Héros Mes Z'histoires

Laïka, pionnière de l’espace

Une vie de chien…errant

C’est l’histoire d’une petite chienne bâtarde noire et blanche, trouvée errante dans les rues de Moscou.

Elle a environ deux ou trois ans, pèse six kilogrammes et est extrêmement docile. Ce sont ses qualités qui lui permettent d’être sélectionnée parmi d’autres chiens errants afin de participer au programme spatial de l’URSS.

Son entraînement consiste principalement à supporter une combinaison de cosmonaute, vivre dans une toute petite cage, résister aux forces gravitationnelles, à un bruyant simulateur de vol ainsi qu’à de nombreuses vibrations.

Plusieurs noms lui furent donnés, mais c’est sous celui de Laïka, qui signifie « petit aboyeur » en russe, qu’elle rentrera dans la postérité.

laika-timbre3

Héroïne malgré elle

En pleine guerre froide, la compétition des programmes spatiaux fait rage entre les USA et l’URSS. Après le succès du lancement du premier satellite artificiel, Spoutnik 1,  le 4 octobre 1957, Nikita Khrouchtchev ordonne de mettre immédiatement en orbite un autre satellite  afin de célébrer le 40e anniversaire de la Révolution bolchevique qui aura lieu le 7 novembre. Mais avec cette fois-ci, un être vivant à l’intérieur.

Le 3 novembre 1957, Laïka devient ainsi le premier être vivant à voyager dans l’espace. C’est aussi, malheureusement, la date de sa mort…

laika1

 

Martyre de la science… et de la guerre froide

Dès le départ, il est entendu que Laïka ne reviendra jamais vivante sur Terre. Selon la version officielle, le septième jour dans l’espace, sa ration de nourriture doit contenir un poison destiné à l’euthanasier. Ce n’est qu’en 2002, que le Dr Malachenkov révéla que Laïka mourut environ 5 ou 6 heures après le lancement, à cause d’une défaillance du système de régulation thermique.

Ainsi, contrairement à ce qui avait été affirmé pendant des décennies par la propagande, cette mission fut en fait un semi-échec.

Le 14 avril 1958, le cercueil spatial de Laïka se consume dans l’atmosphère, 163 jours après son lancement.

laika-timbre1

La pionnière des canistonautes

Le 19 août 1960, deux autres chiennes, Strelka et Belka, partent dans l’espace à bord de Spoutnik 5 pour revenir cette fois-ci, saines et sauves sur Terre. Après ce vol réussi, d’autres chiens retournèrent dans l’espace au cours des années soixante. En 1966, Verterok et Ugolyok établissent un record en passant 22 jours en orbite.

laika-monument

Postérité

Depuis 1997, Laïka, l’étoile filante de l’aéronautique russe, possède sa propre plaque commémorative au cœur de Star City, tout près de Moscou. Par ailleurs, de nombreux timbres à son effigie ont été édités.  Pour tous, elle restera la première chienne de l’espace, une héroïne des temps modernes.