Associations Mes Z'infos

Groin Groin

Published by:

les boud’groins sont nos copains !

Les cochons sont très intelligents, affectueux, propres (eh oui!), rigolos et passionnants.

Les cochons nains sont de très bons animaux de compagnie, si et seulement si, on leur consacre énormément de temps et d’attention, qu’on en sache assez à leur sujet pour leur donner une éducation spécifique à leur espèce et un environnement adapté.
Sinon c’est l’abandon assuré : 70% des familles vivant avec un cochon finissent par l’abandonner !

Il est donc indispensable de s’informer avant d’adopter un cochon. Et c’est ce que se propose de faire, entre autre, le site de l’association GROIN GROIN.

L’association et le refuge

En 2005, une vétérinaire et une passionnée de cochons fondent l’association et le refuge GroinGroin. Le refuge situé en Sarthe s’étend sur 12 hectares. Aujourd’hui, plus de 70 animaux sauvés y coulent des jours heureux.

L’association est composée d’une équipe bénévole vivant avec des cochons dits de compagnie. GroinGroin est aussi un réseau national de placement de cochons abandonnés et un centre d’information.

Si vous voulez en savoir plus ou pour les contacter : www.groingroin.org

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires

La gourmandise est un joli défaut

Published by:

Pour l’amour du beurre de cacahouète

Tous les chiens sont gourmands, comme chacun sait. Et ce n’est pas Bailey le mastiff qui vous aurait dit le contraire.

Son maitre, Greg Muray, photographe américain, s’amusait à l’observer en train de manger du beurre de cacahouète, son péché mignon. Ho, juste une petite lichette déposée sur le museau, mais qui donnait lieu à des contorsions de langues dignes des plus grands comiques.

Lorsque Bailey mourut,  son maitre décida de lui rendre hommage en réalisant une série de clichés de chiens en train de se lécher les babines et de l’intituler for the love of peanut butter, pour l’amour du beurre de cacahouète. Regardez, j’ai même posé pour lui !

 

Insolite Mes Z'histoires

Les chiens c’est pas du gâteau !

Published by:

Des gâteaux qui ont du chien

Certains aiment les chiens, d’autres aime les gâteaux.

Mais pourquoi choisir ? C’est ce qu’a du se dire cette jeune pâtissière lorsqu’elle a réalisé son premier gâteau en forme de chien.

Devant le succès inattendu, elle s’est mise à en confectionner encore et encore, une vraie meute !

Ils sont tellement réalistes, que parfois il est difficile de se résoudre à les manger. Mais comme toujours, la gourmandise gagne ! Et il faut en refaire de nouveaux.

Alors, lequel prendrez vous avec le thé ? Bugsy le beagle aviateur ou Pifou le carlin hawaïen ? Bon appétit !

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

Les inséparables

Published by:

Love birds

Les inséparables sont des petits perroquets trapus avec une queue courte et arrondie. Il en existe 9 espèces, toutes originaires du sud de l’Afrique. Leur taille à l’état sauvage varie de 14 cm à 17 cm et ils pèsent de 40 à 70 grammes.

En captivité, les espèces les plus fréquentes  sont :

  • l’inséparable rosegorge (Agapornis Roseicollis)
  • l’inséparable de Fischer (Agapornis Fischeri)
  • l’inséparable masqué (Agapornis Personata)

Inséparable de Fischer

Leur appellation scientifique, agapornis, vient du grec « agape », amour et « ornis », oiseau. C’est d’ailleurs ainsi que les anglo-saxons les appellent : lovebirds (oiseaux de l’amour). Ce sont des petits oiseaux réputés pour la tendresse et la fidélité dont font preuve les couples.

Véritables petits perroquets miniatures, robustes et excellents reproducteurs, les inséparables sont moins criards que les perruches. Leur durée de vie est d’environ dix ans.

Les différentes espèces offrent un choix de couleurs dont la palette est complétée de plusieurs mutations.

Inséparable Rosegorge ou inséparable à face rose

Naturellement grégaire, cette espèce est extrêmement sociable si on interagit beaucoup avec elle durant sa croissance. Comme pour tous les perroquets, plus d’une personne doit élever et entraîner les oisillons afin d’éviter qu’ils ne deviennent trop possessifs.
L’Inséparable est granivore. Cependant, son alimentation doit être variée : si le mélange de graines pour grandes perruches constitue la base de ses repas, il ne faut pas hésiter à lui proposer des fruits (pommes, raisins,bananes, fruits rouges) ainsi que des légumes (carottes, épinards, poivrons, tomates…) dont il raffole. Un apport hebdomadaire de vitamines
et de compléments minéraux est également souhaitable.
L’inséparable est un merveilleux petit perroquet, amusant, audacieux et plein de vie, qui saura combler quiconque saura le respecter et lui apporter toute l’attention qu’il mérite.

