Category Archives: Mes Z’infos

Associations Insolite Mes Z'histoires

Parenthèse de luxe

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Parce qu’ils le valent bien !

Souvent la vie ne les pas gâtés. Abandonnés, oubliés, parfois victimes de mauvais traitements, les chiens de refuge ont chacun leur histoire. Et tous méritent d’être choyés, aimés, adoptés. Tous ont droit à une seconde chance.

Dans un refuge de Londres, le personnel a décidé d’offrir à quelques uns de leur chien un peu déprimés, une journée particulière dans un hôtel de luxe. Un hôtel pour chien bien sûr. Là ce ne sont qu’attentions délicates, papouilles, toilettage et bichonnage en tout genre, sans oublier les friandises et autres douceurs.

Une véritable parenthèse de luxe et de volupté pour ces petits toutous qui ont tous retrouvé le sourire, et pour beaucoup : une nouvelle famille.

 

Bandit, un beau mâle de 8 ans, qui adore se faire brosser et chouchouter

 

La mignonne petite Roxy, croisée terrier/chihuahua, sait prendre des pauses de marquise

 

Freddie, le drôle de petit shi-tsu de 2 ans, apprécie d’être traité en VIP

 

L’adorable Luna, une staffie de 11 ans, prend l’apéritif en toute simplicité

 

Les canapés sont faits pour les chiens. Qui oserait dire le contraire ?

 

George, un papy staffordshire bull terrier de 12 ans, reste vif et fringant malgré sa moustache grisonnante

 

Ce beau loulou au regard tendre a reçu un petit jouet qui lui plait beaucoup

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Santé

La dirofilariose

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une maladie parasitaire

Cette maladie, transmise par les moustiques, touche les carnivores. Elle est présente dans les zones tropicales mais on la rencontre également autour de la Méditerranée, dans le sud de la France, de façon saisonnière, de mai à octobre.

La dirofilariose est due à la transmission par la piqûre du moustique d’un ver long et fin, le dirofilaire, ou plus exactement de sa larve. Celle-ci pénètre la peau du chien lors de la piqûre par le moustique infecté, se transforme et sa forme adulte migre vers le cœur et les artères pulmonaires. Lorsque l’infestation est massive, on dénombre parfois jusqu’à 200 vers, le fonctionnement du cœur est fortement altéré, les vaisseaux peuvent être obstrués et l’urgence est alors vitale.

Une durée d’incubation longue

Les symptômes apparaissent longtemps après la piqûre infestante, souvent plusieurs mois voire des années plus tard. Les symptômes, liés à la présence des vers, sont cardiaques et respiratoires : toux, fatigue, syncopes, difficultés respiratoires… Le diagnostic se fait à partir de test sanguin. On peut également rechercher à l’échographie la présence des parasites dans le cœur ou les gros vaisseaux sanguins. Lorsque les vers bouchent la veine cave, la gravité de la maladie est encore plus importante. Les globules rouges sont détruits et libèrent leur hémoglobine. Le chien peut alors présenter un ictère ou ses urines peuvent être sombres, contenant de l’hémoglobine.

Une maladie grave

La dirofilariose est une maladie grave. Même lorsque le traitement réussit, il reste souvent des séquelles sérieuses. Le traitement repose bien évidemment sur la destruction des vers mais cette destruction peut ne pas être bien supportée par l’organisme. Elle entraîne en effet un choc qui peut être grave et les complications sont nombreuses : fatigue, anorexie, thrombose… Le traitement doit donc être progressif et la surveillance comme le repos de l’animal sont indispensables.

Une prévention indispensable

Au vu de la gravité de la maladie et des effets secondaires de son traitement, la prévention reste la meilleure protection contre la dirofilariose. Des mesures hygiéniques sont possibles. Elles consistent à limiter le risque de piqûres de moustiques : éviter les sorties, en particulier en zones humides, surtout à la tombée du jour, équiper les portes et fenêtres de moustiquaires. L’utilisation d’anti-parasitaires externes qui protègent de la piqûre des moustiques est également indiquée.

Le meilleur moyen de prévention reste le traitement prophylactique. Le vétérinaire le prescrit systématiquement lorsque le chien vit dans une zone à risque et, lorsque vous partez en voyage avec votre animal dans les régions tropicales ou sur le pourtour méditerranéen. Il s’agit de comprimés ou de pipettes qui détruisent les larves avant qu’elles ne deviennent adultes. Les comprimés sont à prendre avant le départ et un mois après le retour.

