Category Archives: Mes Z’infos

Arts et cultures Insolite Mes Z'histoires Mes Z'infos

La messe des animaux

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Soyez tous bénis !

Aux Philippines, la foi catholique est bien vivante et s’exprime souvent avec ferveur. Parmi les nombreuses célébrations qui émaillent la vie quotidienne des habitants de Manille, il en est une qui se distingue quelque peu des autres. C’est la messe de la Saint François d’Assise, spécialement dédiée aux animaux.

A cette occasion, chacun vient avec son chien ou son chat afin qu’il soient bénis par le prêtre. l en est même qui portent des mygales apprivoisées ou des cafards de course… La bienveillance de Dieu ne connait pas de limites…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Pratique Santé

Les chats et nous

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Catmania

La passion des Français pour ces boules de poils est connue. Les résultats de plusieurs enquêtes sur les Français possesseurs ou non de chats, auprès de vétérinaires, nous dressent le portrait de cette « cat mania » qui a envahi l’hexagone.

Le chat est le premier animal de compagnie dans le cœur des Français. Plusieurs milliers de chatons sont adoptés chaque année. Une famille sur trois possède un ou plusieurs chats, la moyenne étant de 1,61 chat par foyer. Les propriétaires de chats sont plutôt citadins mais habitent majoritairement en maison et avec des enfants. 68 % des familles laissent leur chat profiter du jardin.

Pourquoi adoptons-nous ces minous ?

Les propriétaires de chats sont souvent des personnes qui ont eu des animaux dans leur enfance et pour 40 % d’entre eux, c’est la recherche d’un véritable compagnon qui motive leur choix d’adoption.

Nos chats viennent assez peu d’élevages (2,2 %). C’est plutôt le chaton donné par un ami ou un voisin qui rejoint le foyer (54,3 %), lorsque ce n’est pas l’arrivée d’un chat perdu ou abandonné qui vient demander un peu d’amour (et de croquettes) et à qui on ouvre la porte.

Certains Français hésitent encore à franchir le cap même si la présence d’un chat à la maison les tente. C’est souvent la contrainte de trouver une solution de garde pendant les vacances et le manque de disponibilité qui sont évoqués.

Des chats qui vivent plus longtemps

L’espérance de vie des chats a augmenté et s’élève à une quinzaine d’années.

58 % des propriétaires amènent leur chat en consultation au moins une fois par an. Ce chiffre reste largement inférieur à celui des chiens et les chats restent moins médicalisés.
Si 68 % des motifs de consultations regroupent la première visite du chaton et les consultations vaccinales annuelles, seulement 25 % des consultations ont pour motif un chat malade. En effet, le chat est résistant et masque fort bien ses symptômes. Le propriétaire peut passer à côté d’une maladie évoluant depuis déjà un moment. De plus, la visite chez le véto est souvent vécue comme un stress, pour le chat comme pour son propriétaire, n’incitant pas ce dernier à consulter rapidement.

Les troubles les plus fréquents rencontrés chez le chat sont les problèmes rénaux et urinaires pour environ 60 % des cas.
Si 90 % des vétérinaires soulignent l’importance d’une alimentation adaptée dans la prévention de ces problèmes de santé, tout comme celle de l’obésité, plus de 64 % des propriétaires ne suivent pas de recommandation particulière, alors que l’aspect santé/nutrition leur paraît important.

Au vu de ces enquêtes, il en résulte que la sensibilisation sur l’importance de la qualité de l’alimentation du chat doit être développée.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur le lynx

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Le lynx

Mis à l’honneur par la Fondation Nature et Découverte et sa course « Le défi des foulées 2017 » fin mai, le lynx est un petit félin dont la présence en France reste à préserver.

Le lynx était déjà présent en Europe à l’époque de l’âge de pierre. On le retrouve sur les peintures pariétales notamment à Lascaux.

