Category Archives: Mes Z’infos

Mes Z'infos Zoom sur

Le Renne

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Identifiable grâce à ses bois sur la tête, ce bel animal qui tire l’attelage du bonhomme en rouge est l’emblème du Canada.

Le renne est appelé caribou au Canada. C’est un animal très ancien, qui aurait cohabité avec les mammouths, il y a plus d’un million d’années ! On le retrouve d’ailleurs sur de nombreuses peintures rupestres.

Un cervidé équipé pour le traîneau du Père Noël…

De la famille des cervidés, le renne peut peser jusqu’à 250 kg pour le mâle et 150 kg pour la femelle. Son corps est puissant et musclé. Son pelage est gris ou marron, avec des taches blanches sur le dessous du corps. Sa tête est assez longue, ses oreilles sont petites et ses yeux brillants, sombres, en forme d’amandes. Sa tête est surmontée de bois majestueux, chez Monsieur comme chez Madame. Ils sont de couleur rouge à brun foncé. Ces bois tombent au printemps chez la femelle et à l’automne chez le mâle.

Adapté au climat du « pôle Nord »

Adapté au climat rigoureux, le renne se déplace facilement sur les sols recouverts de neige car ses sabots sont larges et lui permettent d’être bien stable, un peu comme pour une randonnée en raquettes. C’est un animal des régions froides qui peut survivre à des températures de -40°. Son organisme est capable de maintenir facilement sa température même en cas de grands froids, sans dépenser une trop grande énergie, ni avoir besoin de faire beaucoup d’exercice. Son pelage dense le protège bien. Le duvet de laine est surmonté de longs poils creux appelés « jarres » qui retiennent l’air chaud. Il mange le lichen qu’il arrache à la roche et cet aliment très riche fermente dans son estomac composé de 4 poches et le réchauffe. Il vit dans certains pays d’Europe du Nord (Laponie, Islande), en Sibérie et en Amérique du Nord (Alaska et Canada). C’est un animal sauvage ou domestique même si le nombre de rennes vivant à l’état sauvage a considérablement diminué. Chassé à l’origine pour sa peau et sa viande, il a été domestiqué pour servir de monture ou d’animal de trait.

Gourmand de feuilles plus que de biscuits

S’il apprécie de croquer un biscuit le 24 décembre, le renne est un animal végétarien. C’est un ruminant qui se nourrit d’herbe, de buissons, d’écorces et de feuilles. L’hiver, il creuse jusqu’à un mètre de neige afin de trouver de quoi manger.

Sa période reproduction a lieu à l’automne et elle se caractérise par des vocalises impressionnantes pour cet animal plutôt silencieux. La femelle porte son petit pendant 9 mois et donne naissance à un jeune faon en été. Celui-ci reste auprès de sa mère pendant sa première année. Les rennes vivent en troupeaux et effectuent de grandes migrations. Ils ont une espérance de vie de 12 à 15 tournées de cadeaux.

D’après la légende, pour son équipage, le Père Noël a choisi le renne en raison de sa loyauté, sa gentillesse et sa rapidité. En effet, pour Fougueux, Danseur, Rusé, Fringuant, Comète, Cupidon, Éclair, Tonnerre et Rodolphe, le tour du monde ne se fait pas en 80 jours mais en une seule nuit !

Mes Z'infos Zoom sur

Frères Siamois

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Le Siamois

Le Siamois est une des plus ancienne race de chat domestique. Son nom vient de Siam, l’ancien nom de la Thaïlande, dont il est originaire.

C’est une race noble, gracieuse dont la silhouette svelte et la tête triangulaire sont caractéristiques.
Le museau est fin, les oreilles sont grandes et pointues.
Les yeux doivent être bleus et taillés en amande.
La robe est Colourpoint, ce qui signifie que le pelage est plus foncé aux extrémités.
Toutes les couleurs sont acceptées.

Siamois

C’est un chat communicatif, sensible, très proche de son maitre et qui déteste la solitude. Contrairement à beaucoup de chats, il s’attache plus à son maître qu’à son territoire.
Il peut se montrer exclusif et jaloux. C’est un chat très sociable avec les humains, mais qui peut être moins tolérant avec les autres chats.

