Mes Z'infos Zoom sur

Les petits terriers écossais

Published by:

 

Horton-360

L’autre jour, en regardant de vieilles affiches, je suis tombé sur un des ancêtres de mon copain Horton qui posait en compagnie d’un autre petit chien, noir celui là.  C’était une publicité  pour le whisky Black and White. Ils avaient vraiment une bonne bouille, alors j’ai décidé d’en savoir un peu plus sur ces adorables petits chiens.

black-and-white-whisky-dogs

Le blanc, comme Horton, c’est un West Higland Terrier, appelé familièrement Westie. Le noir, c’est un Scottish Terrier. Ils sont tous deux originaires d’Ecosse, et appartiennent au groupe des terriers. Dans cette famille de petits terriers écossais on peut également ajouter le Cairn Terrier, ainsi que deux autres moins connus en France : le Skye Terrier et le Dandie Dinmont Terrier.

Le West Highland White Terrier

westie

C’est donc la race de mon copain Horton et autant vous le dire : c’est le chien de compagnie idéal ! Tel qu’il est mentionné dans son standard officiel, il est petit, actif, énergique, rustique, pourvu d’une bonne dose d’amour-propre, avec un air fripon.  Vif, gai, courageux, indépendant, mais affectueux.  Sa couleur est toujours le blanc et sa taille au garrot est d’environ 28 cm pour un poids de 8 kg environ. Vous l’avez sans doute vu faisant la publicité d’une célèbre marque d’aliments pour chien. Un vrai cabot !

Le Scottish Terrier

scottish-terrier

Le Scottish Terrier, surnommé Scottie, est un chien  trapu, d’une  taille qui convient au  travail sous  terre,  aux  membres  courts, à  l’allure  vive  et  qui  donne l’impression d’une grande puissance  et d’une grande activité‚  sous un petit volume.  Sa taille va de 25 à 28 cm et son poids oscille entre 8 et 10 kg environ. Sa couleur habituelle est le noir mais on trouve également du sable et du bringé. De tempérament fidèle et attaché à son maître, plein de dignité, indépendant et peu démonstratif, mais courageux et très intelligent.  Hardi, mais jamais agressif. Bref, un chien qui ne laisse pas indifférent.

Le Cairn Terrier

cairn-terrier

Éveillé et vif, il a, avec ses faux airs de renard et son petit museau triangulaire, un charme certain. Intelligent, rusé et malicieux, c’est un chasseur de nuisibles de première force, un chien rustique et sans complexe. Il pèse environ 6 kg pour 29 cm de hauteur, ses pattes sont courtes, son ossature solide. Ses oreilles sont pointues, dressées et ses yeux enfoncés, couleur noisette foncée. Son poil est abondant avec un sous poil dru. Sa robe est sable, gris, gris foncé ou poivre et sel. Un sacré petit chien au caractère bien trempé !

Le Skye Terrier

Skye-Terrier

Ce chien de type bassetoïde, est doté d’une puissante musculature et d’une forte ossature. Le corps est long et bas et le dos est parfaitement droit. Les pattes sont courtes et bien musclées. Les yeux foncés, légèrement en amande, pleins de vie et d’intelligence.  Un poil de couverture raide et dur d’une longueur moyenne de 15 cm, de belles franges sur les oreilles, la face et la queue. La couleur de la robe importe peu pourvu que la truffe, le masque et les oreilles soient noirs. La taille idéale pour la femelle est de 25 cm et pour un mâle de 27 cm, la longueur de la base de la queue à la base de la nuque devra être le double de sa hauteur. C’est un excellent chien de famille qui s’accommodera à tous les styles de vie.

Le Dandie Dunmont Terrier

dandie-dinmont-terrier

C’est un chien  de type bassetoïde, comme le Skye, mais avec une tête caractéristique recouverte de poils soyeux formant un drôle de toupet appelé «top knott». Doté d’une puissante musculature  le corps est long, fort et souple comparable à celui d’une belette. Il existe en deux couleurs : « poivre » (du noir au gris argent) ou « moutarde » (du brun rougeâtre au fauve pâle). Le poil de la tête, des pattes et de la robe sera plus clair et doux que sur le dos. Le poids idéal va de 8 à 11 kg. Il est décrit comme un terrier plein d’allant et apte au travail.  Indépendant, très intelligent, résolu, tenace, sensible, affectueux et digne. Un drôle de petit chien assurément.

Associations Mes Z'infos

ma vie de galgo

Published by:

Retour sur…

Il y a un an environ, téléZ vous faisait connaître une association de défense des galgos, ces chiens espagnol au bien triste destin …

Aujourd’hui, une association jumelle, basée en Normandie, fait appel à votre aide.