Le seul félin sauvage européen

Le lynx présente une fourrure épaisse, tachetée de noir, ainsi qu’une queue très courte terminée d’une touffe noire. Le pelage de son ventre est blanc. Quelle que soit la saison, il est très difficile de l’apercevoir car son pelage est plutôt roux en été et devient beige l’hiver. Il pèse environ 20 kg et mesure une soixantaine de centimètres au garrot. L’espèce a complètement disparu au XIXe siècle. Son retour en France a commencé dans le Jura grâce à l’arrivée de lynx venus de Suisse dans les années 1970. Plusieurs programmes de réintroduction et de sauvegardes ont permis d’étoffer la population et aujourd’hui, on dénombre une centaine de lynx en France et en Suisse, et environ 9 000 individus en Europe.

Un sprinteur noctambule et solitaire

Le lynx est un félin sportif. Il se déplace surtout la nuit et peut parcourir une bonne vingtaine de kilomètres. Il vit surtout dans les montagnes boisées, les forêts et se déplace avec agilité sur les rochers. Chasseur redoutable, il sévit à l’aube ou au crépuscule. Cet animal possède une ouïe très développée et une excellente vision nocturne lui permettant de repérer ses proies facilement, jusqu’à 300 mètres ! Son pelage se fond dans le paysage et il approche sa proie discrètement avant de lui bondir dessus. Son point faible est hélas sa résistance de fond. C’est pourquoi il tente d’approcher le plus possible de sa proie, augmentant ainsi ses chances de succès.

En Europe, le chevreuil et le chamois sont les mets préférés du lynx. Le territoire du lynx est généralement très étendu. Il vit seul et plusieurs kilomètres le séparent souvent de ses congénères. La période de reproduction est la seule durant laquelle les lynx se rencontrent. L’éloignement et le petit nombre d’individus présents en Europe renforcent la difficulté pour les lynx de se retrouver et il existe un risque de consanguinité non négligeable. Mâles et femelles se rejoignent s’appelant mutuellement par des cris stridents. Après 70 jours de gestation, la femelle lynx donne naissance en général à 2 petits qui vivront avec elle pendant toute une année. Les petits sont très fragiles et le taux de mortalité est de 50 %. Cette menace ainsi que le petit nombre d’individus présents en Europe rendent fragile la pérennité de l’espèce.

Le défi des foulées organisé par la Fondation Nature et Découvertes a permis de récolter 22 368 euros. Mais le lynx est une race qui reste vulnérable et menacée. Ce serait dommage que ce félin sauvage disparaisse de notre pays.

Dr Céline Lacourt

Education Insolite Mes Z'histoires

chien intelligent

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Lucy première de la classe

Où se trouve la pomme ? Un petit génie canin prouve qu’il sait à quoi ressemble une pomme dans un jeu de carte.

Zelah Brandt, une professeure californienne de 45 ans, a entrainé sa jeune chienne à identifier les images et les couleurs en utilisant des cartes illustrées.

Zelah a appris ces tours à Lucy, sa croisée amstaff, par le renforcement positif. Et le résultat est tout simplement bluffant.

A quand des écoles pour élèves chiens ?

Mes Z'infos Santé

Les soins quotidiens

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Les petits gestes à ne pas oublier

Adopter un animal de compagnie, c’est s’engager à veiller sur lui tout au long de sa vie, à s’occuper de son bien-être.

Une gamelle bien remplie, des visites régulières chez son vétérinaire préféré, des sorties nombreuses pour les chiens, une litière propre pour les chats, une cage changée régulièrement pour certains, et des câlins à profusion pour tout le monde !

Il ne faut pas non plus oublier les petits gestes du quotidien. Ces soins ne sont pas compliqués à mettre en place. En revanche, il vaut mieux y habituer votre compagnon dès son plus jeune âge, en commençant progressivement par des séances plus courtes.