Très vocal, il n’hésitera pas à communiquer ses états d’âmes avec des miaulements rauques!

Il est à l’origine de 4 variétés de chats de type oriental qui diffèrent par la longueur du poil et le patron coloré :
le siamois : poil court, colourpoint;
l’oriental : poil court, entièrement coloré;
le balinais : poil mi-long, colourpoint;
le mandarin : poil mi-long, entièrement coloré.

Le Balinais

Le balinais est un siamois à poils mi-long. La race fut développée aux États-Unis dans les années 40 à partir de chats à poils longs qui apparurent fortuitement dans les portées de Siamois. Outre la longueur des poils, le Balinais possède les mêmes caractéristiques que son homologue poil-court. C’est un merveilleux compagnon, actif, élégant et affectueux!

Balinais

Balinais

Le Thaï

Le Thaï est le Siamois d’origine appelé également Siamois ancien type.
C’est le Siamois qui fut ramené de Thaïlande en Europe au 19ème siècle.Lorsque dans les années 60, les programmes de sélection du Siamois rendirent les silhouettes plus fines, plus élancées pour obtenir le Siamois que nous connaissons  aujourd’hui, le Thaï d’origine fut placé aux oubliettes. Aux oubliettes pour certains seulement, car de nombreux éleveurs et passionnés amoureux des Siamois à tête ronde promotionnèrent cette race « ancien-type ».  Le Thaï fut reconnu en 2002 par le LOOF, Livre officiel des origines félines.

thai

Thai

Les formes du Thaï sont donc plus arrondies et son corps est plus trapu que le siamois.
C’est un chat de taille moyenne, musclé mais également gracieux et athlétique.
La tête du Thaï est caractérisée par ses contours arrondis, ses joues rondes et son crâne bombé.
Les pattes sont de tailles proportionnelles avec le corps, contrairement au Siamois qui a les pattes plus longues que le corps.
Les oreilles du Thaï sont arrondies, de taille moyenne alors que les oreilles du Siamois sont plus espacées sur le crâne, plus pointues, accentuant la forme triangulaire de la tête.
Les yeux sont bleus et la robe est colourpoint. Le poil est court et dense.

Son caractère est semblable à celui du siamois.

Le Tonkinois

Le Tonkinois est issu du croisement d’un siamois et d’un burmese.

Le Tonkinois est un chat de taille moyenne dont le corps est musclé, robuste mais sans aucune lourdeur. La tête est en triangle, avec des contours adoucis.
Le poil est particulièrement doux, la fourrure est dense.
La robe du Tonkinois peut être colourpoint (comme le Siamois), sépia (comme le Burmese) ou mink (proche du colourpoint, les extrémités sont foncées mais le corps est légèrement coloré).

Tonkinois

C’est un chat facile à vivre, adaptable, intelligent, joueur et curieux, un parfait compagnon de famille!

Le Sacré de Birmanie

Le Sacré de Birmanie est un magnifique chat, qui se situe à mi chemin entre le siamois et le persan.

sacre-de-birmanie

Sacré de Birmanie

C’est un chat robuste, de taille moyenne.
Les oreilles sont petites, arrondies aux extrémités et bien écartées.
Les yeux sont grands, bleus foncé et taillés légèrement en amande.
La fourrure aux poils mi-longs est particulièrement douce.
La robe est colourpoint comme le Siamois.

On ne connait que peu de choses quant à l’origine exacte de la race, mais une légende raconte qu’en Birmanie, un chat blanc nommé Sinh vivait dans un temple avec son maitre. Tous deux avaient pour tâche de garder une statue d’une déesse dorée aux yeux de saphir.
Quand le temple fut assailli par les ennemis, le maitre fut tué. Sinh sauta alors sur la tête de celui-ci, en regardant les yeux de la statue.
C’est ainsi que les yeux du chat devinrent saphir, comme ceux de la statue de la déesse et que sa fourrure prit la couleur dorée.
Quand Sinh mourut de chagrin à la suite du décès de son maître, tous les chats du temple eurent soudain les yeux saphir et le pelage doré.

Enregistrer

Mes Z'infos Santé

Mon animal a une gastro !