Inséparable masqué ou inséparable à tête noire

 

Enregistrer

Arts et cultures Mes Z'amis Mes Z'infos

De l’art ou du cochon

Published by:

A vos pinceaux Pigcasso !

L’art serait-il le propre de l’Homme ? Rien n’est moins sûr…

Pigcasso la bien nommée, est une truie manifestement douée pour la peinture abstraite.

Recueillie bébé par un refuge d’Afrique du Sud, alors qu’elle était destinée à l’abattoir, elle montre un plaisir évident à s’emparer des pinceaux pour réaliser des toiles colorées.  Elle est même devenue une célébrité dans le monde de l’art animalier !

Ses tableaux sont vendus au profit d’une association qui vient en aide aux animaux au Cap. Joli destin que celui de ce petit cochon. Une preuve supplémentaire que tous les animaux sont des êtres sensibles.

Longue vie aux artistes de tous poils !

Enregistrer

Enregistrer

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires

Love pitbull walk

Published by:

Non aux idées reçues !

Non, les pitbulls ne sont pas des monstres sanguinaires prêts à égorger les enfants. Non la Colombie n’est pas qu’un repère de narco trafiquants.

C’est à ce genre de stéréotypes que les participants de la love pitbull walk ont mis une sacrée claque.

A Medellín, cette ville anciennement meurtrie par la guerre de la cocaïne, des amoureux de pitbull ont décidé de défiler avec leur chien de type pitbull.

Ces molosses, trop souvent utilisés comme chiens d’attaque ou dans des combats de chiens, sont en fait d’adorables toutous lorsqu’ils sont élevés et traités avec amour. Doux, très affectueux et gentils avec les enfants, ils se révèlent être de parfaits chiens de famille.

Bravo aux instigateurs de cette manifestation, avec eux j’ai envie de crier :  pitbull je vous aime !

 

Medellín, une ville qui renait de ses cendres

 

« je ne suis pas un assassin ! »

 

puisque la muselière est obligatoire, autant la transformer en accessoire de mode !

 

hé oui, ce ne sont que de gros bébés après tout

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos

Zoom sur le chat Sokoké

Published by:

Le Chat sokoké

Le chat sokoké est un chat kenyan, sauvage, difficilement approchable et mettant en échec les « chasseurs » scientifiques désirant l’étudier.
Au Kenya, cet animal vit dans les arbres de la forêt de « Sokoké ». Contrairement aux autres félins de sa taille, rongeurs et petits oiseaux n’ont pas à le craindre. Il se nourrit en effet de papillons, grillons et autres insectes. Et pour accompagner ses mets de choix, une petite salade d’herbes propice à la digestion.

Une découverte rarissime

C’est dans les années 1970 que Mme Slater trouva une minette qui venait de mettre bas entre les racines d’un arbre proche de sa maison. Sauvage, la mère s’enfuit dès son approche mais Mme Slater recueillit et éleva les petits. Les chercheurs découvrant son élevage lui en apprirent le caractère exceptionnel. Une de ses amies en voyage chez elle ramena des chats au Danemark et en poursuivit l’élevage. Ils apparaissent en exposition pour la première fois en 1984.

Une allure élancée et une robe marquée

Le caractère sauvage et sportif du sokoké se devine à l’observation de sa silhouette. C’est un chat de taille moyenne, à la musculature développée. Les pattes sont longues et fines et les postérieurs, puissants, permettent des sauts d’une forte impulsion.
La fourrure est soyeuse, douce et sans sous-poils. Les marques rayées vont du brun au noir alors que la base est dorée. Ces marques sont fines et toujours identiques : rayures filiformes sur la tête et les joues, papillon sur l’épaule d’où partent ensuite 3 bandes larges qui se terminent à la base de la queue. Cette dernière est striée de rayures de plus en plus sombres. Le ventre, enfin, est tacheté de petits pois. L’ensemble de la robe du sokoké ressemble à l’écorce d’un arbre. Son nom ancestral est d’ailleurs « khadzonzos » qui signifie « comme l’écorce ».

Un caractère sauvage

Bien sûr, ces chats domestiqués et issus d’élevages sont habitués à vivre en famille. Mais ils demeurent indépendants. Ils ont besoin de grands espaces et en particulier d’arbres où grimper, jouer et chasser les insectes. Les déplacements du sokoké rappellent ceux du guépard. Il est sociable avec ses congénères comme avec les chiens et se montre doux et affectueux. Assez bavard, il communique avec son maître avec des miaulements aussi intenses que ses ronronnements en séances câlins.
Le chat sokoké reste un chat rare, même si les élevages se sont développés dans d’autres pays que le Danemark, notamment au Canada et aux États-Unis.