Un brossage régulier

Si une visite chez le toiletteur ne s’impose pas nécessairement, le brossage régulier est indispensable à votre animal. Il permet de retirer les poils morts. La fréquence de ce brossage va dépendre de la longueur des poils et de la saison (plus souvent en période de mue). Les poils s’agglutinent et peuvent former des bourres indémêlables, surtout lorsque le pelage est laineux. Pour les chats qui portent un soin particulier à leur toilette, l’ingestion de ces poils provoque des vomissements, voir des constipations. Enfin, un pelage non entretenu favorise l’apparition de maladies cutanées.

Le choix de la brosse dépend à la fois de la densité et de la longueur du poil. Pour un chinchilla, une petite brosse souple suffit, mais chez le berger des Pyrénées, il vaut mieux utiliser une brosse dure avec des crans plus longs. Attention à certaines brosses blessantes, aux crochets recourbés. La brosse à rangée de dents uniques, courtes, fines et serrées, en métal, est la plus polyvalente. Elle ne blesse pas la peau, n’arrache pas le poil mais retire efficacement une grande quantité de poils morts alliant l’action mécanique à l’action électrostatique. Le brossage est aussi l’occasion d’inspecter la peau de votre animal, à la recherche de parasites.

Épilation et nettoyage des oreilles

La présence de poils gêne l’aération naturelle du conduit et peut entraîner l’apparition d’otites. Il convient de les épiler régulièrement. On peut procéder par petites tractions avec les doigts, ou bien utiliser une pince à épiler. Il peut être difficile d’épiler les deux conduits dans la foulée car le geste n’est somme toute pas des plus agréable et parfois, il est plus facile de le faire accepter au chien en deux temps. Une fois le conduit épilé, il doit être nettoyé, surtout sur les animaux plus sensibles aux otites (races prédisposées ou sensibilité individuelle). Pour cela, on remplit le conduit auditif avec un produit adapté et conseillé par votre vétérinaire. On masse de façon à bien faire remonter les sérosités accumulées dans le fond de l’oreille. Ensuite, on essuie ce qui ressort à l’aide d’un coton, ou d’une compresse enroulée autour du doigt. L’usage des cotons-tiges est à proscrire absolument. On peut former un bouchon difficile à dégager.

Nettoyage des yeux

Ce soin concerne les animaux aux nez courts (chat persan, bouledogue…), les animaux dont les canaux lacrymaux sont bouchés, et les plus sensibles (les chats roux ou blancs, les animaux aux yeux clairs).

Il faut éviter la persistance d’une région humide liée à l’écoulement des larmes au coin des yeux. Ce soin limite le risque de conjonctivite secondaire. On peut utiliser une lotion, des lingettes ou bien un gel, sur les conseils de votre vétérinaire. La lotion est directement versée sur l’œil que l’on nettoie ensuite, de l’intérieur vers l’extérieur avec un petit morceau de papier toilette. Le coton laisse des fibres, certaines compresses peuvent être irritantes. Lorsque l’on utilise du gel, il peut être versé sur le papier avant de nettoyer l’œil.

Nettoyage des plis

Certaines races, de chiens en particulier, présentent de nombreux plis sur la tête notamment. Ces plis demeurent humides et peu aérés, terrain propice au développement de certaines bactéries et lieu d’apparition des dermites. Il ne faut pas oublier les sharpei, dont les plis ne se limitent pas à la tête, les espaces interdigités (entre les coussinets), ou, chez les lapins par exemple, les replis de part et d’autre des bourses ou de la vulve. Chaque animal a sa morphologie, à vous de repérer ces zones sensibles. Il faut les nettoyer régulièrement et surtout les sécher en douceur, en veiller à ne jamais irriter la peau. Chasse aux épillets aussi dans ces plis, surtout entre les coussinets !

Coupe des griffes

Ce soin n’est pas forcément nécessaire pour tous les animaux. En effet, le chien sportif usera naturellement ses griffes, tout comme le chat qui adore les  faire sur le tronc d’arbre du jardin. Mais le lapin qui ne sort que dans votre salon, le chat d’appartement qui boude son griffoir ou encore le vieux toutou qui se déplace de moins en moins, peuvent avoir besoin d’une séance manucure.

Les griffes sont formées d’une partie irriguée et sensible à la base du doigt. Il ne faut couper que la partie extrême, qui ne comporte ni vaisseau, ni terminaison nerveuse. Sur une griffe blanche, c’est simple. On voit par transparence la partie rosée, à laquelle il ne faut pas toucher, et la partie transparente, au bout. C’est celle-ci que l’on peut couper. L’utilisation d’un coupe griffe en forme d’une paire de ciseaux est la plus facile, rapide et efficace. Il faut bien sûr le choisir adapté à votre compagnon. Les griffes du berger allemand sont plus dures que celles du lapin ! Sur une griffe noire, il est parfois plus prudent de faire un tour chez le vétérinaire ou le toiletteur. En général, en coupant ¼ tous les mois, on ne risque pas de couper trop court. Si tel est le cas, pas de panique, une petite compression et la pose d’un petit pansement temporaire suffit à régler le problème.

Dr Céline Lacourt

Enregistrer

Associations Insolite Mes Z'histoires

Parenthèse de luxe

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Parce qu’ils le valent bien !

Souvent la vie ne les pas gâtés. Abandonnés, oubliés, parfois victimes de mauvais traitements, les chiens de refuge ont chacun leur histoire. Et tous méritent d’être choyés, aimés, adoptés. Tous ont droit à une seconde chance.

Dans un refuge de Londres, le personnel a décidé d’offrir à quelques uns de leur chien un peu déprimés, une journée particulière dans un hôtel de luxe. Un hôtel pour chien bien sûr. Là ce ne sont qu’attentions délicates, papouilles, toilettage et bichonnage en tout genre, sans oublier les friandises et autres douceurs.

Une véritable parenthèse de luxe et de volupté pour ces petits toutous qui ont tous retrouvé le sourire, et pour beaucoup : une nouvelle famille.

 

Bandit, un beau mâle de 8 ans, qui adore se faire brosser et chouchouter

 

La mignonne petite Roxy, croisée terrier/chihuahua, sait prendre des pauses de marquise

 

Freddie, le drôle de petit shi-tsu de 2 ans, apprécie d’être traité en VIP

 

L’adorable Luna, une staffie de 11 ans, prend l’apéritif en toute simplicité

 

Les canapés sont faits pour les chiens. Qui oserait dire le contraire ?

 

George, un papy staffordshire bull terrier de 12 ans, reste vif et fringant malgré sa moustache grisonnante

 

Ce beau loulou au regard tendre a reçu un petit jouet qui lui plait beaucoup

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Santé

La dirofilariose

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une maladie parasitaire

Cette maladie, transmise par les moustiques, touche les carnivores. Elle est présente dans les zones tropicales mais on la rencontre également autour de la Méditerranée, dans le sud de la France, de façon saisonnière, de mai à octobre.

La dirofilariose est due à la transmission par la piqûre du moustique d’un ver long et fin, le dirofilaire, ou plus exactement de sa larve. Celle-ci pénètre la peau du chien lors de la piqûre par le moustique infecté, se transforme et sa forme adulte migre vers le cœur et les artères pulmonaires. Lorsque l’infestation est massive, on dénombre parfois jusqu’à 200 vers, le fonctionnement du cœur est fortement altéré, les vaisseaux peuvent être obstrués et l’urgence est alors vitale.

Une durée d’incubation longue

Les symptômes apparaissent longtemps après la piqûre infestante, souvent plusieurs mois voire des années plus tard. Les symptômes, liés à la présence des vers, sont cardiaques et respiratoires : toux, fatigue, syncopes, difficultés respiratoires… Le diagnostic se fait à partir de test sanguin. On peut également rechercher à l’échographie la présence des parasites dans le cœur ou les gros vaisseaux sanguins. Lorsque les vers bouchent la veine cave, la gravité de la maladie est encore plus importante. Les globules rouges sont détruits et libèrent leur hémoglobine. Le chien peut alors présenter un ictère ou ses urines peuvent être sombres, contenant de l’hémoglobine.

