Héros Mes Z'histoires Portraits

Thor, l’akita fidèle

Published by:

Hachiko

Vous connaissez peut-être l’histoire d’Hachiko, cet akita inu devenu un héros au Japon, symbole de la loyauté et de la fidélité jusqu’après la mort.
Sinon, je vous invite à la lire en cliquant sur son portrait ci dessous :

Thor

Il faut croire que l’histoire parfois se répète.
Au Brésil cette fois, un akita inu blanc nommé Thor, est en train de devenir lui aussi une légende.

Thor et son maitre, le peintre Claudio Cantarelli, partageait une vie harmonieuse et sereine. Ils avaient l’habitude de se promener tous les jours dans les rues de Capaava do Sul.
Malheureusement, en décembre 2015, Claudio mourut subitement à l’age de 58 ans.

Thor était inconsolable et son état physique commençait à se dégrader dangereusement.

Chaque jour il refaisait tristement le même chemin que celui qu’il empruntait avec son maitre.

Chemin qui le menait chez le vétérinaire où Claudio avait l’habitude de s’arrêter pour discuter un peu.

Saionara, une des voisines de Claudio, agée de 76 ans a décider de l’adopter.

Et de lui donner les soins et l’amour qu’il mérite.

Ce qui n’empêche pas Thor de refaire cette même promenade chaque jour, en souvenir de son maître.

Souhaitons lui une deuxième vie heureuse avec Saionara, qui signifie au revoir en japonais…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires

Amitiés improbables

Published by:

Je crois que j’ai vu un gros minet !

Tout le monde se souvient de Titi et Grosminet, le dessin animé qui a bercé l’enfance de plusieurs générations.

La nouvelle version que nous en donne la photographe bulgare Ekaterina Staromanova est quelque peu différente, mais au combien adorable.

En effet, entre son chat persan nommé Srebrina et son canari Pino, c’est le grand amour. Ces deux là ne se quittent pas, même aux heures des repas. Et, lorsque le chat couve des yeux le canari, ce n’est pas en vue d’en faire son casse-croute, mais simplement pour lui dire « je t’aime »…

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires

Surfing birds !

Published by:

Des manchots plutôt doués

Les manchots sont de drôles d’oiseaux.

Déjà, on les confond toujours avec des pingouins, alors qu’ils vivent chacun d’un côté de la terre: les pingouins au nord, les manchots au sud.

Mais surtout, à la différence des pingouins, les manchots ne savent pas voler. Un comble pour un oiseau !

Alors, pour compenser, ils se servent de leurs petites ailes comme des nageoires. Et vous connaissez leur sport préféré ? Le surf !!!

Regardez comme ils assurent, de vrais champions. Impériaux, sans planches, mais avec panache !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires Portraits

Une nounou d’enfer !

Published by:

Nom : Cheesecake

Espèce : Capybara

Profession : Nounou

Si vous ne connaissez pas le capybara, imaginez un cochon d’inde, mais en plus gros, beaucoup plus gros.
En effet, la taille adulte est supérieure à 1 mètre pour une cinquantaine de kilos. C’est le plus gros rongeur au monde. Il vit à l’état sauvage en Amérique du Sud.

Et voici Cheesecake, Cheesy pour les intimes. Cette femelle capybara a été récupérée très jeune par un refuge en Arkansas.
Est-ce parce que, à l’état sauvage les femelles élèvent indifféremment les petits de tout le groupe ? Toujours est il que Cheesy a très vite montré des dons naturels pour être une mère de substitution auprès de beaucoup d’orphelins.

A maintenant 6 ans, cette nounou exceptionnelle a déjà exercé son rôle auprès d’une multitude de chiots, mais aussi des canetons, des poulains miniature, des faons… Son amour maternel est sans limites !

Et lorsqu’elle a besoin de souffler un peu, elle passe du bon temps avec sa meilleure amie Elvira, qui n’est autre qu’une poule !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires

Des golden en or

Published by:

De la chasse à la bergerie

Les golden retriever sont des chiens merveilleux. Sélectionnés à la base pour rapporter le gibier, ils excellent maintenant principalement dans le rôle de chien de famille.
Dévoués, intelligents, doux, il semble qu’ils aient en effets toutes les qualités requises.

Leur seul défaut serait peut-être de trop aimer l’eau et de ne jamais résister à s’ébrouer dans la moindre flaque, boueuse ou non.
A part cela, vous pouvez apprendre à un golden à peu près n’importe quoi. Du moment qu’il peut vous faire plaisir, il se démènera pour se rendre utile.

Ainsi, chez ce passionné de golden, mais qui ne pratique pas la chasse, les chiens sont devenus assistants berger.
Ce sont eux qui donnent le biberon aux chevreaux, qui font du baby sitting avec les agneaux, le tout avec tendresse et bonne humeur. Des nounous en or !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires Portraits Santé

Pearl le chien obèse

Published by:

Bonjour, je m’appelle Pearl,

ça veut dire perle en anglais. Et c’est vrai que je suis une perle,

mais surtout, j’étais devenue une très grosse perle…

Comment en étais-je arrivée là ? Je ne sais pas. Trop de friandises, pas assez d’exercices, c’est un cercle vicieux.

Il faut dire que je suis très gourmande. Et ma maitresse me laissait manger, manger et manger encore…

Un jour le verdict tomba : il fallait absolument que je perde du poids, ma vie en dépendait.

Je me mis donc au sport, mais c’était difficile car je ne pouvais plus bouger depuis si longtemps…

Je m’essayais à l’aquagym, à l’hydrothérapie, …

Et je m’inscrit même à un programme pour perdre du poids

Croyez moi, ce fut laborieux et parfois j’étais tentée de jeter l’éponge. Pourtant les résultats commençaient à se faire sentir.

Alors je me reprenais bien vite et continuais mes exercices et mon régime.

Maintenant j’ai repris goût à la vie, je reprends soin de moi : manucure, pédicure, j’adore !

Ma maitresse est tellement fière de moi !

Et surtout j’ai retrouvé le plaisir des promenades dans la nature, la vie quoi !

Alors un conseil à ceux qui me lisent: ne perdez pas espoir, une autre vie est possible !
Signé Pearl, la bien nommée

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires

Quand les chiens se jettent à l’eau

Published by:

Hé hop, on plonge !

Il fait beau, il fait chaud, quoi de plus agréable qu’un plongeon dans la mer ou dans la piscine ?

Hé bien sachez qu’il existe des compétitions de plongeon pour chiens ! Si, si, c’est très sérieux. Il y a même des juges pour noter les performances, des coachs pour entrainer les concurrents et des spectateurs pour encourager leurs toutous plongeurs.

Alors, vous vous y mettez quand ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

La tortue de Floride

Published by:

Une tortue aquatique qui vit aisément en captivité

La tortue aquatique la plus fréquente en captivité est la tortue de Floride. Elle peut vivre une trentaine d’années.
Il faut bien réfléchir avant d’en faire l’acquisition. En effet, trop souvent, les propriétaires se lassent et finissent par « remettre à l’eau » leur tortue. Hélas, les tortues de Floride sont fortement concurrentes de nos tortues françaises et se reproduisent aux dépens de ses dernières.

La tortue de Floride se reconnaît aisément à ses 2 marques rouges de chaque côté de la tête. Si son habitat naturel jouit évidemment d’un climat plus chaud, cette tortue s’habitue très bien à un grand aquarium.

Rappelons qu’elle peut transmettre la salmonellose. Il faut donc respecter des règles d’hygiène strictes pour s’en occuper (ustensiles dédiés, nettoyage des mains…).

Bien choisir son équipement

Lorsqu’on l’achète, la tortue de Floride est une « mini-tortue ». Comme pour tout animal, et bien qu’elle reste de taille modeste, il faut anticiper la croissance.

L’aquarium idéal doit avoir une surface au moins 4 fois plus grande que la taille de la tortue adulte. Il doit comporter une zone aquatique, ainsi qu’une zone terrestre, des rochers sur lesquels la tortue peut se promener ou se reposer. La profondeur de l’eau doit être suffisante pour que la tortue puisse nager et sa température doit être de 26° environ.

Il faut veiller à maintenir un éclairage suffisant si l’ensoleillement ne suffit pas. Les excréments doivent être nettoyés quotidiennement avec une épuisette. Et un filtre permet de maintenir l’eau propre.

Il est possible d’aménager un bassin extérieur si vous habitez dans une région au climat doux. Sinon, il faudra envisager de rentrer la tortue pendant les mois les plus froids.

Les mesures de précaution

La tortue n’est pas particulièrement un animal sociable et elle peut toujours mordre ou se monter agressive, surtout dans les premiers temps. Manipulez-la calmement et en douceur. Elle ressent les petites grattouilles sur la carapace.

Il est préférable de ne pas recouvrir le fond de l’aquarium avec les gravillons proposés pour les aquariums des poissons, car ils peuvent être ingérés par la tortue et provoquer des lésions de son tube digestif.

Cet animal de compagnie, résistant et facile d’entretien, a besoin d’une alimentation adaptée. Vous pouvez en trouver dans le commerce et la compléter avec des légumes (feuilles de carottes, pissenlits, salade…), du poisson frais, des crevettes (évitez les crevettes séchées) ou de la viande blanche.