La dirofilariose peut également toucher les chats mais c’est beaucoup plus rare. Le chat guérit souvent spontanément, l’infestation étant moins massive et les larves de dirofilaires survivant mal dans son organisme.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Zoom sur

Le Loulou de Poméranie

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Un petit spitz

Longue fourrure et tête de nounours, ce chien, appelé également Spitz nain, en fait craquer plus d’un.

Le Loulou est originaire du nord de la Russie, de Sibérie. C’est une des races les plus anciennes. Il descendrait de chiens de type Loup-Spitz ayant migré en Poméranie (entre l’Allemagne et la Pologne).

Un chien des plaines froides

Les premiers chiens étaient utilisés comme chiens de traîneau ou de garde. Par la suite, les chiens les plus petits ont été gardés comme compagnons et croisés afin de conserver ce caractère de petite taille.

Les chiens d’origine pesaient en effet 14 kg alors qu’aujourd’hui, les Loulous adultes pèsent moins de 3 kg pour 25 cm environ. Ce n’est qu’à la fin du XVIII siècle que la race apparaît en Angleterre. Après avoir séduit la monarchie anglaise et notamment la reine Victoria, elle se développe et voit sa popularité grimper.

Une peluche affectueuse

Le Loulou porte une fourrure longue et abondante, avec une belle collerette et une queue bien touffue, portée rabattue et roulée sur le dos. Le sous-poil est très dense, permettant à ses ancêtres de vivre dans des climats rudes.
Sa tête et ses oreilles pointues rappellent celle du renard. Il a le regard espiègle et la démarche élégante. Sa robe peut être orange, noire, brune, blanche ou grise.

Si ce chien est plutôt robuste (il peut vivre une bonne dizaine d’années), il nécessite un toilettage régulier, surtout en période de mue, sous peine de voir sa belle fourrure emmêlée inextricablement. Il faut l’habituer dès son jeune âge à ce moment de brossage qui peut devenir un beau moment de complicité plutôt que la corvée pour maître et chien.

Il a également tendance à prendre du poids et il faut rester attentif à son alimentation d’autant que ses petites pattes ne sont pas faites pour supporter un poids excessif.

Un chien dynamique et intelligent

Ses yeux brillants ne mentent pas, le loulou est un chien loyal, très intelligent et qui excelle dans les épreuves d’obéissance. Il est fidèle et attaché à sa famille et déborde d’énergie, compensant sa petite taille par un dynamisme contagieux.

Il peut tout à fait habiter en appartement mais il faut veiller à lui proposer suffisamment d’exercice. Sans être naturellement craintif ni agressif, le Loulou reste méfiant envers les inconnus et aboie énormément. Il peut ainsi faire office de chien d’alerte et a de fait été ironiquement surnommé le « chien de concierge ».

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos

La lionne et l’antilope

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une mère avant tout !

Dans la savane africaine, c’est la dure loi de la jungle qui sévit.
Les douces antilopes constituent des mets de premier choix pour ces fiers prédateurs que sont les lions. Mais parfois un miracle survient…

Cette jeune lionne, redoutable chasseresse, vient de s’emparer d’un bébé antilope dont la mère a été tuée par des braconniers…..ou d’autres lions.

Elle le ramène à son camp de base.

Et contre toute attente, au lieu d’en faire son casse croute, elle commence à la lécher et la câliner.

L’antilope nouveau-né reprend doucement ses esprits

La voici bien en sécurité entre ces grosses pattes protectrices.

Est-ce l’instinct maternel ? En tout cas, cette jeune lionne ne laissera personne s’attaquer à son petit bébé, même si celui ci est une antilope.

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

La reproduction des tortues de mer

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Des espèces en danger

Les tortues marines sont présentes dans tous les océans du monde à l’exception de l’océan Arctique. Mais la pollution, le braconnage, le réchauffement climatique et la disparition des zones de ponte font que les tortues de mer sont vulnérables et que leur sauvegarde devient réellement nécessaire.

La reproduction

La période de reproduction des tortues commence vers l’âge de 15 ans. Elle dure environ deux mois chaque année, pendant lesquels les accouplements peuvent se succéder. La femelle peut d’ailleurs conserver des spermatozoïdes dans une poche pour une fécondation différée.

Les tortues se réunissent dans la mer à proximité des plages pour cette période d’accouplement qui a lieu une fois par an et toujours au même endroit. En effet, les femelles pondent sur le lieu même de leur propre naissance à une centaine de mètres près.