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Les premières gastro-entérites arrivent chez les humains et nos compagnons ne sont pas en reste. Souvent d’origine virale, elle se propage vite sous forme d’épidémie chez nos poilus qui se saluent en se reniflant le derrière. Comment gérer leur tube digestif mis à mal ?

Vomissements = diète complète

Lorsqu’un animal présente des vomissements, il se met souvent à la diète de lui-même, et il a bien raison. Pour les plus gourmands que rien n’arrête, à nous d’être raisonnables à leur place. Une diète complète est nécessaire c’est-à-dire rien à manger bien sûr, mais rien à boire non plus. En effet, la paroi de l’estomac est tellement irritable que le contact de l’eau peut provoquer un vomissement, avec pour conséquence le rejet de l’eau absorbée mais aussi des pertes hydriques et minérales supplémentaires.

Diarrhée = diète hydrique

Si les selles sont molles ou liquides, il faut mettre l’animal à la diète mais cette fois, il peut continuer à boire. La diète doit durer au moins 24 h. Ensuite, la reprise de l’alimentation se fait progressivement, idéalement avec un aliment hyperdigestible, en petite quantité et avec des repas fractionnés. Le riz bien cuit (c’est-à-dire trop) de grand-mère peut aussi être proposé. D’une manière générale, un pansement intestinal permet à la muqueuse de se reposer et de cicatriser. Il existe des présentations vétérinaires appétentes et faciles à donner mais en cas de diarrhée un week-end, les présentations humaines en poudre ou en gel sont également utiles.

Surveiller l’absence de déshydratation

Comme pour nous, une diarrhée passagère ne présente pas systématiquement un caractère d’urgence et ne justifie pas une consultation vétérinaire dans l’heure. Il est pourtant important d’évaluer le dynamisme de l’animal. La présence de sang dans les vomissements ou les selles, un animal abattu, à la démarche voûtée, au ventre tendu et douloureux et dont la peau marque un pli persistant lorsqu’on pince le cou du chien […] sont en revanche des indicateurs de gravité. En cas de doute, il est toujours préférable de contacter le vétérinaire de l’animal. Celui-ci aura besoin d’informations précises afin d’affiner son diagnostic et de proposer un traitement adapté. À quand remonte la dernière vermifugation, l’animal a-t-il mangé un aliment qui sort de son ordinaire ? À quelle distance du repas ont lieu les vomissements, quel est leur aspect ? Il est important de bien se consulter entre les membres de la famille car ces détailss doivent être les plus exacts possible.

Afin de limiter le risque de transmission car hélas, certains virus apprécient autant les poilus que leurs maîtres, il est important d’adopter une hygiène rigoureuse et un lavage régulier des mains.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

18 raisons de préférer le basset hound

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Ce n’est pas parce que moi Z le chien j’en suis un, mais tout porte à croire que le Basset Hound est le chien le plus cool du monde. Vous ne me croyez pas ? Je vous le prouve en 18 raisons

1 / Parce que ses yeux feraient fondre tout un régiment et même l’iceberg du Titanic

cool9

2 / Parce qu’il porte le chapeau comme personne

cool18

3 / Parce ce qu’il connait vos chaussons préférés

cool4

4 / Parce que c’est un comique né

cool5

5 / Parce qu’il est toujours partant pour jouer au foot avec vous

cool15

6 / Parce qu’il sait voler sans avion, du moins le croit il…

cool19

7 / Parce qu’il a l’air triste même quand il est gai

cool2

8 / Parce qu’il s’adapte à votre style de vie

cool6

9 / Parce que vous n’êtes plus seul à vous faire traiter de goinfre…

cool23

10 / Parce qu’il reste insensible aux honneurs et à la flatterie

cool12

11 / Parce qu’il a tout du gentleman farmer

cool3

12 / Parce que vous ne vous imaginez plus pouvoir jardiner sans lui

cool20

13 / Parce qu’il ne recule devant rien pour vous faire sourire

cool14

14 / Parce ce qu’il est le seul à penser à vous offrir des fleurs

cool11

15 / Parce qu’il est tellement humain. Parfois trop ?

cool10

16 / Parce que rien n’est plus mignon que ça :

cool1

17 / Parce que le king Elvis Presley lui a dédié une chanson

cool21

18 / Parce que George et Amal Clowney en ont un.    What else ?

cool22

 

trer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Pratique Santé

La morsure spontanée du chat

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

À côté des câlins et des ronronnements, la morsure du chat existe aussi et elle est souvent douloureuse. Pourquoi nos adorables minous se transforment-ils parfois en panthères ?