Dr Céline Lacourt

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires Portraits

Spookie, le berger allemand voyageur

Published by:

Touriste à 4 pattes

Laissez moi vous présenter Spookie, le berger allemand voyageur.

Avec plus de 30 villes visitées à travers une douzaine de pays, il peut s’enorgueillir d’avoir plus baroudé que bon nombre d’humains.

Son destin de touriste canin était pourtant loin d’être évident. Il a été trouvé, errant dans les rues de San Francisco, alors qu’il n’était encore qu’un petit chiot de 2 mois. Par le biais de l’association qui l’avait secouru, il fut adopté par un jeune couple, Karina et Travis. Ces deux là adorent voyager, particulièrement en Europe.  Mais pas question de partir sans Spookie.

C’est ainsi que ce rescapé chanceux s’est mis à parcourir le monde. Il prend même un plaisir évident à poser sur les photos comme un touriste, à Amsterdam, Dubrovnik, Florence, etc…

Un trio sympathique à qui on souhaite longue vie et bon vent ! Envoyez nous des cartes postales !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur Le Labrador

Published by:

Le labrador

Le labrador retriever est une race de chien originaire du Royaume Uni. Cette espèce est aujourd’hui très populaire en France où l’on croise de nombreux labradors sable, noir ou chocolat.

Adulte, ce chien mesure environ 57 cm au garrot pour les mâles, un peu moins pour la gent féminine, et pèse une bonne trentaine de kilos (souvent plus, malheureusement).

C’est un chien endurant, d’allure ronde et robuste. Les épaules sont musclées et les fesses comme les postérieurs sont puissants. La queue est de longueur moyenne, plus épaisse à la base. La tête est ronde également avec de belles mâchoires. Les yeux sont brillants, souvent de couleur noisette. Les oreilles sont de taille moyenne et tombent sur les côtés.

La robe est uniforme, mais une petite tâche sous le poitrail est admise. La robe peut être sable, noire ou chocolat. Le poil du Labrador est court et épais, avec un sous-poil dense, imperméable, qui peut vraiment se faire détester en période de mue !

Ce chien a également les pattes palmées, en réalité, la membrane située entre les coussinets est particulièrement développée. Ce bon nageur adore les baignades, y compris dans les mares de boue !

La légende de la loutre

On raconte que le labrador serait issu du croisement d’un Terre Neuve avec une loutre. La légende reste imaginaire mais l’attirance du labrador pour l’eau est bien réelle.

Ce chien est certainement originaire de la ville de Saint-Jean de Terre-Neuve. Il aidait alors les pêcheurs, ramenant des poissons en sautant par dessus bord. Importé en Angleterre au XVIIIe siècle, il est alors apprécié pour ses qualités de rapporteur à la chasse.

Par la suite, des croisements avec d’autres chiens de chasse sont réalisés et la race est fixée au cours du XXe siècle. En France, le club est fondé en 1911 et la race remporte depuis un succès indémodable.

Un bon compagnon

Le labrador est un chien de chasse à l’origine mais il est devenu un compagnon au sein des familles. Son caractère enjoué et joueur fait la joie des enfants. Il aime les promenades et a besoin de se dépenser.

Patient, il sait se montrer attentif et doux, une fois ses jeunes années un peu excessives passées. L’éducation doit se faire tôt et en douceur mais il est nécessaire de canaliser l’énergie débordante de ce jeune chien.

Fidèle, il se montre très attaché à ses maîtres et fait preuve d’une grande intelligence.

De santé robuste en général, le labrador peut souffrir de dysplasie et une radiographie réalisée à l’âge d’un an est souvent recommandée avant d’envisager la reproduction, de manière à ne pas transmettre cette dysplasie aux futures générations.

Le labrador perd ses poils mais ne nécessite pas d’entretien particulier. Même après les bains de boue qu’il affectionne, la boue sèche et glisse le long de ses poils et un bon coup de brosse fait oublier ses facéties.

Dr Céline Lacourt

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires

Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

Published by:

La Boxer et la photographe

Strawberry, une chienne Boxer de 6 ans, a ce que l’on appelle une gueule. Par ses mimiques, elle parvient à exprimer toutes ses émotions, ce qui la rend irrésistible.

Et le talent de sa maitresse, la photographe hongroise Tamas Szarka, c’est de savoir capter ces expressions au moment crucial. La galerie de portrait qu’elle nous livre de sa chienne, sonne comme une déclaration d’amour…

Enregistrer

Enregistrer