La ponte

Environ un mois plus tard, les femelles sortent de l’eau, de préférence la nuit afin d’éviter de s’exposer trop au soleil, et creusent un trou sur le sable pour y déposer une centaine d’œufs avant de les recouvrir et de regagner l’eau. Une femelle peut ainsi sortir et pondre 2 à 3 fois par saison de ponte. La ponte peut durer très longtemps, parfois plusieurs heures, pendant lesquelles Madame tortue ne doit pas être dérangée. La femelle choisit un endroit à l’abri de l’humidité, souvent sur un terrain en pente vers la mer, et plutôt éclairé.

L’incubation dure ensuite entre 6 et 8 semaines et les œufs vont tous éclore en même temps.

L’éclosion

Le sexe des tortues est influencé par la température pendant ces semaines d’incubation. Une fourchette haute voit naître des femelles alors que des températures inférieures favorisent la naissance des mâles. Ce phénomène, associé au réchauffement climatique, explique que les chercheurs observent de moins en moins de mâles.

Afin de privilégier la survie de l’espèce, l’éclosion a généralement lieu la nuit, lorsque la luminosité et la température baissent. Hélas, par temps couvert, une éclosion en fin de journée fait le bonheur des prédateurs aux aguets.

Le parcours du combattant

Après l’éclosion des œufs, les petits, déjà capables de se nourrir seuls, se dirigent vers la mer où ils nagent plusieurs jours avant d’atteindre leur stade de développement suivant.

Dangers de ce trajet du nid vers la mer, dangers dans les courants des premiers mètres d’eau à franchir, dangers des prédateurs marins…

La mortalité pendant les 2 premières années est extrêmement importante. On considère que moins de 1% des œufs déposés sur la plage permettront la présence d’un adulte reproducteur…

Un mode de reproduction qui accentue la fragilité de cette espèce.

Dr Céline Lacourt

Enregistrer

Insolite Mes Z'histoires Zoom sur

8 bonnes (?) raisons d’adopter un cochon d’Inde

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

 

1/ Vous ne pouvez pas trouver plus mignon
Sa jolie bouille innocente, ses yeux ronds perpétuellement étonnés, ses petits couinements adorables, … ne cherchez pas : aucun autre animal ne présente un tel mix de candeur et de gentillesse.

2/ Vous allez pouvoir lui créer un compte instagram
Vous rivaliserez ainsi avec quelques unes des plus grandes stars d’instagram que sont Fuzberta, Ludwig et BouBou (voir article la folie des cochons d’Inde)

3/ Vous n’aurez plus besoin d’alarme
Le fameux Couic Couic du cochon d’inde faisant fuir n’importe quel voleur, surtout si il s’attaque au bac à légume du frigo.

4/ Vous mangerez enfin 5 fruits et légumes par jour
Le cochon d’inde se nourrit principalement de foin et de végétaux. Concombre, endives, pastèque, pommes, … votre primeur va vous voir souvent !

5/ vous allez pouvoir exercer vos talents d’architecte
Une grande cage pour cochon d’inde c’est bien,mais un parc avec différents espaces, des cabanes et autre recoins : c’est mieux. Construisez leur un véritable petit paradis, ils le méritent !

6/ Vous allez dormir du sommeil du juste
Contrairement au hamster qui aime tourner dans sa petite roue la nuit, le cochon d’inde est un animal diurne. Il ne viendra pas non plus vous grignoter les orteils comme certains chats et vous pourrez même faire la grasse matinée car vous n’avez pas besoin de le sortir comme un chien. Alors dormez !

7/ Vous pourrez voyager  facilement
Même si le cochon d’inde n’est pas un grand voyageur, vous pourrez tout de même l’emmener parfois avec vous, dans le train par exemple, dans un petite boite de transport et ce, sans supplément. Plus pratique qu’un berger allemand donc.

8/ Vous vous ferez de nouveaux amis
Il existe une grande communauté de fans de cochon d’inde. Grâce aux groupes Facebook  et aux forums sur les sites spécialisés, vous pourrez rencontrer plein de nouveaux amis partageant la même passion pour ces petites boules de poils.

Alors, convaincus ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur le cane corso

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Un molosse romain

Le cane corso est un chien de grande taille, à la musculature puissante. Contrairement aux idées reçues, le cane corso n’est pas un chien corse.
Cette race très ancienne est d’origine italienne, plus particulièrement de la région des Pouilles. Il est le descendant, en version un peu moins costaude, des chiens présents sur les gravures des vestiges romains.

Il était présent dans toute l’Italie, utilisé comme guerrier aux côtés des légions romaines, pour chasser le gros gibier, comme l’ours ou le sanglier et même, malheureusement, pour combattre les lions aux jeux.
Par la suite, il devint également chien de garde et de troupeaux.