Parmi les pathologies fréquemment rencontrées, la tortue peut présenter une carapace molle si elle manque de lumière. Si elle ne mange pas ou si ses yeux sont collés, elle peut être contaminée par une bactérie et il est nécessaire de consulter votre vétérinaire. Enfin, si vous possédez plusieurs tortues, elles peuvent se battre et se blesser entre elles.

Dr Céline Lacourt

 

 

DEnregistrer

Arts et cultures Mes Z'histoires

L’art au bout des doigts

Published by:

Éloge de la paresse

Iris Scott, une jeune peintre de Brooklin, New York, peut remercier son penchant naturel à la paresse.

Alors qu’elle vivait à Taïwan, cette jeune trentenaire s’adonnait comme chaque jour à sa passion: la peinture.

Un jour, alors que tous ses pinceaux étaient sales, elle eut la flemme de les nettoyer et commençât à peindre avec les doigts. Ce fut une révélation !

La sensation de la matière, les effets nouveaux qu’elle pouvait donner, tout lui plu. Elle se découvrit alors un style unique qui la fit connaitre de Taiwan à New York.

Une série particulièrement, intitulée « les chiens qui s’ébrouent », lui valut un beau succès. Je vous laisse juger du résultat. Bluffant non ?

 

 

Mes Z'infos Santé

Paroles de docteur : l’épilepsie

Published by:

Crises épileptiformes

Une crise convulsive chez le chien fait rapidement penser à l’épilepsie. Ce n’est pourtant pas la seule cause possible et d’autres maladies peuvent se révéler ainsi.

On parle déjà de symptômes convulsifs lorsqu’un chien (les cavalier king charles y sont particulièrement prédisposés) cherche à « gober des mouches ». Si cette habitude qui prête souvent à sourire n’inquiète pas vraiment les propriétaires, c’est pourtant déjà un signe d’alerte. La crise convulsive peut bien sûr être plus forte allant du simple raidissement des membres à des tremblements plus ou moins marqués. Elle peut s’accompagner de perte d’équilibre voire de chutes et parfois de pertes de conscience. Elle peut durer de quelques secondes à quelques minutes et le chien peut uriner et saliver en abondance même si ce n’est pas systématique. Souvent, elle est précédée par un changement de comportement de l’animal. Il peut s’agiter, tourner en rond et sembler inquiet. Après la crise, l’animal est fatigué, parfois désorienté.

Il convient de consulter votre vétérinaire dès la première crise observée, dès que le chien cherche à « gober des mouches » si vous le surprenez croquant dans le vide.

Plusieurs origines possibles

L’épilepsie primaire existe chez le chien. Elle apparaît en général à partir de 2 ans, sur des animaux par ailleurs en parfaite santé. C’est la réalisation d’examens secondaires (prise de sang, scanner, ponction de liquide céphalo-rachidien) qui permet d’éliminer les autres causes et de poser le diagnostic d’épilepsie primaire. Certaines races sont prédisposées comme le labrador, le golden retriever, le berger allemand ou encore le boxer.

D’autres maladies se manifestent par des crises convulsives que l’on appelle crises épileptiformes. Il s’agit de traumatismes crâniens, de tumeurs cérébrales, de problèmes hépatiques ou rénaux, d’intoxications, parfois d’infections ou encore d’hypoglycémie. Ces nombreuses hypothèses expliquent la nécessité pour le vétérinaire de pratiquer plusieurs examens avant de proposer un traitement en fonction du diagnostic.

Que faire face à une crise ?

Lorsque la crise se produit, il est important de mettre le chien en sécurité, c’est-à-dire d’éviter qu’il ne se blesse. Il faut donc retirer les objets contre lesquels il pourrait se cogner, l’éloigner des escaliers… Le chien ne risque pas d’avaler sa langue. Donc, contrairement à ce que l’on a l’habitude de faire chez l’homme, inutile de la lui maintenir, il risquerait de vous mordre involontairement.

Les crises sont aggravées par les stimulations sensorielles. Il faut donc les limiter : coupez radio ou téléviseurs, éteignez les lumières, ne parlez pas près de l’animal et évitez de le toucher. La crise est souvent impressionnante, il peut être préférable d’éloigner les enfants ou les personnes sensibles. Si votre vétérinaire vous a prescrit un anticonvulsif (comme le Valium), vous pouvez lui administrer directement dans l’anus. L’effet est très rapide. Il est utile de chronométrer la durée de la crise et de la filmer, surtout si c’est la première. Votre vétérinaire sera intéressé par ces renseignements.

Dr Céline Lacourt