Mes Z'infos

La mésange bleue

Un petit oiseau

Petit oiseau de taille petite à moyenne, une dizaine de centimètres pour une dizaine de grammes, la mésange bleue fait partie de la famille des paridés.

Ce petit oiseau tire son nom de la couleur bleue de sa calotte, de ses ailes et de sa queue.
Sa tête blanche est marquée de traits sombres maquillant ses petits yeux sombres et dessinant un collier.
La robe du mâle est d’une teinte bleue plus soutenue, nécessaire pour parader et séduire sa belle.
Le manteau est jaune vert et devient légèrement plus clair sous le ventre rebondi. On retrouve une marque noire sur le poitrail.
Le bec et les pattes sont bleu foncé.

La mésange bleue est un oiseau très actif qui se déplace sans cesse à la recherche de sa nourriture. Grâce à l’agilité de ses griffes, elle s’agrippe et adopte des positions acrobatiques la tête en bas, pendant que son bec attrape un insecte.

Chanteur des bois

Comme toutes les autres mésanges, notre oiseau dispose d’un répertoire de vocalises très varié. Ces chants mélodieux, plutôt aigus, sont assez difficiles à transcrire mais lui permettent de communiquer avec ses congénères.

L’habitat préféré de la mésange bleue est la forêt de feuillus dans laquelle on retrouve environ 2 couples sur 2,5 hectares.
Pendant la saison de reproduction, les couples se forment et peuvent se montrer bagarreurs quand il s’agit de défendre leur site de nidification contre les autres passereaux. Le mâle séduit sa belle en exposant ses belles couleurs et lui offre de la nourriture pour obtenir ses faveurs.
Les nids de nos amoureux, comme les réserves de nourriture sont généralement placés assez hauts dans les arbres, dans des endroits abrités comme des creux ou des trous.
Ils s’occupent ensemble de leurs petits qui finissent par quitter le nid vers l’âge de 4 semaines.

Une migratrice partielle

Dans nos régions, la mésange bleue se montre plutôt sédentaire. Mais les individus d’Europe de Nord viennent chercher quelques degrés supplémentaires plus au sud. Pendant l’été, la mésange est essentiellement insectivore avec une forte préférence pour les chenilles et les pucerons. Ensuite, elle se montre granivore et frugivore et profite avec plaisir, à la mauvaise saison, des réservoirs à graines et à graisse placés par les humains.

Dr Céline Lacourt