Un colosse au cœur tendre

Le cane corso est aujourd’hui encore très largement répandu dans le sud de l’Italie.
C’est un excellent chien de garde, discret mais vigilant. Il est d’un caractère calme et équilibré, d’une grande fidélité et très dévoué à son maître.
Il a évidemment besoin d’espace ou de longues balades pour se défouler et jouer. Mais si vous consacrez suffisamment de temps à ses promenades (au moins 2h par jour), il pourra s’adapter à la vie en appartement.

C’est aussi un chien qui apprécie beaucoup les enfants. Bien sûr, son poids et sa taille rendent indispensable de rappeler aux enfants qu’il ne s’agit pas d’une peluche !
Les mâles se montrent parfois agressifs entre eux.
Une éducation rigoureuse en fait un parfait compagnon. Il peut se montrer têtu et il vaut mieux qu’il ait envie, lorsqu’il atteint ses 50 kg, de faire ce que vous attendez de lui !

Côté activités, c’est un chien polyvalent. Il peut pratiquer agility, obéissance rythmée, ring ou canicross. Et le soir, il fera sa séance câlin/pot de colle avec grand plaisir !

Un véritable athlète

Le cane corso est solide et fort. Sa musculature puissante se dessine sous une robe à poils courts. Il peut être noir, gris, fauve ou bringé.
La truffe est toujours sombre et les oreilles sont triangulaires et tombantes. Le stop est marqué et le crâne assez large. Une tache blanche peut être observée sur le poitrail.
En moyenne, le mâle pèse une cinquantaine de kilos pour une taille au garrot de 66 cm.

Robuste et costaud, il ne présente pas de problème de santé particulier. Cependant, comme tout chien de grande taille, il peut présenter une dysplasie du bassin, affection à surveiller à la fin de la croissance.
Son entretien est facile. Un nettoyage régulier des yeux suffit, ainsi un brossage de temps en temps. Et point non négligeable par rapport à d’autres molossoïdes, le cane corso perd moins ses poils et ne bave peu !

Alors, conquis par ce géant ?

Mes Z'infos Zoom sur

Zoom sur la grenouille arlequin

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Étrange créature

Notre héroïne du jour est certes étrange, mais plutôt jolie. Cette petite grenouille sud-américaine arbore une robe colorée hors du commun.

La grenouille arlequin vit en Amérique du Sud, principalement au Pérou, dans la cordillère des Andes. On la retrouve dans les prairies de haute altitude (2000 à 3000m) bordant les cours d’eau ou dans les forêts humides.

Petite bête

L’atelopus varius est une espèce d’amphibiens de la famille des Bufonidae. Elle possède un corps coloré parsemé de taches. Le ventre et les paumes sont uniformes. C’est une grenouille de petite taille. Le mâle fait entre 38 et 44 mm et la femelle, plus grande, peut atteindre 58mm. Cette grenouille ne possède pas de tympans, a, comme souvent chez les grenouilles, le corps recouvert de verrues et ses doigts ne sont pas tous de la même longueur. De plus, seules ses pattes arrière sont palmées.

Comme beaucoup d’amphibiens, la grenouille arlequin se reproduit dans l’eau. Elle pond environ 300 œufs de quelques millimètres, dont beaucoup hélas, seront mangés avant de donner des têtards. La mère revient ensuite pondre de nouveaux œufs non fécondés dont se nourriront les têtards avant de devenir adultes.

De toutes les couleurs

Contrairement à certaines espèces, notre jolie grenouille ne joue pas sur le camouflage pour se protéger. Il est vrai que sa robe colorée est facilement repérable, et pour cause, la belle avertit ainsi ses prédateurs potentiels du danger qu’il y aurait à la toucher. En effet, son corps est recouvert d’un mucus toxique.

Espèce en danger

La grenouille arlequin est une espèce gravement menacée. La pollution est la raison principale de ce danger d’extinction. Rejets des eaux usées, exploitations minières, contaminent les cours d’eau auprès desquels vivent les grenouilles arlequin. De plus, les changements climatiques favorisent la croissance d’un redoutable champignon qui, s’incrustant dans la peau de cette jolie grenouille va causer sa mort par asphyxie.

Dr Céline Lacourt

Mes Z'infos Pratique Santé

10 conseils pour emmener votre chat chez le véto

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

La visite du chat chez le véto

Entre le stress du chat et celui de son propriétaire, l’arrivée à la clinique vétérinaire est rarement sereine…

Voici dix conseils simples pour transporter votre animal, sans que la visite annuelle ne vire au cauchemar !