Une maladie grave

La dirofilariose est une maladie grave. Même lorsque le traitement réussit, il reste souvent des séquelles sérieuses. Le traitement repose bien évidemment sur la destruction des vers mais cette destruction peut ne pas être bien supportée par l’organisme. Elle entraîne en effet un choc qui peut être grave et les complications sont nombreuses : fatigue, anorexie, thrombose… Le traitement doit donc être progressif et la surveillance comme le repos de l’animal sont indispensables.

Une prévention indispensable

Au vu de la gravité de la maladie et des effets secondaires de son traitement, la prévention reste la meilleure protection contre la dirofilariose. Des mesures hygiéniques sont possibles. Elles consistent à limiter le risque de piqûres de moustiques : éviter les sorties, en particulier en zones humides, surtout à la tombée du jour, équiper les portes et fenêtres de moustiquaires. L’utilisation d’anti-parasitaires externes qui protègent de la piqûre des moustiques est également indiquée.

Le meilleur moyen de prévention reste le traitement prophylactique. Le vétérinaire le prescrit systématiquement lorsque le chien vit dans une zone à risque et, lorsque vous partez en voyage avec votre animal dans les régions tropicales ou sur le pourtour méditerranéen. Il s’agit de comprimés ou de pipettes qui détruisent les larves avant qu’elles ne deviennent adultes. Les comprimés sont à prendre avant le départ et un mois après le retour.

La dirofilariose peut également toucher les chats mais c’est beaucoup plus rare. Le chat guérit souvent spontanément, l’infestation étant moins massive et les larves de dirofilaires survivant mal dans son organisme.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

Le Loulou de Poméranie

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Un petit spitz

Longue fourrure et tête de nounours, ce chien, appelé également Spitz nain, en fait craquer plus d’un.

Le Loulou est originaire du nord de la Russie, de Sibérie. C’est une des races les plus anciennes. Il descendrait de chiens de type Loup-Spitz ayant migré en Poméranie (entre l’Allemagne et la Pologne).

Un chien des plaines froides

Les premiers chiens étaient utilisés comme chiens de traîneau ou de garde. Par la suite, les chiens les plus petits ont été gardés comme compagnons et croisés afin de conserver ce caractère de petite taille.

Les chiens d’origine pesaient en effet 14 kg alors qu’aujourd’hui, les Loulous adultes pèsent moins de 3 kg pour 25 cm environ. Ce n’est qu’à la fin du XVIII siècle que la race apparaît en Angleterre. Après avoir séduit la monarchie anglaise et notamment la reine Victoria, elle se développe et voit sa popularité grimper.

Une peluche affectueuse

Le Loulou porte une fourrure longue et abondante, avec une belle collerette et une queue bien touffue, portée rabattue et roulée sur le dos. Le sous-poil est très dense, permettant à ses ancêtres de vivre dans des climats rudes.
Sa tête et ses oreilles pointues rappellent celle du renard. Il a le regard espiègle et la démarche élégante. Sa robe peut être orange, noire, brune, blanche ou grise.

Si ce chien est plutôt robuste (il peut vivre une bonne dizaine d’années), il nécessite un toilettage régulier, surtout en période de mue, sous peine de voir sa belle fourrure emmêlée inextricablement. Il faut l’habituer dès son jeune âge à ce moment de brossage qui peut devenir un beau moment de complicité plutôt que la corvée pour maître et chien.

Il a également tendance à prendre du poids et il faut rester attentif à son alimentation d’autant que ses petites pattes ne sont pas faites pour supporter un poids excessif.

Un chien dynamique et intelligent

Ses yeux brillants ne mentent pas, le loulou est un chien loyal, très intelligent et qui excelle dans les épreuves d’obéissance. Il est fidèle et attaché à sa famille et déborde d’énergie, compensant sa petite taille par un dynamisme contagieux.