C’est la situation classique du chat effrayé chez le vétérinaire. Il réagit à sa peur par une agressivité violente. L’équipe vétérinaire doit alors prendre des précautions pour ne pas être blessée, comme enrouler le chat dans une serviette, le mettre dans un filet parfois. Il faut essayer de rester doux dans les gestes afin de ne pas aggraver la situation. De même, il faut habituer le chaton aux manipulations douces et limiter au maximum le stress induit par sa visite à la clinique (vaporisation de phéromones dans sa cage, cage placée en hauteur dans la salle d’attente, serviette posée sur la table si elle est en inox…).

Sevrage précoce

Les premières semaines, lorsque le chaton vit avec sa mère et le reste de la portée, sont d’une importance capitale pour son développement psychologique. La mère apprend à ses petits à jouer sans excès, à faire « pattes de velours », à faire des pauses dans leurs jeux. Bien sûr, certains chatons n’auront pas la chance de pouvoir vivre cette période donc le propriétaire doit prendre le relais et ne pas hésiter à demander conseil au vétérinaire.

Faim, ennui et syndrome du prédateur

Le chat est par nature un chasseur. Certains environnements sont pauvres en stimuli et en possibilités d’exercice, notamment pour les chats qui vivent en appartement. Ceux-ci s’ennuient et peuvent, au retour de leurs propriétaires, passer à la phase attaque des mollets. Dans ces cas, il faut d’abord vérifier la ration alimentaire du chat avec son vétérinaire. Le chat aime faire plusieurs mini-repas dans la journée donc investir dans un distributeur de croquettes programmable peut être intéressant. Enfin, enrichir son environnement par des cachettes, des zones d’observation en hauteur, limite ses phases d’ennui. On peut également mimer la chasse en plaçant une partie de la ration dans une balle distributrice.

Chat caressé mordeur

Le chat est installé pour un câlin et semble l’apprécier et d’un coup, il se retourne et mord violemment. Cette « attaque » est liée à la sensibilité extrême du chat pour lequel la caresse appréciée au départ peut devenir agaçante voire douloureuse. Il faut savoir repérer les signes précurseurs comme lorsqu’il remue la queue, frissonne, se lèche ou lèche la main.

L’agressivité du chat peut avoir plusieurs origines et certaines causes peuvent être évitées. Lorsque malgré tout le chat a mordu ou griffé, il est important de bien désinfecter la plaie et de surveiller qu’il n’y ait pas d’infection.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

Le barbet

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Ce chien d’eau a de nombreux cousins chez nos voisins. En France, le nom de barbet lui a sans doute été donné en rapport avec le poil qui orne son menton.

Considéré comme l’ancêtre du caniche et du griffon, le barbet est l’une des races les plus anciennes présentes en Europe. Ses origines sont mal connues mais on le reconnaît sur des peintures ou encore des sculptures dès le XIIIe siècle. Dans la grande armée de Napoléon, un barbet surnommé « Moustache » participa à de nombreuses batailles et fut même décoré. Après sa quasi-disparition au XXe siècle, il refait surface grâce à l’introduction de chien d’eau portugais et du croisement avec des caniches. Le barbet reste aujourd’hui un chien assez rare, avec moins de 100 naissances par an.

Son physique

Le barbet est un chien de taille moyenne. Le mâle mesure environ 60 cm pour une petite trentaine de kilos. La robe est unie : noire, marron, fauve, sable, gris ou blanc. Le poil est long et frisé, très fourni. L’aspect général du chien donne une impression de solidité. C’est un chien rustique qui supporte bien le froid et l’humidité grâce à son épais pelage laineux. Ce chien ne perd pas ses poils mais il peut présenter des bourres lorsque le poil s’emmêle. La tête est ronde et le crâne large. Les longues oreilles sont portées basses. La moustache est bien fournie. La queue est accrochée bas et forme un crochet à son extrémité. Le barbet est un chien musclé, au cou fort et au dos solide.

Son caractère

Le barbet est un chien d’eau. Il adore nager et rapporter des objets qui lui ont été jetés dans l’eau. Grâce à ses pattes palmées, c’est en effet un nageur hors pair et il excelle en chasseur de marais. Il est parfois utilisé comme chien guide d’aveugle ou chien truffier car son flair est particulièrement fin. C’est un chien sociable qui apprécie la compagnie. Il peut s’adapter à la vie en appartement mais a besoin de se dépenser lors de belles balades en extérieur. Il est très attaché à ses maîtres et n’aime pas beaucoup rester seul. Intelligent et équilibré, il est un bon compagnon pour les enfants et s’entend bien avec les autres animaux.

Sa santé

Ce chien rustique ne présente pas de fragilités particulières. Son espérance de vie est de 13 ans en moyenne. Chien sportif par nature, le manque d’exercice associé à une alimentation trop riche le fera grossir. Le poil doit être brossé régulièrement pour éviter la formation de bourre. Il aime faire plaisir à son maître mais peut se montrer têtu dans sa jeunesse. Une éducation douce et ferme à la fois en fera un super compagnon.

Encore rare et méconnu, le barbet est un chien sympathique, original et d’une grande gentillesse.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

Chats Noirs

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Chat_simple

Je vous parlais l’autre jour des chats blancs, considérés comme des chats porte-bonheur, notamment au Japon. Mais qu’en est-il des chats noirs ?

Au regard de leur histoire tourmentée, leur situation semble plus contrastée. Si l’on observe les diverses légendes et superstitions qui ont longtemps circulé à leur sujet, ils n’ont en tout cas jamais laissé personne indifférent.

Une histoire haute en couleurs

Les Egyptiens de l’antiquité vénéraient les chats.  Une déesse du nom de Bastet était même représentée sous la forme d’un chat. De nombreuses momies de chats ont été retrouvées, témoignage de l’estime que leur portaient les égyptiens.

Lorsque le Christianisme s’est imposé comme religion d’état dans l’empire romain, le chat a perdu son caractère divin et les fantasmes les plus divers ont commencé à germer dans l’esprit populaire.  Il devient une créature mystérieuse et démoniaque, surtout s’il est noir.

Au moyen âge les choses se corsent encore plus pour nos petits félins. En pleine période de procès en sorcellerie, les chats noirs sont suspectés d’être des suppôts de Satan. Associés aux démons et aux sorcières, les pauvres matous sont alors persécutés  des pires manières possibles : pendus, brulés, enterrés vivants, c’est une véritable inquisition. Ces massacres dureront jusqu’au 17eme siècle. C’est sans aucun doute la page la plus sombre de leur histoire.

chat-sacrifice

Légendes et superstitions

Rencontrer un chat à minuit serait signe de mort imminente, pensait on autrefois, le diable venant chercher l’âme de sa future proie.

Pour les marins, avoir un chat noir sur le pont du bateau pouvait aider à faire lever le vent, en plus de chasser les rats et souris bien sûr.

Croiser un chat noir porte malheur dit-on chez nous, mais en Angleterre c’est l’inverse.  En Ecosse cela serait même un gage de prospérité.

En Bretagne une légende raconte que chaque chat noir possède un poil blanc et que le trouver apporte la fortune.

Alors, porte-bonheur ou porte malheur le chat noir ?

Le bombay, la petite panthère noire

Il en est qui ne se posent plus la question : ce sont les amoureux des chats de race Bombay.   

Le Bombay est une race hybride à poil court créée aux États-Unis en 1958 par croisement entre l’American Shorthair et le Burmese brun. Il possède un pelage noir, fin, soyeux et brillant.

Exclusivement noirs du museau jusqu’au bout de la queue, les bombay sont de véritables panthères noires miniatures, du moins en apparence. Car question caractère, ce sont des chats doux et calins, très affectueux, dont le regard d’agate vous suit partout. Les meilleurs compagnons possible, qui ne vous apporteront que du bonheur.

bombay2

Mes Z'infos Santé

La Rage

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Législation et vaccination antirabique

La France est un pays déclaré indemne de rage depuis 2001. Ce statut est le fruit d’années de vaccinations obligatoires, de campagnes sur la faune sauvage et d’un travail rigoureux.

Chaque année, des touristes français trouvent des animaux sur leur lieu de vacances et l’envie de prendre soin d’eux et de les ramener en France est compréhensible mais attention…

Une zoonose virale aux symptômes neurologiques

Le virus rabique est un virus neurotrope c’est-à-dire qui cible le cerveau. Les symptômes sont généralement une encéphalite avec troubles de la déglutition, agitation, salivation, mouvements anormaux involontaires, troubles de la conscience. Une fois les symptômes apparus, la maladie est mortelle. La rage est une maladie commune à l’homme et aux mammifères, généralement les carnivores. Le virus est présent en forte concentration dans la salive de l’animal porteur et la contamination à l’homme se fait principalement par morsure. La contamination est possible même si l’animal paraît sain, l’incubation variant par exemple chez le chien de 15 à 60 jours. Le léchage sur une peau blessée ou une griffure peuvent également suffire à la transmission de la maladie. Chaque année, la rage cause 70 000 décès humains dans le monde, principalement en Asie et en Afrique.

La Législation

La conservation du statut de pays indemne de rage exige le respect de certaines contraintes. Les réglementations européenne et française encadrent ainsi les mouvements des carnivores domestiques. Hélas, tous les cas de rage animale observés en France depuis près de 20 ans ont été causés par l’importation illégale d’un carnivore domestique.

*L’animal importé doit être identifié par puce électronique. Le tatouage est toléré s’il a été réalisé avant 2011 et s’il est toujours lisible.

*S’il vient de certains pays hors UE, l’animal doit présenter un titrage anticorps antirabique attestant de l’efficacité du vaccin et un certificat sanitaire établi par un vétérinaire du pays d’origine.

*L’animal doit être vacciné contre la rage. Attention, en cas de primo-vaccination, le délai de validité est de 21 jours.

*L’animal doit également avoir son passeport complété (identification, vaccination antirabique et examen clinique) s’il vient d’un pays de l’UE ou de Suisse.

*Enfin, l’animal doit être enregistré sur le fichier national français, dans les 8 jours suivants, son arrivée en France.

La vaccination des carnivores domestiques

Si la vaccination des animaux importés en France est obligatoire quel que soit le statut de leur pays d’origine, la vaccination des animaux français reste très fortement recommandée. Elle est obligatoire en cas de voyage à l’étranger. Elle l’est également en cas de voyage en France dans un lieu où le règlement intérieur stipule l’obligation de la vaccination (expo, pension, camping, hôtels…).

Lorsqu’un cas de rage animale est déclaré, le préfet peut ordonner l’euthanasie de tous les animaux susceptibles d’avoir été en contact avec cet animal s’ils ne sont pas vaccinés et identifiés.

Mes Z'infos Zoom sur

les petits lévriers

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page

Print

Email this to someone

Share on Facebook

Tweet about this on Twitter

Une grande famille

La famille des lévriers comporte de nombreuses races, dont les caractéristiques communes sont une morphologie longiligne, de longues pattes fines alliées à un corps musclé. Leur tête est fuselée et leur museau long et fin. Ils peuvent avoir le poil long comme le lévrier afghan, dur comme le lévrier écossais ou ras comme le greyhound anglais. Tous partagent une exceptionnelle aptitude à la course.

J’ai choisi de m’intéresser aujourd’hui aux deux plus petites races de lévrier, particulièrement adaptées à la compagnie : le petit lévrier italien et le whippet

Le petit lévrier italien

levrier-italien

Des origines anciennes

Le petit lévrier italien descend des lévriers de petite taille qui existaient déjà en Egypte ancienne à la cour des Pharaons.  On retrouve ensuite sa trace dans la Grèce antique, puis en Italie dès le Vème siècle avant Jésus-Christ.  Son plus grand développement se situe à l’époque de la Renaissance, comme en atteste les nombreuses représentations sur les tableaux des plus grands maîtres italiens et étrangers.

levrier-italien-peinture

Un physique élégant

Bien que petit, il dispose de tous les caractéristiques d’un lévrier en miniature. C’est un prototype de raffinement et d’élégance. Il mesure de 32 à 38 cm, ce qui en fait le plus petit des lévriers, pour un poids de 5kg environ. Son pelage est court et soyeux avec des couleurs de robe allant du beige au noir en passant par toutes les nuances de gris.

Un grand sensible

De caractère docile, gai, affectueux et  très sensible, il demande une éducation toute en douceur. Il conviendra parfaitement à un maitre calme et posé, avec qui partager de tendres moments de complicité mais aura également besoin de longues promenades pour dépenser son énergie de petit lévrier.


Le Whippet

whippet-courses

Des champs de courses anglais au salons parisiens

Le whippet est une race anglaise dérivée des lévriers greyhound, alliant la grâce et l’élégance à de véritables qualités d’athlète. Son nom dérive de whip it, qui signifie « fouette cocher ! » ou « vas-y ! », injonction que les parieurs anglais lançaient à leurs favoris, pendant les courses. En France, c’est le lévrier le plus répandu, choisi essentiellement comme chien de compagnie.

levrier

Un modèle d’équilibre

Plus grand que son cousin italien, le whippet mesure de 47 à 53 cm pour le mâle et 44 à 49 cm pour la femelle, pour un poids allant de  12 à 15 kg pour le mâle et 10 à 13 kg pour la femelle.
Sous ses airs fragiles et précieux, c’est un chien robuste, craignant juste un peu le froid. Il a besoin de longues promenades mais sait se montrer calme et posé dans un appartement.
Le whippet est un chien équilibré, facile à vivre et extrêmement affectueux avec son maitre. Sa beauté, sa douceur et sa gentillesse en font un chien parfait pour toute la famille.

Mes Z'infos Santé

Le Coryza

Published by:

Partagez ce contenu !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Pourquoi un chat vacciné attrape-t-il le coryza ?

Le coryza est une atteinte de l’appareil respiratoire supérieur qui regroupe des symptômes variés et qui est très fréquent chez les chats qui vivent en communauté.

La rhinotrachéite virale, autre nom du coryza, se manifeste par divers symptômes de l’appareil respiratoire supérieur : éternuements et jetage, conjonctivite parfois purulente, ulcération des muqueuses buccales.

Un syndrome aux multiples agents pathogènes

Le plus fréquent est l’herpes virus félin de type 1. Mais il existe aussi le calicivirus, le reovirus, la bactérie chlamydophila felis, la bordetella, les pasteurelles, et les mycoplasmes. Bref, une armée d’agents pathogènes ayant une même cible mais des modes d’action et des symptômes différents.

La vaccination…

La dénomination courante de vaccin coryza prête à confusion et elle est erronée. En effet, les vaccins disponibles aujourd’hui en médecine vétérinaire concernent l’herpes virus, le calicivirus et parfois, la chlamydia. Un animal correctement vacciné ne sera donc pas protégé contre tous les agents pathogènes potentiellement responsables d’une rhinite.

mais qui n’empêche pas l’infection…

La protection vaccinale n’empêche pas l’animal d’être malade. En effet, selon les vaccins, et c’est le cas pour nos vaccins calicivirus, la vaccination permet de diminuer la gravité des symptômes comme c’est le cas chez les humains pour la vaccination contre la grippe. Elle permet également de limiter l’excrétion de l’agent pathogène dans les sécrétions (larmes ou jetage) comme pour la vaccination herpes virus.

Une protection parfois insuffisante

Imaginez un chat plongé dans un bouillon de culture, il y a un moment où la pression infectieuse devient tellement forte que la protection induite pas le vaccin n’est plus suffisante. Ainsi, les chats qui vivent en refuge ont beau être vaccinés, ils sont, bien plus que nos minous d’appartement sujets aux rhinites à répétition.

Une réponse vaccinale individuelle

D’un individu à l’autre, l’intensité et la durée de la réponse vaccinale sont variables. Pour suivre cette protection, on peut doser les anticorps présents dans l’organisme. C’est le cas chez l’homme par exemple avant de refaire une vaccination contre la fièvre jaune. Les chats ont également un patrimoine génétique qui leur est propre et certains seront mieux protégés que d’autres avec un protocole de vaccination identique.La vaccination n’est donc pas toujours synonyme d’une protection de 100 % mais elle reste un excellent moyen de diminuer la gravité des maladies.

Dr Céline Lacourt