1/ Votre compagnon ne doit pas voyager en liberté dans la voiture.

2/ Il faut choisir un panier de transport adapté et solide. L’idéal est un modèle qui s’ouvre par le dessus et dont la partie supérieure peut même être complètement démontée. Il est préférable aussi que le système d’ouverture ne soit pas trop bruyant ni trop brusque car le chat est très sensible aux bruits, surtout lorsqu’il n’est pas dans son environnement habituel.

3/ A la maison, placez la cage dans une pièce de vie, en laissant la porte ouverte. Il faut que votre animal soit habitué à la voir dans son quotidien. Les propriétaires les plus chanceux verront même leur chat s’y installer pour une petite sieste, et là, c’est presque gagné !

4/ Pour rendre la boîte de transport attractive et confortable, ajoutez sa couverture préférée. On peut aussi frotter délicatement la tête du chat avec un linge, l’imprégnant ainsi de ses odeurs avant de le glisser dans la cage. Enfin, les sprays de phéromones ou d’huiles essentielles apaisantes conseillées par votre vétérinaire contribuent à rendre la cage familière.

5/ Si Félix refuse, inutile de forcer votre minou en le poussant par les fesses. Utilisez l’ouverture supérieure de la boîte et posez-le doucement à l’intérieur. Enrouler les plus récalcitrants dans une serviette réduit les risques de griffures et les tranquillise.

6/ Dans la voiture, la cage doit être posée au sol, entre la banquette arrière et le fauteuil passager. C’est la place la plus stable et celle à laquelle le chat est le mieux protégé en cas d’accident. Il est recommandé d’adopter une conduite calme, d’éviter d’écouter de la musique forte et, au contraire, de rassurer Félix en lui parlant tranquillement.

7/ Lorsqu’on porte le panier, celui-ci est plus stable porté contre vous, à deux bras. Les secousses de la boîte contre les jambes ou le mouvement de la cage qui suit celui du bras pendant la marche ne sont pas très confortables pour le chat. Il est aussi très utile de prévoir une couverture pour recouvrir la cage et éviter que le regard du minou ne se pose sur la truffe intéressée d’un chien.

8/ Dans la salle d’attente, évitez de laisser la cage au sol. Votre vétérinaire a peut-être prévu des emplacements en hauteur. Dans le cas contraire, gardez-la sur vos genoux, toujours sous la couverture et en plaçant la grille à l’opposé des autres patients.

9/ Dans la salle de consultation, retirez la couverture et ouvrez la grille du panier. Si au bout de quelques minutes Félix ne veut pas sortir, démontez sans geste brusque la partie supérieure de la cage. Certains chats sont rassurés de pouvoir se cacher sous la couverture pendant que leur véto les examine calmement. Parler au chat d’une voix douce et sereine est également très apaisant.

10/ Le retour d’un minou à la maison après une période d’hospitalisation peut être source de tension avec ses éventuels congénères. Soyez attentif aux réactions de chacun et au besoin, isolez votre compagnon convalescent pendant quelques heures, le temps de réduire l’impact des odeurs extérieures qu’il transporte et qui perturbent ses copains.

Dr Céline Lacourt

Insolite Mes Z'histoires Portraits Santé

Pearl le chien obèse

Published by:

Partagez ce contenu !Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Bonjour, je m’appelle Pearl,

ça veut dire perle en anglais. Et c’est vrai que je suis une perle,

mais surtout, j’étais devenue une très grosse perle…

Comment en étais-je arrivée là ? Je ne sais pas. Trop de friandises, pas assez d’exercices, c’est un cercle vicieux.

Il faut dire que je suis très gourmande. Et ma maitresse me laissait manger, manger et manger encore…

Un jour le verdict tomba : il fallait absolument que je perde du poids, ma vie en dépendait.

Je me mis donc au sport, mais c’était difficile car je ne pouvais plus bouger depuis si longtemps…

Je m’essayais à l’aquagym, à l’hydrothérapie, …

Et je m’inscrit même à un programme pour perdre du poids

Croyez moi, ce fut laborieux et parfois j’étais tentée de jeter l’éponge. Pourtant les résultats commençaient à se faire sentir.

Alors je me reprenais bien vite et continuais mes exercices et mon régime.

Maintenant j’ai repris goût à la vie, je reprends soin de moi : manucure, pédicure, j’adore !

Ma maitresse est tellement fière de moi !

Et surtout j’ai retrouvé le plaisir des promenades dans la nature, la vie quoi !

Alors un conseil à ceux qui me lisent: ne perdez pas espoir, une autre vie est possible !
Signé Pearl, la bien nommée

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer