche mais Mme Slater recueillit et éleva les petits. Les chercheurs découvrant son élevage lui en apprirent le caractère exceptionnel. Une de ses amies en voyage chez elle ramena des chats au Danemark et en poursuivit l’élevage. Ils apparaissent en exposition pour la première fois en 1984.

Une allure élancée et une robe marquée

Le caractère sauvage et sportif du sokoké se devine à l’observation de sa silhouette. C’est un chat de taille moyenne, à la musculature développée. Les pattes sont longues et fines et les postérieurs, puissants, permettent des sauts d’une forte impulsion.
La fourrure est soyeuse, douce et sans sous-poils. Les marques rayées vont du brun au noir alors que la base est dorée. Ces marques sont fines et toujours identiques : rayures filiformes sur la tête et les joues, papillon sur l’épaule d’où partent ensuite 3 bandes larges qui se terminent à la base de la queue. Cette dernière est striée de rayures de plus en plus sombres. Le ventre, enfin, est tacheté de petits pois. L’ensemble de la robe du sokoké ressemble à l’écorce d’un arbre. Son nom ancestral est d’ailleurs « khadzonzos » qui signifie « comme l’écorce ».

Un caractère sauvage

Bien sûr, ces chats domestiqués et issus d’élevages sont habitués à vivre en famille. Mais ils demeurent indépendants. Ils ont besoin de grands espaces et en particulier d’arbres où grimper, jouer et chasser les insectes. Les déplacements du sokoké rappellent ceux du guépard. Il est sociable avec ses congénères comme avec les chiens et se montre doux et affectueux. Assez bavard, il communique avec son maître avec des miaulements aussi intenses que ses ronronnements en séances câlins.
Le chat sokoké reste un chat rare, même si les élevages se sont développés dans d’autres pays que le Danemark, notamment au Canada et aux États-Unis.

Dr Céline Lacourt

Enregistrer

Arts et cultures Mes Z'histoires

Bêtes de pub : Les chats

Gallery Published by:

Entre coup de pub et coup de griffe

Après les chiens, rois des cabots, voici le tour des chats de jouer les bêtes de pub.

Souvent choisis pour leur coté mystérieux et noctambule, ils illustrent des boissons alcoolisées, des cigarettes ou des cabarets.

Leur sens inné de la propreté est également à l’origine de leur place dans l’univers des savons.

Enfin, leur gourmandise et leur friponnerie leur a valu de figurer sur des boites de fromages.

Un portrait finalement assez juste de nos petits félins adorés.