Cette petite association familiale existe depuis 2011. Elle œuvre pour faire connaître le sort des chiens lévriers d’ Espagne et les faire adopter. L’action des ces bénévoles concerne principalement le sud de l’Espagne où les grosses associations se rendent moins.

S’il est très lourd financièrement d’aider ceux qui sont un peu oubliés dans ces régions très pauvres, les petits refuges ont besoin de soutien pour sortir et sauver des chiens, directement dans la rue, dans la montagne, dans des poubelles etc..

http://www.ma-vie-de-galgo.com

https://www.facebook.com/galgosetgalgas

Arts et cultures Insolite

Cœur de rocker

Gallery Published by:

Metal Cats

Dans son livre « Metal Cats »,  la photographe Alexandra Crockett nous propose une vision décalée de la communauté hard rock, à travers une série de portraits de ses figures emblématiques, posant en compagnie de leur chat. Un contraste surprenant entre univers satanique et mistigris jolis, qui adoucit le regard que l’on peut porter sur ces rockers, car oui : eux aussi ont un cœur !

 

Associations Mes Z'infos

SPA d’Orgeval

Published by:

Devenir famille d’accueil définitive

Aujourd’hui j’ai décidé de vous présenter le dispositif appelé « familles d’accueil définitives ».

Et pour ce faire je vous suggère de visionner la vidéo ci-dessous tournée au refuge d’Orgeval dans les Yvelines.

logo-video

Un grand merci à l’équipe de ce refuge qui fait un travail formidable,

n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à leur site

 

Mes Z'infos Zoom sur

L’Akita Inu

Published by:

Je vous ai raconté l’histoire de  Hachiko, l’akita le plus connu dont la statue trône désormais à Tokyo devant la gare de Shibuya. Voici maintenant un portrait de cette race magnifique.

Histoire

L’akita inu, qui doit son nom à la province d’Akita située au nord de l’archipel nippon, est une race de chien japonaise dont l’origine remonte à plus de 3000 ans. Initialement élevé pour la chasse à l’ours et au sanglier, l’akita fut ensuite utilisé comme chien de défense et de combat. La race fut alors croisée avec des tosa et des mastiffs afin d’en augmenter la taille et la puissance.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’akita failli bien disparaître. L’ordre fut donné d’attraper et de tuer tous les chiens afin de confectionner des vêtements avec leur peau, à l’exception des bergers allemands réservés aux tâches militaires. Certains propriétaires essayèrent de contourner la loi en croisant leurs akitas avec des bergers allemands ainsi qu’en les cachant dans les montagnes, où la robustesse ainsi que leur instinct de chasse les a aidés à survivre.

À la fin de la seconde guerre mondiale, la race est très affaiblie. Des éleveurs japonais se concentrent sur la reconstruction à partir du type originel de l’akita inu tandis que des akitas, dont la morphologie plus massive révéle l’apport de sang de bergers allemands et de mastiffs, sont importés aux États-Unis, conduisant à la scission en deux races différentes : l’akita américain et l’akita inu.

L’akita inu est considéré comme un « trésor naturel national » au Japon depuis 1931.

akita1

Physique

L’Akita Inu a l’aspect d’un Spitz asiatique de grande taille, de forte constitution, bien proportionné, avec une ossature robuste. La tête a un front large et un stop prononcé. Les yeux sont relativement petits, de forme presque triangulaire, tout comme les oreilles, épaisses, légèrement arrondies en pointe et inclinées vers l’avant, alignées sur l’inclinaison du cou. La queue est portée enroulée sur le dos.

Poil : court et fourni, avec un poil et un sous poil.
Couleur : le fauve, le sésame (mélange de poils noirs et roux), le bringé et le blanc sont admis. Toutes les couleurs, sauf le blanc, doivent présenter de « l’urajiro », c’est-à-dire un poil blanchâtre sur les côtés du museau et des joues, sous la mâchoire, sur la gorge, sur le poitrail et sur le ventre ainsi que sur la partie inférieure de la queue et à l’intérieur des membres
Taille : 64 à 70 cm pour le mâle et 58 à 64 cm pour la femelle
Poids : 30 à 50 kg

akita3

Caractère

Voici la description qu’en donne l’éleveuse Sarah Brodart de l’Empire des Samourais :

« L’Akita Inu est un chien majestueux, élégant, fier, ZEN, il est sûr de lui, protecteur envers sa famille et son environnement, très fidèle, ce qui en fait un bon gardien.

Peu aboyeur sauf à bon escient, il sait s’adapter à tout mode de vie à partir du moment où on lui consacre du temps.

Comme tous les chiens, l’Akita Inu a besoin de trouver sa place au sein de « sa meute » (la famille) et de comprendre le plus tôt possible la hiérarchie à respecter. Afin de vivre en parfaite harmonie, il a besoin d’une bonne éducation, mais la brutalité est à proscrire car l’Akita est un chien sensible et une éducation trop brutale le bloquera complètement et le rendra hermétique. En deux mots, il faut : « Une main de fer dans un gant de velours ».

Il est vrai que tout petit, ils ressemblent à des petites boules de poil craquantes et qu’il est parfois difficile de ne pas céder à ses caprices, vous devez lui faire comprendre que lorsque vous dite « NON » cela ne veut pas dire « BON D’ACCORD », car c’est un chien qui apprend vite et si les règles ne sont pas bien définies dès le départ, cela pourrait engendrer des soucis de hiérarchie.

L’Akita Inu est un chien ayant énormément de qualité, mais il a quand même un défaut : la dominance envers ses congénères du même sexe, d’où la nécessité de le sociabiliser au maximum tout au long de sa vie.

Malgré sa stature imposante, il sait se montrer discret, joyeux, joueur, affectueux et câlin envers les enfants à condition que ceux ci le respectent. L’Akita Inu étant un chien pausé, lorsqu’il fait « sa sieste », il déteste être dérangé. »

akita4

Mes Z'infos Santé

Maladies Génétiques

Published by:

Les maladies génétiques des carnivores domestiques

Comme chez l’homme, certaines maladies animales sont transmises génétiquement. Les progrès scientifiques de ces dernières années ont permis de développer des tests fiables, à partir de prélèvement sanguins, afin de déterminer si les animaux sont porteurs du ou des gênes responsables de la maladie.

Les clubs de races et les sociétés françaises canines et félines demandent aujourd’hui que les animaux candidats à l’inscription au LOF et à la confirmation soient soumis aux examens en amont.

veto1b

Suivant les races de chiens et de chats, les maladies testées varient : atrophie rétinienne chez le colley, maladie polykystique du persan, mutation MDR1 chez le berger australien…

Certains tests ne sont d’ailleurs pas reconnus comme valides dans toutes les races. Ainsi chez le Main Coon, qui peut pourtant être atteint également de la maladie polykystique du rein ou de l’atrophie rétinienne, la validité du dépistage n’est pas reconnue.

Les analyses sont réalisées par des laboratoires agréés et représentent un coût élevé pour les propriétaires.

Néanmoins, c’est à ce prix que les élevages proposent des animaux en bonne santé et que l’expression de ces tares reste limitée. La question demeure pour les portées dites « familiales », pour lesquelles les propriétaires ne sont pas toujours informés des risques et des mesures recommandées avant la saillie.  Il est effectivement important de prendre conseil auprès du vétérinaire avant de présenter les futurs amoureux. Outre ces maladies qui risquent d’affecter leurs descendants, la prise de sang pré-nuptiale permet aussi de s’assurer que chacun des protagonistes est en bonne santé.

veto2

Parallèlement  à ces analyses génétiques, les éleveurs s’attachent à améliorer les qualités de leurs animaux par d’autres examens. Ainsi, afin de réduire les risques de dysplasie du bassin (maladie dont l’influence des ascendants est également prouvée), les animaux destinés à la reproduction doivent avoir été radiographiés et notés favorablement. De la même façon, il est connu que le croisement de reproducteurs de robes particulières est associé à l’expression d’autres maladies comme la surdité chez les chiens blancs.

Un avenir confiant avec des compagnons sains et plein de vie passe par le travail rigoureux des éleveurs, l’information des propriétaires et éleveurs occasionnels, et la sensibilisation du public sur les maladies, les risques, et les efforts mis en œuvre pour les prévenir.

Dr Céline Lacourt

Insolite Mes Z'histoires

2 truffes dans le vent

Published by:

Andy et Maddie

Andy et Maddie sont d’adorables shitsu vivant aux USA. Comme beaucoup de leur petits congénères, ils pourraient mener une vie tranquille dans les salons branchés de Manhattan ou au bord d’une piscine de Beverly Hills… mais c’est sans compter sur Robert Reed.

Robert

Robert, ce motard aux allures de gros dur, épris de grands espaces et amoureux de ses petites boules de poils, n’imagine pas devoir sacrifier une passion à une autre.  Après leur avoir concocté un équipement à leur mesure, il a tout simplement décider d’embarquer ses deux fidèles compagnons sur sa grosse cylindrée pour un road trip à l’américaine.

on the road again…

C’est ainsi que nos deux petits motards intrépides ont traversé 22 états la truffe au vent, visitant des lieux tels que le mont Rushmore ou le parc de Yellow Stone. Comme quoi, derrière les gros muscles et les tatouages de Robert, bat un cœur tendre et affectueux, pour le plus grand bonheur de Andy et Maddie.

moto2b

Associations Mes Z'infos

AVA

Published by:

L’histoire d’AVA

Né il y a une vingtaine d’années, grâce à Maxime et Jenny Légier, un couple amoureux des animaux, le refuge AVA (Aide aux Vieux Animaux) a pour vocation première l’assistance et la protection des vieux animaux abandonnés, toutes espèces confondues. Ainsi chiens, chats, chevaux, bovins, lapins et daims cohabitent harmonieusement, se partageant les 75 ha du domaine de la Ferme du Quesnoy en Normandie.

Le refuge

Le refuge accueille environ 500 animaux dans un cadre verdoyant où ils peuvent oublier leur passé difficile et repartir sur de nouvelles bases de confiance envers l’humain. Certains d’entre eux, trop traumatisés et marqués, ne pourront malheureusement pas réintégrer une famille, et ainsi finissent tranquillement leurs jours entourés de soins et d’attentions. Pour les autres le refuge n’est qu’un passage en attendant de trouver la famille idéale.

Christine Scott-Thomas est l’une des marraines de l’association.

Kristin2

 

Je vous invite à visiter leur site : www.avarefuge76.com

 

Quelques-uns des chiens et chats à adopter :

Insolite Mes Z'histoires

Le chat qui louche

Published by:

Spangles

Laissez moi vous présenter Spangles, le chat qui louche. C’est un beau matou tigré et blanc, doté d’un strabisme convergent, ce qui lui donne un petit air étrange. Depuis que sa maitresse May Buchanan a posté en ligne des photos de lui en costume, il devenu une véritable star sur internet.

Désormais, Spangles, 5 ans au compteur, possède sa propre page facebook www.facebook.com/spangles09 , suivie par des milliers d’abonnés. Une belle revanche pour ce chat de gouttière au physique particulier, autant qu’une leçon de fantaisie et d’autodérision.

Héros Mes Z'histoires

Hachiko

Published by:

Les jours heureux

En 1924, le professeur Hidesaburo Ueno de l’université de Tokyo reçoit en cadeau un chiot de race Akita Inu qu’il nomme « Hachiko ».

Tous les matins Hachiko accompagne son maître qui part prendre son train à la gare de Shibuya pour se rendre à l’université. Et chaque soir, Hachiko revient à nouveau à la gare pour l’attendre.

hatchi

Fidèle par delà la mort

Mais le 21 mai 1925, Hidesaburo Ueno meurt brusquement d’une hémorragie cérébrale sur son lieu de travail.

Hachiko vient le chercher comme d’habitude. Et ainsi, chaque jour, il continue de se rendre à la gare de Shibuya pour attendre son retour. Jour après jour, pendant près de 10 ans, il retourne précisément à l’heure à laquelle le train de son maître était supposé arriver, et il attend.

En 1932, un journaliste relate l’émouvante histoire de ce vieux chien qui attend son maitre décédé depuis plus de 7 ans. Hachiko devient une célébrité nationale, symbole de la loyauté et de la fidélité. On le surnomme Chuken qui signifie chien fidèle.

Le 8 mars 1935, Hachiko meurt, à l’age de 11 ans. Il est alors empaillé et conservé au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo tandis qu’une partie de ses restes est enterrée au cimetière Aoyama à côté de la tombe de son maître.

hachiko-chien

La postérité

En avril 1934, une première statue de bronze est érigée en l’honneur de Hachikō de son vivant, devant la gare de Shibuya. Hachiko lui-même est présent lors de l’inauguration. Cette statue fut fondue lors de la pénurie de métaux durant la Seconde Guerre mondiale.

Une nouvelle statue est inaugurée en août 1948, toujours à  la gare de Shibuya. C’est aujourd’hui un lieu de rendez-vous où les amoureux viennent se prêter serment de fidélité. Une cérémonie en hommage à Hachiko y est organisée tous les ans au mois d’avril.

hachiko-shibuya-statue

L’histoire d’Hachiko a  été adaptée au cinéma, une première fois au Japon en 1987, puis dans un remake américain intitulé Hatchi avec Richard Gere sorti en 2009.

affiche-hatchi

Enfin réunis

Le 8 mars 2015, une nouvelle statue est inaugurée en grande pompe à l’université d’agriculture de Tokyo, représentant Hachiko sautant joyeusement vers son maitre. Ainsi ils sont enfin à nouveau réunis.

hachiko-shibuya-statue-2015-5

Enregistrer