Il peut tout à fait habiter en appartement mais il faut veiller à lui proposer suffisamment d’exercice. Sans être naturellement craintif ni agressif, le Loulou reste méfiant envers les inconnus et aboie énormément. Il peut ainsi faire office de chien d’alerte et a de fait été ironiquement surnommé le « chien de concierge ».

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos

La lionne et l’antilope

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une mère avant tout !

Dans la savane africaine, c’est la dure loi de la jungle qui sévit.
Les douces antilopes constituent des mets de premier choix pour ces fiers prédateurs que sont les lions. Mais parfois un miracle survient…

Cette jeune lionne, redoutable chasseresse, vient de s’emparer d’un bébé antilope dont la mère a été tuée par des braconniers…..ou d’autres lions.

Elle le ramène à son camp de base.

Et contre toute attente, au lieu d’en faire son casse croute, elle commence à la lécher et la câliner.

L’antilope nouveau-né reprend doucement ses esprits

La voici bien en sécurité entre ces grosses pattes protectrices.

Est-ce l’instinct maternel ? En tout cas, cette jeune lionne ne laissera personne s’attaquer à son petit bébé, même si celui ci est une antilope.

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

La reproduction des tortues de mer

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Des espèces en danger

Les tortues marines sont présentes dans tous les océans du monde à l’exception de l’océan Arctique. Mais la pollution, le braconnage, le réchauffement climatique et la disparition des zones de ponte font que les tortues de mer sont vulnérables et que leur sauvegarde devient réellement nécessaire.

La reproduction

La période de reproduction des tortues commence vers l’âge de 15 ans. Elle dure environ deux mois chaque année, pendant lesquels les accouplements peuvent se succéder. La femelle peut d’ailleurs conserver des spermatozoïdes dans une poche pour une fécondation différée.

Les tortues se réunissent dans la mer à proximité des plages pour cette période d’accouplement qui a lieu une fois par an et toujours au même endroit. En effet, les femelles pondent sur le lieu même de leur propre naissance à une centaine de mètres près.

La ponte

Environ un mois plus tard, les femelles sortent de l’eau, de préférence la nuit afin d’éviter de s’exposer trop au soleil, et creusent un trou sur le sable pour y déposer une centaine d’œufs avant de les recouvrir et de regagner l’eau. Une femelle peut ainsi sortir et pondre 2 à 3 fois par saison de ponte. La ponte peut durer très longtemps, parfois plusieurs heures, pendant lesquelles Madame tortue ne doit pas être dérangée. La femelle choisit un endroit à l’abri de l’humidité, souvent sur un terrain en pente vers la mer, et plutôt éclairé.

L’incubation dure ensuite entre 6 et 8 semaines et les œufs vont tous éclore en même temps.

L’éclosion

Le sexe des tortues est influencé par la température pendant ces semaines d’incubation. Une fourchette haute voit naître des femelles alors que des températures inférieures favorisent la naissance des mâles. Ce phénomène, associé au réchauffement climatique, explique que les chercheurs observent de moins en moins de mâles.

Afin de privilégier la survie de l’espèce, l’éclosion a généralement lieu la nuit, lorsque la luminosité et la température baissent. Hélas, par temps couvert, une éclosion en fin de journée fait le bonheur des prédateurs aux aguets.

Le parcours du combattant

Après l’éclosion des œufs, les petits, déjà capables de se nourrir seuls, se dirigent vers la mer où ils nagent plusieurs jours avant d’atteindre leur stade de développement suivant.

Dangers de ce trajet du nid vers la mer, dangers dans les courants des premiers mètres d’eau à franchir, dangers des prédateurs marins…

La mortalité pendant les 2 premières années est extrêmement importante. On considère que moins de 1% des œufs déposés sur la plage permettront la présence d’un adulte reproducteur…

Un mode de reproduction qui accentue la fragilité de cette espèce.

Dr Céline Lacourt

Enregistrer